14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 07:59

Signe que les temps changent, il n’est plus rare de nos jours de voir fleurir, ici et là, des interventions, des reportages, des textes, qui parlent de nos soldats en des termes justes, vrais, équilibrés. Des témoignages dont la valeur est d’autant plus éclairante qu’elle illustre par ricochet l’indifférence que notre société exprime, depuis plus d’un demi-siècle, à l’endroit de l’institution militaire. Il peut sembler logique que l’Armée - qui émane de la Nation, en est la Défense et la représentation en dehors du territoire national – soit reconnue et estimée comme elle devrait l’être. Cela n’est malheureusement pas le cas. Aujourd’hui encore, et alors que le Général d’Armée Bernard THORETTE, s’est vu confier un rapport sur le projet d’un futur mémorial en hommage à nos morts en OPEX, la reconnaissance de nos militaires par la société civile est encore bien loin d’être bâtie à sa juste valeur, que ce soit dans la rue, dans les médias ou dans les esprits.

 

Les mots du Général de corps d’armée Hervé CHARPENTIER sont justes, non seulement parce qu’ils s’inscrivent dans une logique démocratique et républicaine, mais parce qu’ils sont aussi profondément humains. Le plaidoyer de cet officier - issu de l’Infanterie de marine - décrit on ne peut mieux ce que notre société doit à ceux qui la protègent, ainsi que son intérêt fondamental à exprimer sa reconnaissance envers le sacrifice de héros qui ne sont pas à assimiler à des victimes. Mais alors que le Général CHARPENTIER s’arrête – certes à juste titre - sur le rôle des médias dans ce cheminement vers la reconnaissance, nous voudrions y ajouter également la contribution essentielle que l’École de la République doit, aujourd’hui, apporter à ce travail après des décennies d’indifférence, de méfiance et d’hostilité. Une véritable schizophrénie qui a pu abîmer les valeurs Républicaines, et que l’Éducation à la Défense répare de nos jours.

 

Écrits par celui qui dirige actuellement le Commandement des Forces Terrestres (CFT) situé à Lille, ces mots justes gardent cependant une grande force qui nous font les porter à la lecture et à la réflexion de nos élèves dont beaucoup sont en train d’achever, en ce moment même, la préparation à l’examen du baccalauréat de Première et de Terminale. Alors que nous les avons faits réfléchir l’année durant sur plusieurs grandes questions de Défense, que d’aucuns songent à un prochain engagement dans la carrière des armes, souhaitons que le texte du Général CHARPENTIER puisse contribuer un peu plus à l'éveil de leur conscience civique.

 

NB – Merci à Pascal de m’avoir fait connaître ce texte…


Ruban jaune

PLAIDOYER POUR VOS SOLDATS

 

"Le héros c’est celui qui fait ce qu’il peut." Romain Rolland

 

En Afghanistan, en Afrique, partout où je rencontre nos soldats en opérations, je croise de jeunes héros. Ils sont bien de notre temps, mais vous les côtoyez souvent sans les voir, car ils ressemblent banalement à tous ces jeunes de France, qui vivent dans nos villes et nos campagnes. Ni lansquenets, ni bêtes de guerre, ils sont vos enfants, vos voisins, et aussi des jeunes filles et de jeunes mamans que l’on reconnait mal sous le casque et le gilet pare-balle. Beaucoup ont une famille, qui partage ce métier sans l’avoir choisi, au gré des mutations et des absences, sans espérer grand-chose en retour sinon la considération et le soutien de leurs concitoyens, quand un drame survient.

 

Ils portent les armes de la cité en votre nom, et chaque jour s’en servent, où vous les envoyez. Car leur métier est bien la guerre, même si pour bien en mesurer le coût, ils chérissent plus que tout la paix…

 

Ils acceptent de payer le prix du sang, l’épreuve de la blessure. Mais, disent-ils, s’ils deviennent invalides, alors que ce soit « de guerre ». Leur plus grande crainte est d’être un jour regardés comme des victimes, maladroites ou incompétentes, qu’on aurait bernées dans une mauvaise aventure…Car même au fond d’un lit d’hôpital, leur silence et celui de leurs proches ne doivent pas faire oublier qu’ils sont fiers et soucieux de leur honneur.

 

Ils croient que la mission est sacrée, et qu’une vie peut lui être consacrée. Ils savent confusément qu’il n’est pas inique que l’individu se donne, corps et âme, à la collectivité. Ils y verraient même une certaine noblesse, ou un trait qui les distingue et les grandit et c’est pour cela qu’ils ne sont pas des mercenaires. Mais ils le deviendront quand la cité ne les reconnaitra plus pour cette singularité!

 

Les soldats ont le tort d’être pudiques, quand il faut se vendre. Celui de ne pas être compris, parce qu’ils s’expliquent trop peu, se réfugiant dans un silence qui préserve les familles et évite les malentendus. Il est si difficile de témoigner de nos épreuves sans le recul du temps! Mais quand bien même ils parleraient, pourquoi écouterait-on, quand rien n’y oblige, ceux qui finalement incarnent le tragique de la vie? La mort leur colle à la peau alors que la société l’a rayée de son quotidien.

 

Pourtant, il n’est de héros sans légende. Et il suffirait ici de dire les faits, dans leur brutale simplicité. De considérer qu’en dehors de toute option politique le sacrifice d’un jeune Français pour les siens est une valeur en soi digne d’intérêt. Qui pourrait le faire, sinon les médias? À de rares exceptions près - quelques émissions tardives, et d’excellents articles, si l’on cherche bien - c’est plutôt le silence qui règne, toujours moins cruel cependant que les quelques mots qui expédient nos pertes - chaque semaine - entre page judiciaire et météo du lendemain.

 

Alors quoi, finalement? Notre société, si évoluée, avide de libertés et de loisirs, a-t-elle encore besoin de héros, et de légendes? Chacun connait la réponse. Les jeunes Français sont capables de donner vingt noms de footballeurs et chanteurs en tous genres devenus icônes de leur quotidien en délivrant le message de la célébrité et de l’enrichissement. Combien, d’individus qui - quel que soit leur métier - ont choisi de consacrer leur vie aux autres?

 

Ces gamins de 20 ans qui offrent leur vie quand la République le demande mériteraient cette reconnaissance! Mais ils ne font pas fortune. J’ai la faiblesse de croire qu’ils constituent cependant la plus précieuse de nos richesses, toute d’humanité, de chair et de sang.

 

Nous aurons toujours besoin de ces jeunes hommes et femmes pour ce métier de soldat, qu’aucune machine ne fera à leur place. Qui peut croire que la guerre devienne un jour l’affaire de robots commandés à distance par les « riches », contre des « pauvres » à la poitrine nue? Aucune démocratie ne le supporterait. Les hommes sont condamnés à rester l’instrument premier du combat. Mais en trouvera-t-on encore longtemps pour porter nos armes?

 

Rien n’est moins sûr si nous continuons à ignorer l’histoire de nos héros, qui est aussi celle de notre pays s’écrivant sous nos yeux. Rien n’est moins sûr si la nation n’y reconnait pas ses fils et persiste à refuser une considération qu’ils n’osent même plus solliciter, dans la cacophonie de ceux qui exigent tout et n’importe quoi. Une société « fabrique » ses défenseurs en leur offrant une place et une reconnaissance particulières. Elle génère, au sens propre, les volontaires qui feront le choix des armes malgré des contraintes exorbitantes. Un choix rationnel, qui n’est pas seulement la réponse à l’irrésistible appel d’une vocation.

 

Prenons garde que ces volontaires ne deviennent les victimes silencieuses d’un pays qui ne se rappellerait plus ni leur mérite, ni leur utilité, ni même d’avoir un jour exigé leur sacrifice. Nous ne les trouverions simplement plus.

 

Le Général de corps d'armée Hervé CHARPENTIER, mai 2011

 

Groupe Facebook 2

 

IN MEMORIAM

(à consulter les pertes par unité)

 

 


Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éditorial
commenter cet article

commentaires

Coulon Pascal 14/07/2015 12:53

La Défense, quel grand mot qui n'existe que pour ceux qui aiment , qui se décline en maux pour ceux qui l'a dénigre. J'ai eu la chance de servir sous vos ordres à l'EAI comme votre dernier Chef de cuisine, civil, mais j'ai découvert une famille véritable, une cohésion infinie.. La déstructuration est passée telle la faux du jugement, les survivants continuent à se revoir,sur les douleurs du partir, la vie du militaire,s'abandonner sans jamais se quitter. Merci mon Général , pour tout ce que vous avez apporté durant votre passage, votre progression nous honore, vous servir a été plus qu'un devoir, nous savons ce que nous vous devons, si la notion d'honneur a un prénom elle a le votre.

free web design 28/08/2014 13:54

Yes indeed, a person who says what he can do and when he really does that then that person is a real hero. On the contrary there are others who say a thing and they can’t even do that completely. That person is a loser of the first class.

Ben 06/07/2011 11:14



Hey dupont! faut boire frais. Que lis-je? Haine? odieux? Utopie? mauvaise foi et j’en passe!!!! ca grinche dur quand on est pas d’accord avec vous qui parlez de valeurs
démocratiques. Le débat en est une pourtant, cherchez l’erreur….. est ce que c’est le travail des décideurs de haut rang
d’aller se faire trouer la paillasse en afgha? Je les déjà souvent entendu celle la: parce que sarko a un fils il devrait aussi l’envoyer au casse-pipe. Populisme…. Populisme… etonnant de la part
de quelqu’un qui essaye d’expliquer une situation aussi compliqué que celle de l’afpak en ce moment. Avec des bugs toujours! Qui a voulu faire de l’afgha un pays catholique? Autre pb je savais
pas que le viol était une idée extremiste dans l’armee française (et pas que l’armee française d’ailleurs….). je me faisais une autre idée de ce qu’est une idée exrtémiste. Politique par exemple.
Le droit international c’est pareil ça vous sert quand ça vous arrange mais sans vraiment vouloir voir que la démocratie et la liberté c’est aussi un combat…. Ignorer a ce point ce qu’est le
monde et la guerre pour un ancien du grand 8 c’est ça qui est consternant. Vous etes pas convaincant du tout monsieur dupont et c’est pas de la haine de dire que vous bugez tout le temps. L’afpak
sanctuaire du terrorisme ça vous effleure même pas l’esprit. Ya que des yankees qui déclenchent des guerres pour le pétrole et torturent a tout va en entraînant des pauvres français dans
l’affaire. Les pauvres français ont la circonstance aggravante d’avoir des gouvernants cinyques, blindés de tunes et qui font tuer des soldats pour le plaisir. A part ça vous donner du sens au 63
soldats qui ont été déssoudés en kapisa, là même où votre fils crapahute. dupont c’est vous le cinyque!!






dupont 04/07/2011 08:24



Vous êtes consternant. Vous semblez détenir la vérité à vous seul.


 


 Ai-je écrit quelque part que le travail professionnel de notre armée était à remettre en question? Ces hommes sont parfaitement respectables et respectés par moi et beaucoup de
français .Votre interprétation est bien malhonnête, je n'est écrit nulle part que les sodats français étaint comparables aux mercenaires mais m'ayant qualifié de pacifiste, j'essayais de
vous expliquer qu'il y avait de la place entre le pacifiste béat ( ce que je ne suis pas ) et le mercenaire . Mais j'ai bien compris que vous étiez de mauvaise foi . Une IED est une arme
sophistiquée en ce sens qu'elle permet d'être déclenchée à distance et donc une sécurité maximale pour celui qui se sert de ce moyen lâche de combattre . Mais je peux parfaitement admettre que la
qualificatif peut-être discuté, disons une arme redoutable, si vous préférez. le résultat étant bien souvent le même à l'arrivée. 


 Pour ce qui est des décideurs de haut rang, je me pose plus la question . Que penser d'un homme qui déclare que la mort d'un jeune homme en Afghanistan est consentie et
qu' il a donné sa vie pour les valeurs démocratiques, alors que ce même homme passait ses vacances dans un hôtel 5 étoiles tous frais payés par le dictateur qui le recevait ? Où sont ici les
valeurs démocratiques ? Est-ce là la belle Réalpolitik que vous appelez de vos voeux?


Il faut accorder ses actes aux paroles si l'on veut que des évènement fassent sens.Je vous rappelle au passage que le droit international condamne l'usage de la torture comme pratiquée dans les
prisons américaines en Irak et en Afghanistan . Vous ne pouvez pas vous en servir comme bon vous semble . Par ailleurs , le droit d'ingérence n'est pas reconnu internationalement ( ou d'aide aux
populations civiles comme vous l'écrivez ), il a d'ailleurs bon dos . Que ne se réfère-t-on pas à lui pour intervenir en Iran, Syrie, Arabie -Saoudite, Corée du nord, Chine, Russie etc où
les droits humains sont bafoués chaque jour . Que ne s'était-on pas référé à lui quand il s'était agi de protéger les populations bosniaques musulmanes dans le conflit en ex-yougoslavie ? Au
Rwanda où des civiles tootsi accusent des militaires français d'être reponsables de viol en réunion ( elle est là la dérive extrêmiste dans l'armée que vous semblez découvrir) . Elle était déjà
présente au sein du 8e RPIMA où j'étais engagé , il y a quelques années. Certes , elle n'est pas majoritaire heureusement , mais elle bien présente et ne demande qu'a se réveiller au
gré des événements .


Vous ne pouvez pas repousser d'un revers de main dédaigneux une configuration géopolitique. C'est tout à fait stérile et improductif. Les aboutissements de cette guerre vous les verrez en temps
voulu, les retraits progressifs ( l'armée canadienne aura rapatrié tous ces hommes dans un mois ) en sont les prémices.les autres suivront .


il va de soi que le régime taliban est un régime odieux . Mais c'est l'affaire des Afghans maintenant . Savez-vous que dans les années soixante, les femmes se promenaient en jupe courte dans
Kaboul sous la royauté . Ils ont décidé ( notamment les chefs de tribus ) qu'il devait en être autrement et de se référer au coran dans ce qu'il a de plus dur pour changer les choses . Que
pouvons-nous y faire? Ils sont maîtres chez eux . C'est aux Afghans de choisir un islam modéré et de se battre pour ce faire . Vous pensez peut-être en faire un pays de confession catholique



Pensez-vous que le fait de déverser votre haine à mon endroit comme vous le faîtes, vous et votre collègue autre intervenant à un degré moindre, ( écrire en gras sur le net
est considéré comme signe d'impolitesse et d'intimidation ) , changera quelque chose dans mon raisonnement ? il faudra alors vous levez tôt et vous coucher bien tard . Mais je vous
laisse à votre folle utopie ...


Pour ce qui est de soutenir mon fils en ce moment, là vous êtes carrément odieux.


 Je ne vous ai pas attendu pour le faire . il se trouve que nous avons avant son départ échangé sur la situation sereinement . il est parti en toutes connaissances de cause, en
homme courageux et notre relation est marquée du sceau du respect et de l'amour . C'est un militaire apprécié de ses supérieurs et fier de faire le métier en bon professionnel dans une armée
républicaine et démocratique.


Je vous laisse là car j'ai bien compris que nous ne tomberons pas d'accord . Vous pouvez continuer avec vos leçons de moral si cela vous défoule .



sophie 03/07/2011 11:07



En quoi notre armée est livrée aux idées extrémistes?



Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives