30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 10:13

 

Au 12e jour du déclenchement de l’opération “Odyssey dawn”, les frappes aériennes (airstrikes) se poursuivent. Privées de tout soutien aérien, et alors que leurs défenses antiaériennes sont quasiment neutralisées par la supériorité technologique des alliés, les forces kadhafistes sont réduites à l’impuissance comme l’atteste cette vidéo britannique (source MoD), diffusée par le quotidien The Sun et reprise par le blog Bruxelles2 de Nicolas GROS-VERHEYDE (1).

 

Si ce n’est face aux assauts désordonnés et inexpérimentés des rebelles, les blindés du Colonel KADHAFI n’ont aucune chance lorsqu’ils sont pris à parti par l’aviation occidentale. Attaqués par des Panavia Tornado GR4 anglais, ainsi que des Mirage 2000 D français, 7 blindés T72 sont détruits (essentiellement par des missiles air-sol Brimstone) au cours d'une mission dont la vidéo du Sun nous montre une partie. Alors que la France engage 33 appareils dans l'opération Harmattan, la Grande-Bretagne n'en envoie que 17, soit deux fois moins, dans l'opération Ellamy. L'Eurofighter Typhoon, dont c'est le premier engagement opérationnel, est surtout affecté  - aussi bien chez les Anglais que chez les Italiens - à des missions de supériorité aérienne plus que de frappes au sol. Son rôle reste, autrement dit, assez discret, voire effacé, eu égard à ce que représente l'armée de l'air libyenne... Le nombre d'appareils engagés comme le nombre de sorties, qui semble très limité par rapport au Rafale, ne participent donc pas à une publicité favorable en ce qui concerne le Typhoon. En revanche, l'opération Harmattan révèle la performance du Dassault Rafale, dont les qualités technico-opérationnelles maintes fois soulignées lors d'exercices - comme en Afghanistan - se confirment en Libye: fiabilité des modèles Air et Marine, et polyvalence des missions sur un rythme de sorties particulièrement intensif (250 depuis le début de l'opération soit 1600 heures de vol). Harmattant montre également la qualité de nos pilotes dont la résistance physique est mise à rude épreuve de jour comme de nuit...

 

Nonobstant un rôle qu’ils voudraient modéré et en retrait durant cette crise (2), les États-Unis assurent cependant plus de 50% des sorties et des frappes aériennes sur les forces libyennes encore loyales au Colonel KADHAFI. Des hommes et des moyens provenant de plus de dix bases de l'US Air Force ont été rassemblés pour constituer la force destinée à opérer les frappes aériennes: la 313th Air Expeditionnary Wing. Visant les batteries anti-aériennes mobiles (SA-6 Kub, code OTAN Gainful), les centres de commandement, les dépôts logistiques, les colonnes blindées, l’Air Force comme la Navy font le ménage sur le terrain tout en assurant 80% des ravitaillement en vol, 75% des surveillances aériennes et 100% des missions de guerre électronique - notamment avec les EA-18G Growler – selon un dernier rapport du Vice-amiral William E. GORTNEY.

 

(1) Un blog spécialisé sur les questions de Défense européenne, dont les sources sont remarquables.

(2) Comme en témoigne le passage récent du commandement de l’opération Odyssey dawn à l’OTAN.

 

VA-William-E-GORTNEY.jpg

Le Vice-amiral GORTNEY présentant la situation au 25 mars 2011 (source - DoD)

Solenzara---Dimanche-27-mars-2011.png

Armement de Rafale sur la base aérienne 126 (BA 126) de Ventiseri-Solenzara en Corse le samedi 26 mars 2011 (source - MINDEF)

 

Groupe Facebook 2

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Fiches et dossiers
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives