20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 06:50

Midway

"First hit at Midway" par Paul RENDEL


1942-2012. Il y a 70 ans la Deuxième Guerre mondiale entrait dans sa troisième année. Le conflit est devenu planétaire. On se bat sur quasiment tous les continents: en Europe, en Afrique, en Asie, en Océanie. Mers et océans deviennent de véritables champs de bataille qui s’étendent désormais “au-delà de l’horizon” avec le développement sans précédent du combat aéronaval. Après une période de brutales conquêtes, les puissances de l’Axe se heurtent à un raidissement allié sur tous les fronts. 1942 est une année en suspens où les armes résonnent partout, et où de grandes batailles terrestres et aérovanales sont livrées. Le monde retient son souffle: l’Axe est-il sur le point de l’emporter ou assiste t-on au début du redressement allié?


À la fin de l’année 1941, la destruction systématique des communautés juives européennes est déjà en cours. Si la ghettoïsation des populations juives se réalise dès le départ dans une logique d’extermination lente, la férocité de l’action des Einsatzgruppen, dès l’été 1941, ne laisse aucun doute quant au dessein profond d’Adolf HITLER. Cependant, le caractère massif des tueries en Europe centrale et orientale, ainsi que les limites « techniques » que rencontrent les Einsatzgruppen, amènent les dirigeants du IIIe Reich à concevoir autrement l’extermination des Juifs. Ce sera l'objectif de la conférence de Wannsee.


Initialement prévue au 9 décembre 1941, celle-ci fut repoussée au mardi 20 janvier 1942 du fait de l’entrée en guerre des États-Unis.  Elle réunit quinze hauts responsables nazis dans  une riche demeure (la Villa Marlier) de la banlieue de Berlin, dans le quartier de Wannsee, et dura 90 minutes. En l’absence du Reichsführer SS Heinrich HIMMLER, c'est son second le SS-Obergruppenführer Reinhard HEYDRICH (1904-1942) qui en dirigea les débats. HITLER a donné son aval à HEYDRICH, qui signe le procès-verbal de la réunion rédigé par le SS-Obersturmbannführer Adolf EICHMANN. La conférence de Wannsee montre combien l’idéologie criminelle du nazisme est indissociable d’une dimension bureaucratique et technocratique qui va expliquer l’ampleur du massacre. Recensement, arrestation, transfert, déportation et élimination des Juifs sont désormais pensés à l’échelle européenne. L'aspect systématique de ces opérations témoignent d’une véritable volonté génocidaire. Le procès-verbal de la conférence précise ainsi que HEYDRICH évalue à 11 000 000 le nombre de Juifs qu’il faudrait éliminer, y compris dans des territoires qui, en 1942, sont hors d’atteinte de la Wehrmacht (Grande-Bretagne, Turquie…).


À Wannsee sont décidés de gigantesques mouvements de déportation de populations juives, appelés « évacuations », à travers toute l'Europe. Les déportations qui concerneront d’abord les territoires du Reich, s’étendront ensuite au Protectorat de Bohême-Moravie, au Gouvernement général de Pologne, puis au reste de l’Europe d’Ouest en Est. Il n’est décidé aucune création d’organisme spécifique à la mise en application de la « Solution finale de la question juive ». L’administration ordinaire devrait suffire à commencer par les services de la Reichsbahn, les transports ferroviaires allemands. Désigner les Juifs, confisquer leurs biens, restreindre leur liberté de mouvement avant de les « évacuer » vers l’Est, tel sera le processus dans l’Europe occupée jusqu'à la fin de l'année 1944. Pour cela, les dirigeants nazis vont directement s’appuyer sur la collaboration des administrations nationales. Dans les pays d’Europe de l’Ouest, où il n’y a pas de ghettos, des recensements, des marquages de Juifs et des confiscations de biens seront réalisés par l’intermédiaire des autorités locales dès 1942. Le processus génocidaire ainsi mis en route, a été considérablement facilité et accéléré par les collaborations nationales.


1942 est donc l’année du début des déportations massives dans toute l’Europe. Elles vont donner au meurtre de masse à la fois une dimension quasi industrielle et une ampleur inédite. C’est au RSHA (1) - avec le Ministère des Transports allemands (Reichsbahn) - que revient la responsabilité d’organiser les norias de ces trains dits « spéciaux » qui acheminèrent des millions de Juifs pour un aller sans retour vers les six camps d’extermination, tous situés dans le Gouvernement général (actuelle Pologne). Jusqu’à la fin de la guerre, les « trains spéciaux » devaient garder la priorité sur les convois militaires, illustrant ainsi la rationalité extrême de l’entreprise génocidaire au sein de l’irrationalité national-socialiste.


L’importance historique de la conférence de Wannsee a échappé aux acteurs du moment, et les absences remarquables de HITLER et de HIMMLER ont renforcé cette perception. La planification détaillée de la Solution finale n’a pas pu, non plus, se faire lors d’une conférence de moins de deux heures. Les historiens ont longuement débattu pour savoir si Wannsee fut le véritable tournant dans le processus génocidaire, en d'autres termes si Wannsee a été un instant de décision ou d'organisation du meurtre de masse. Il est vrai qu’en janvier 1942, le génocide a, de fait, déjà largement débuté. Des milliers de Juifs meurent quotidiennement dans les ghettos polonais (les plus importants), d’autres milliers sont aussi assassinés quotidiennement en Russie par les unités mobiles de tuerie, et en décembre 1941 le camp d’extermination de Chelmno est déjà opérationnel. En fait, il est aujourd'hui reconnu que la décision du meurtre de masse a été prise quelques mois plus tôt. La conférence de Wannsee a surtout établi le contrôle de la SS sur la machinerie du crime, cette dernière s'appuyant désormais directement sur l'appareil d'État comme l'indiquent les fonctions institutionnelles des participants.

 

Nassima, élève de la classe de 2nde 6 nous raconte la conférence de Wannsee.


(1) Le RSHA ou Reichssicherheitshauptamt ou « Office central de la sécurité du Reich » est une organisation née, le 22 septembre 1939, de la fusion du SD (Sicherheitsdienst), de la GESTAPO et de la Kriminalpolizei. Il fut créé par HIMMLER pour neutraliser les « ennemis du Reich » et les « indésirables ». Son premier chef fut HEYDRICH jusqu’à son assassinat en 1942, date à laquelle lui succéda le SS-Obergruppenführer Ernst Kaltenbrunner jusqu’à la fin de la guerre. Le RSHA était organisé en sept départements, ou « Amten », auxquels s’ajoutaient les quatre Einsatzgruppen.

 

Reinhard-HEYDRICH.jpgSS-Obergruppenführer Reinhard HEYDRICH (1904-1942)

 

Le conflit déclenché par Hitler a débuté en Pologne au mois de septembre 1939. Ce terrible événement provoqua la mort de 50 millions d’êtres humains et s’étendit à quatre continents. Selon lui, les slaves étaient voués à être les esclaves du Reich tandis que les juifs devaient disparaître. C’est à la Conférence de Wansee le 20 janvier 1942 que la « solution de la question juive » fut programmée. Un processus génocidaire commença alors à être mis en place. Dans quelle mesure ce processus marque-t-il la Seconde Guerre mondiale?

 

Durant la Conférence de Wansee, les hauts dirigeants nazis (Hitler n’étant pas présent) prirent la décision d’accélérer le processus génocidaire en espérant éliminer 10 millions de juifs à l’aide de camps d’exterminations munis de chambres à gaz construis en territoire polonais (Belzec, Auschwitz, Birkenau…). Dès leur arrivée, les déportés étaient directement exterminés. Quelques juifs sélectionnés, les Sonder Kommandos, étaient utilisés par les SS pour se débarrasser des corps, avant d’être eux-mêmes éliminés.

 

Au total, 3 millions de Juifs périrent durant la Seconde Guerre mondiale.  La découverte des crimes nazis ou l’horreur de l’arme atomique heurtèrent l’opinion internationale. C’est pourquoi, s’ouvre en novembre 1945 à Nuremberg le procès des hauts dirigeants nazis capturés. On fonde pour les juger la notion de crime contre l’humanité.

 

Nassima

 

Tigre---Message-2.jpg

 

COMMÉMORATION 1942

 

Marjorie - Le Victory program (6 janvier 1942)

Ufkun - La fin de la conférence d'Arcadia (14 janvier 1942)

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Nassima - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

commentaires

Solange 21/01/2012 13:45


j'ai adoré "les bienveillantes" mais ça reste une interprétation littéraire.faut lire surtout "les hommes ordinaires" de Browning. bravo Nassima!!!

Pascal Delaunay 21/01/2012 12:03


Bonjour à Tous, 


A voir absolument le téléfilm de Frank Pierson (2001) avec Kenneth Branagh dans le rôle de Heydrich intitulé : Conspiration. C'est l'histoire de cette conférence de Wannsee heure par heure. Remarquable. Acteurs
formidables. 


A lire également "Les Bienveillantes", de Jonathan Litell qui
raconte, à travers l'histoire d'un personnage, toute la genèse de l'extermination des Juifs en commençant par les Einsatzgruppen (début de solution cahotique) pour finir avec la solution finale
(organisation industrielle et bureaucratique du crime de masse). Mais c'est aussi un livre qui pose évidemment les grandes questions du Bien, du Mal, de la persécution inhérente à l'Humanité, du
"Sens de l'Existence", de l'avenir de l'Homme au regard de sa barbarie... 


 

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives