6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 18:07
PRISE D'OTAGES EN PLEINE MER

Vue aérienne du Ponant au cours de la prise d'otages. Deux pirates sont visibles sur le pont supérieur

    Un fait divers vient malheureusement illustrer notre récent dossier sur la nouvelle doctrine antiterroriste de la France. Un navire français, Le Ponant, revenait des Seychelles et se dirigeait vers la Méditerranée, le vendredi 4 avril, lorsqu’il a été capturé et dérouté par des pirates au large de la Somalie et du Yémen. Le Ponant est un voilier de luxe dont l’armateur est la société CMA-CGM. Son équipage, composé de 32 personnes, compte 22 Français (dont 6 femmes) en plus des autres membres ukrainiens et coréens.

    D’après les autorités somaliennes, les pirates venaient du port d'Harardeheere, pivot de la piraterie dans la région. Le bâtiment est depuis suivi et surveillé par un de nos navires de guerre : l’
aviso Commandant Bouan. Celui-ci fait partie d’une force internationale sous commandement américain, la Task Force 150 (1), dont la mission est de protéger les bâtiments de l’aide humanitaire (Programme Alimentaire Mondial) dans cette région infestée de pirates. Avec le détroit de Malacca en Asie, le Golfe d’Aden est la région du monde où la piraterie - sévissant de manière endémique - est la plus dangereuse.

Bâtiment de la Task Force 150 au large de la Somalie

    Le Premier Ministre
François Fillon a déclenché le plan PIRATEMER destiné à contrecarrer les menaces terroriste et criminelle sur les mers et les océans (opérations de contre-terrorisme maritime ou CTM). Le plan PIRATEMER fait partie d’un ensemble de plans anti-terroristes spécifiques élaborés par le Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN). Le SGDN est un service qui dépend directement du Premier Ministre. C’est de lui dont dépend, entre autres, le plan VIGIPIRATE.

    Au même titre que les autres plans de lutte anti-terroriste, PIRATEMER fait l’objet d’un contrôle opérationnel régulier afin d’entraîner la chaîne de commandement ainsi que les unités d’intervention spécialisées. Chaque année un exercice est organisé dans l’Atlantique
(exercice Armor), puis l’année suivante en Méditerranée (exercice Estérel). De manière générale, ce sont les hommes des unités de commandos de Marine (Commando Jaubert et Hubert) qui sont testés, ainsi que leurs collègues du Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN).

Hommes du commando de Marine Jaubert mis à l'eau à bord de zodiacs

    Les missions d’entraînement les plus fréquentes concernent les prises d’otages en pleine mer, comme c’est le cas en ce moment avec le Ponant, mais aussi des exercices de fouille, de désamorçage de mines et de pièges divers sur les navires. Plusieurs bâtiments de la Marine nationale et des hélicoptères sont à chaque fois mobilisés.

Hommes du Commando Jaubert à l'assaut de la passerelle d'un bâtiment au cours d'un exercice

    Cependant, pour le journaliste Jean-Dominique Merchet, une intervention de vive force est peu probable du fait 1- du manque de disponibilité d’unités capables de réaliser de telles missions CTM 2- de la difficulté d’un héliportage dans le cas de figure du Ponant (le voilier ayant trois mâts ce qui gênerait considérablement une approche par les airs) 3- quand bien même nos moyens en hélicoptères sur zone sont actuellement très limités, et il faudrait faire appel à des capacités de ravitaillement en mer ou à des moyens américains dont l’interopérabilité n’est pas assurée.

    En d’autres termes, pour M. Merchet, il ne reste plus qu’à négocier une rançon ce qui en dit long sur notre vulnérabilité face à de telles actions criminelles.

Commandos de Marine en approche d'un bâtiment au cours d'un exercice

(1) Le numéro 323 du magazine « Armées d’aujourd’hui » du mois  de septembre 2007, disponible au CDI, est consacré à la Task Force 150.

Sources : « À quoi sert le plan PIRATEMER ? », in Le Figaro du vendredi 4 avril 2008. « Les otages du voilier piraté vont bien », in Le Figaro du dimanche 6 avril 2008. LOUET (Sophie), « Le Ponant sous surveillance, pas de demande de rançon », in Le Monde du dimanche 6 avril 2008. MERCHET (Jean-Dominique),
« Le Ponant : pourquoi il ne devrait pas y avoir d'assaut à la mer », in Libération du dimanche 6 avril 2008.

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives