2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 06:56

Colline-Mamaiev.jpg

Le mémorial de la bataille de Stalingrad à la veille du 70e anniversaire de la célébration de la victoire soviétique (Crédits photo: Mikhail MORDASOV/AFP)

 

Le 2 février 1943, au terme de l’opération soviétique nom de code Cercle, la VIe Armée allemande du Général Fiedrich PAULUS (1890-1957) capitulait dans Stalingrad. Sans espoir d’être secourus depuis l’échec de l’opération Wintergewitter, privés de tout ravitaillement avec la perte des aérodromes de Morozovskaïa, de Tatzinskaïa et surtout celui de Pitomnik, épuisés et affamés après plus de cinq mois de combats d’une rare violence, les soldats allemands se rendent par milliers. La bataille a tué plus d'un million de combattants tant soviétiques qu’allemands, ainsi que des dizaines de milliers de civils. Sur les 94 000 prisonniers que fait l’Armée rouge, 95% mourront en captivité.

 

Nous célébrons, aujourd’hui, le 70e anniversaire de cette bataille qui se confond avec le tournant de la guerre, d’autant plus qu’elle est contemporaine de la victoire britannique d’El-Alamein en Égypte et de celle des Américains à Guadalcanal dans les îles Salomon. Plus qu’un symbole - que nous pourrions comparer à ce que fut la bataille de Verdun pour la France de la Première Guerre mondiale - la bataille de Stalingrad fut une victoire stratégique décisive pour l’URSS, qui porte un coup d'arrêt définitif à l'invasion allemande, et amorce la reconquête de son territoire.

 

Un tel événement est, depuis, devenu une commémoration majeure en Union soviétique puis en Russie de nos jours. Quand bien même fut-elle depuis rebaptisée Volgograd en 1961 (1), la ville actuelle reste marquée à jamais par cette bataille, et l'on imagine le lustre des commémorations qui se tiendront aujourd'hui au pied du gigantesque mémorial de la colline Mamaïev, symbole même du sacrifice soviétique durant cette terrible confrontation. D'ailleurs, à l'occasion de ces commémorations annuelles, Volgograd reprend son ancien nom de Stalingrad, le temps d'une journée...

 

À l'occasion de ce 70e anniversaire, un autre hommage viendra également du cinéma. Portée au grand écran par Joseph VILSMAIER en 1992 et par Jean-Jacques ANNAUD en 2001, la bataille de Stalingrad va bientôt connaître un troisième opus (2) avec la sortie, courant 2013, d'un autre “Stalingrad” du réalisateur Fedor BONDARCHUK. Dans ce blockbuster russe filmé en 3D, la reconstitution historique semble de bonne qualité et privilégie une fois de plus les histoires individuelles, notamment d’amour sur fond de guerre. C’est que la bataille - “mère” de toutes les batailles urbaines comme on le dit de nos jours dans les écoles militaires - fut un événement gigantesque dont les flèches et autres tracés sur les cartes d’état-major ne restitueront jamais le tragique destin des millions de personnes (civiles comme militaires) qui vécurent et périrent dans cet affrontement.

 

(1) Dans le cadre de la déstalinisation.

(2) On reprendra les versions cinématographiques les plus connues, car il existe aussi une autre réalisation sur le sujet de Yuri OZEROV (1989). 

 

 

Stalingrad---Fyodor-BONDARCHUK.png

Tournage.jpgImage du tournage

 

FREMM---Message-2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

commentaires

omnitech support 24/04/2014 10:20

The Battle of Stalingrad was a prestige issue for the Russians and thanks for an article depicting the seventieth anniversary celebration of the Soviet victory. I can see that there are many prominent persons who have contributed for this victory and a big salute to all of them.

David 24/04/2014 06:31

Post-Nice. Merci.

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives