7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 14:00

Propagande - Panzer IV

7 juillet 1941-7 juillet 2011. Il y a 70 ans c’était la Deuxième Guerre mondiale. Notre pays était occupé, et l’Europe était à feu et à sang. Symbole de la collaboration militaire avec l’Allemagne hitlérienne, la Légion des Volontaires Français contre le Bolchévisme (LVF) est mise sur pied peu de temps après l’ouverture du front Est en juin 1941. Forte d'une douzaine de milliers de combattants volontaires portant l'uniforme allemand et unis par la haine du communisme, la LVF est engagée en Russie où elle est saignée à blanc. Elle cesse d’exister en tant qu’unité à l’été 1944, date à laquelle les rescapés des combats participent à la création de la 33e Division SS Charlemagne.

Durant la guerre, la Waffen SS a recruté dans les pays occupés. 1 000 000 d’hommes sont passés dans ses rangs, constituant 38 divisions dont le fanatisme au combat a occasionné de nombreux crimes de guerre. Avec leurs camarades français de la Sturmbrigade SS Frankreich, un contingent de miliciens, des volontaires français servant dans la Kriegsmarine, et d’autres poussières d’unités, les survivants de la LVF consituent le noyau de la nouvelle division. Décimés et réduits à un bataillon dans les dernières semaines de la guerre, les SS de la Division Charlemagne poursuivent la lutte de manière acharnée jusque dans les rues de Berlin. Ils sont ainsi parmi les derniers à se rendre aux forces soviétiques. Louis et Alexis, élèves de 1ère S2, nous racontent la Légion des Volontaires Français contre le Bolchévisme.

Tigre---Message-2.jpg 

LA LÉGION DES VOLONTAIRES FRANCAIS (LVF)

Tout d’abord, nous allons commencer par quelques rappels chronologiques en rapport avec  la création de la L.V.F. (Légion des Volontaires Français contre le bolchévisme) qui eut lieu le 7 juillet 1941. Le 22 juin 1941, le Troisième Reich allemand lance l’opération Barbarossa (en référence à l’empereur Frédéric Barberousse) qui consiste à envahir l’URSS et donc de violer le pacte de non-agression germano-soviétique du 23 août 1939.  La Wehrmacht franchit le Dniepr le 11 juillet 1941. Le 19 septembre 1941, Kiev tombe aux mains des nazis.

 Ensuite, nous allons parler des faits concernant la L.V.F. La Légion des volontaires français contre le bolchévisme, connue sous le nom de régiment d’infanterie 638 pour les Allemands, est créée le 7 juillet 1941, quelques jours après le déclenchement de l’opération Barbarossa. Cette naissance est soutenue par un ensemble de partis collaborationnistes, notamment le RNP (rassemblement national populaire) de Marcel Déat, le PPF (parti populaire français) de Jacques Doriot, et le MSR (mouvement social révolutionnaire) d'Eugène Deloncle. La LVF utilisait comme étendard le drapeau tricolore français. La LVF, association loi de 1901, était dirigée dans la Zone occupée par un Comité central chargé du recrutement, dont faisaient partie Eugène Deloncle, Jacques Doriot, Marcel Déat, tandis que le recrutement dans la Zone libre était confié à un Comité d'action (à Marseille), dirigé par Simon Sabiani, et dont faisait partie Louis Lumière.  Un Comité d'honneur donnait une sorte de caution morale par des personnalités intellectuelles, figures éminentes de la collaboration, qui seront toutes condamnées après-guerre (à l'exception du cardinal Baudrillart, décédé) telles que: Jean Luchaire, Abel Bonnard, le cardinal Baudrillart, Georges Claude, Alphonse de Châteaubriant, ainsi que des dirigeants du Parti national breton.

Son organe de presse était Le Combattant européen, rédigé par Marc Augier. Hitler accepte le concours de volontaires français avec beaucoup de réticence. Il refuse que la création de la LVF entraîne une quelconque obligation envers le gouvernement français et que son effectif dépasse les 15 000 hommes. Malgré la collaboration d'État, le gouvernement de Vichy était officiellement neutre dans le conflit mondial et restait rétif à tout ce qui pouvait déboucher sur une collaboration militaire, interdisant aux officiers d'active de l'armée de s'engager dans la LVF. Pétain a cependant eu une attitude ambigüe envers la LVF: il déclara sa sympathie pour l'initiative dont les membres détiendraient « une part de notre honneur militaire », mais désapprouvera le port de l'uniforme allemand (la France n’ayant pas déclaré la guerre à l’URSS) et gardera une attitude distante envers cette unité. Elle est dissoute en 1944 pour être principalement intégrée à la Division SS Charlemagne.

Après, nous allons voir les enjeux et les origines de la L.V.F.  Le projet avait été envisagé auparavant par Jacques Benoist-Méchin, sous le nom de la « Légion tricolore », qui aurait été une unité spéciale de l'armée française. La manœuvre échoue sous pression de l'ambassadeur allemand, Otto Abetz. Le but de la création de la L.V.F. était de se faire bien voir par les autorités allemandes, afin d’obtenir une « place » dans la nouvelle Europe qui se profile à l’horizon, ainsi cela permettait de garantir leur bonne volonté à l’égard des allemands. Enfin, nous constaterons que la création de la L.V.F. a fortement marqué la collaboration lors de la seconde guerre mondiale. En effet, elle représentait un autre aspect de que celle-ci pouvait prendre. Souvent mal vue par la population française, elle a cependant attiré de nombreuses personnes pour ses attraits économiques (le salaire entre autre). 

Affiche-LVF.jpg

Bibliographie 

 

1- Trafics et crimes sous l’Occupation de Jacques Delarue, éd. Fayard.

2- Dictionnaire historique de la France sous l’Occupation sous la direction de Michèle et Jean-Paul Cointet, éd. Tallandier.

 


Commémorations 1941-2011

* 8 juin 1941. Chloé et Lisa – L’opération Exporter

* 15 juin 1941. Adrien et Romain – La bataille de Sollum

* 22 juin 1941. Charles et Loïc – L’opération Barbarossa

LVF.jpg


Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Alexis et Louis (1ère S2) - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

commentaires

Simon 10/07/2011 09:24



Oui l'histoire c'est pas pareil que l'apologie. Faut pas mixer les genres même si ce prof prend de gros risques à faire travailler ses élèves sur ce genre de sujet. Dans mon bahut il y a quelques
années y avait un prof qui s'était fait allumer par des parents d'élèves parce qu'il avait osé parler de ce genre de sujet. L'histoire ça se filtre pas!



Pascal Delaunay 09/07/2011 23:18



Initiative osée que de traiter des volontaires Français engagés dans les forces allemandes et surtout dans les Waffen SS qui ont payé un lourd tribu sur le front de l'Est et jusqu'au dernier
moment dans les rues de Berlin. L'histoire n'étant jamais simple, ni les motivations des individus avec leurs histoires personnelles et leurs convictions, il faut regarder le film "Le Chagrin et
la Pitié" avec le témoignage de Christian de la Mazière expliquant les raisons de son engagement dans la LVF, l'un des derniers survivants de la Division Charlemagne. Parler de tous les moments
de l'Histoire, même des plus honnis, les plus douloureux, est une exigence de Vérité et de Connaissance indispensable à qui veut avoir une vision non simplifiée et politiquement correcte du passé
; car sans la connaissance du passé, il ne peut y avoir de conscience de l'avenir. Bravo. 



Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives