2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 08:45
HOMMAGE AU CAPORAL ANTHONY BODIN DU 3e RIMa

Le Caporal Anthony BODIN tombé en Afghanistan le samedi 1er août 2009 à l'âge de 22 ans

    La France vient de perdre son 29e soldat en Afghanistan au cours d’une opération de soutien à l’Armée Nationale Afghane (ANA) dans la vallée de Ghayne située au Nord-Est de la capitale, Kaboul. Samedi 1er août 2009 aux environs de 8.00 (heure locale), 160 soldats français manoeuvraient en soutien à 60 soldats de l’ANA. Une dizaine de militaires américains étaient également présents. Pris à parti aux alentours du village de Ghayne Pain, les militaires occidentaux ont repoussé les Talibans en moins d’une heure et demie, mais au cours de l’accrochage le caporal Anthony BODIN (22 ans) appartenant au 3e RIMa, fut mortellement touché. Deux autres militaires français (deux caporaux de 24 et 29 ans) furent également blessés au cours de l'affrontement, mais si la nature de leur blessure nous est inconnue, leur vie ne semble pas menacée.


    La situation en Afghanistan connaît un très sensible regain des combats, et demeure plus que jamais critique. Manquant d’hommes sur le terrain, la coalition a perdu la maîtrise d’une vaste province au Sud du pays. Ancrage des Talibans et de l’économie de l’opium caractérise ainsi cette province du Helmand dans laquelle la coalition a lancé récemment deux opérations de grande ampleur destinées à en reprendre le contrôle. Ce fut d’abord l’opération “Griffe de panthère” conduite par les Britanniques au mois de juin, et poursuivie par une l'opération américaine, “Poignard”, actuellement en cours.

Des Afghanes apprennent à voter ce samedi 1er août 2009 en vue du scrutin du 20 août prochain qui sera la deuxième élection organisée démocratiquement dans le pays (source - Le Figaro)
   
    Au cours des huit années de ce conflit visant à pacifier et à démocratiser l’Afghanistan, non à l’occuper, le pays est loin d’avoir trouvé son équilibre. L’économie reste profondément déstructurée, et l’agriculture ne parvient pas à se défaire de l’emprise du pavot et de l’opium. Les troupes occidentales, insuffisantes en nombre, ne peuvent quadriller en permanence l’ensemble du territoire, condition sine qua non pour protéger la population et étouffer la guérilla talibane. L’ANA a encore besoin du soutien occidental pour devenir réellement opérationnelle: armée et forces de sécurité demandent des années pour devenir réellement opérationnelle. La corruption gangrène les nouvelles institutions qui, si elles disparaissaient avec le Président Hamid Karzaï si impopulaire soit-il, ouvriraient très vraisemblablement une nouvelle période d’anarchie et de guerre civile entre les Pachtounes et les autres ethnies.


    Dans ce contexte particulièrement difficile, auront lieu d’ici quelques semaines (fin août) des élections présidentielle et régionale. Aidée par la communauté internationale, l’Afghanistan tente, donc, d’apprendre la Démocratie. D’aucuns en sourient vouant l’entreprise dès le départ à un échec certain. D’autres, à travers la demande de la redéfinition des objectifs de nos forces armées en Afghanistan, ne demandent ni plus ni moins que leur retrait. Quels que soient les arguments et la difficulté de l’entreprise démocratique afghane – comme irakienne -, c’est oublier que de nombreux soldats sont morts pour cette cause.


    Ce sont, inconstestablement, les troupes américaines et britanniques qui payent le tribut humain le plus élevé à des guerres qui ne sont ni des guerres d’annexion ni des guerres d’occupation (1). Le phénomène est suffisamment neuf à l’échelle de l’histoire des États pour être souligné. Les opérations “Griffe de panthère” et “Poignard” ont ainsi vu 75 soldats américains et britanniques tomber en l’espace d’un mois. Désormais pour l’Armée britannique, la guerre d’Afghanistan commence à l’emporter en nombre de pertes sur celle des Malouines (avril-juin 1982).

Soldat français dans le village de Hajian (province du Wardak) - 12 Juillet 2009

    Quant à la France, elle a engagé près de 4000 hommes dans la région dont 2900 rien qu’en Afghanistan (2). C’est beaucoup à l’échelle de nos forces armées, mais nos pertes - si elles ne peuvent se comparer à celles des Américains dont l'engagement est bien plus important – semblent en revanche, ce en dépit de leur cruauté, dérisoires par rapport au sacrifice britannique (3). Elles augmentent, pourtant, avec le durcissement du conflit. Depuis le 21 juillet dernier, nos troupes ont ainsi essuyé huit attaques dans les provinces de la Kapisa, du Wardak et du Logar. Les combats se rapprochent ainsi des villes et, plus particulièrement, de Kaboul.

    Loin de nous la volonté de vouloir tenir un “body count” que les ennemis de la démocratie savent si bien instrumentaliser depuis la Guerre du Vietnam (1959-1975). Il est à rappeler, cependant, la valeur que toute démocratie, quels que soient ses défauts, attachent à la vie humaine à commencer par celle de ses soldats qui ne sont en rien des “kamikazes” ni de “la chair à canon” à l’image de leurs adversaires. Des soldats qui, pourtant, sacrifient s’il le faut leur existence. Nous leur rendons hommage, une fois de plus, avec une pensée particulièrement forte à l’endroit de la famille d'Anthony BODIN, tombé hier à Ghayne Pain. Une pensée toute aussi forte accompagnera également ses camarades blessés au cours de la même action.

(1) Cf. Le retrait actuel des troupes américaines d’Irak.

(2) Le reste des effectifs est engagé dans la région à proximité du théâtre afghan : Tadjikistan, Kirghizistan et Océan Indien.
(3) 191 soldats anglais ont été tués en Afghanistan depuis 2001.

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article

commentaires

more here 05/08/2014 14:44

Lot of soldiers died during the war between Afghanistan and France. The situation in Afghanistan is still worse and as a result of this conflict the economy remains deeply unstructured and agriculture went down in Afghanistan. However now both countries are trying to keep good contact.

Menesglad 02/08/2009 11:19

Je m'associe à cet hommage. La devise de ce régiment est "Debout les morts" ; ce soldat ne se relevera pas, mais son courage et son sacrifice nous montrent l'exemple et le respect. Ils y a des morts qui restent bien plus vivants par leur sens de l'honneur que certains vivants qui paraissent bien morts. "Debout les morts" devraient s'adresser à tous les enfants gâtés de cette société trop confortable dont beaucoup persistent à ne pas comprendre la chance qu'ils ont de vivre en France à l'ombre de valeurs qu'ils n'ont pas eu à conquérir ni à défendre...Que Dieu te garde en paix, Soldat, tu es la fierté de la France et du Monde libre et c'est ta mort qui les garde debout. Nous portons sur la poitrineLes emblèmes de BazeillesLe Troisième de MarineA toujours fait des merveillesLes anciens en soixante dixSont entrés dans la légendeRepoussant seuls contre dixL'offensive des hordes allemandesPour que partout à la rondeLa France ait un meilleur sortDans les cinq parties du mondeNous avons laissé des mortsDe Champagne et de LorrainePour chasser les assaillantsDe leurs campagnes lointainesIls rentraient la voile au ventQue demain sonne l'alerteLe Troisième, c'est bien certainSans faiblir et l'arme prêteSerait digne de ses anciens

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives