12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 07:11

19e-RG.jpg

Quatre jours après la perte de deux légionnaires parachutistes à Nawrozkhel, le Ministère de la Défense nous apprend la mort d'un sapeur survenue hier en soirée. Il s'agit du caporal-chef Facrou HOUSSEINI ALI du 19e Régiment du Génie, dont le VAB ouvrait l'itinéraire d'un convoi lorsqu'il fut touché par l'explosion d'un IED. L'action a eu lieu à 7 kilomètres au sud de Tagab, et a aussi blessé 4 autres soldats.

 

Cette nouvelle perte est annoncée alors que la presse se fait l'écho d'un éventuel tir fratricide qui aurait été à l'origine de la mort du Caporal Kisan Bahadur THAPA, d'origine népalaise, et du Légionnaire Gerhadus JANSEN, d'origine sud-africaine. On appelle tir fratricide un tir provenant d'unités amies ou alliées qui provoquerait des morts ou des blessés dans nos propres rangs. Les tirs fratricides sont communs à tous les conflits, et dans la confusion qu'est toujours un champ de bataille - y compris en ce XXIe siècle - ils seront malheureusement inévitables. On comprendra donc l'importance de la discipline du feu, indicateur réel du professionnalisme de nos troupes,  qui fait que le terrain qu'arpentent nos soldats en Afghanistan - comme ailleurs - n'a rien à voir avec nombre de films et de jeux de guerre. On verra aussi l'intérêt de la félinisation de notre infanterie, qui réduira de manière sensible les risques de tirs fratricides.

 

Toujours est-il que le tir fratricide fait partie des missions de guerre de nos soldats, et qu'il  restera encore longtemps inhérent à ce fameux "brouillard de la guerre". Qu'un ou plusieurs de nos militaires tombent sous des balles françaises ou alliées, cela ne changerait rien à la finalité comme au sens de leur sacrifice. L'ordre de tir pourra être un accident, leur mort restera celle de soldats tombés dans le cadre de l'exercice de leur mission. Les moins avertis pourront toujours se répandre quant à l'absurdité de tels accidents, c'est la guerre en tant que telle qui sera toujours absurde non le sacrifice de Héros.

 

Des héros qui livrent une bataille inégale où l'information ne met en exergue que leur mort au demeurant si mal expliquée dans nos médias. Ainsi - et cela est particulièrement dommageable pour donner un sens à la lutte que nous menons en Afghanistan -, est-il si peu question des pertes que subissent nos ennemis. dans le même temps. Ces dernières sont bien plus nombreuses et sévères que les notres du fait de la supériorité de nos armes, mais aussi et surtout du peu de cas que les insurgés accordent à la vie humaine que ce soit celle de leurs combattants ou celle des civils de leur propre population. Les témoignages à ce sujet convergent.

 

2011 (infographie)

 

La destruction du Chinook américain, samedi dernier, illustre cette faiblesse à ne vouloir traiter la situation que de manière parcellaire et unilatérale. Les pertes américaines de ce jour (25 soldats dont une majorité de Navy SEALs un hélicoptère de transport) ont été, certes, lourdes mais exceptionnelles à l'échelle de ce conflit comme le montre l'infographie d'icasualties reprise par le Washington Post (voir ci-dessus). Elles ont eu lieu dans le cadre d'une opération visant à détruire une cellule talibane organisée autour de Mullah MOHIBULLAH, ce dernier commandant un groupe d'une douzaine de combattants responsables de plusieurs attentats. Au-delà de la destruction de cette cellule talibane, c'est la sécurisation de la vallée de Tangi et d'une partie de la province de Wardak qui est en jeu. Lors de l'opération de samedi, 6 Taliban furent tués soit la moitié de la cellule de MOHIBULLAH. En fuite, MOHIBULLAH et le tireur responsable de la destruction du CH-47, furent repérés et éliminés deux jours plus tard par une frappe aérienne dans le district de Chak. Il est  regrettable que de tels faits ne furent pas aussi médiatisés, en France, que la mort des soldats américains et de leurs frères d'arme afghans (1). Ainsi, notre opinion publique est-elle privée de cette indispensable contextualisation qui explique tout et donne, in fine, un sens à ces combats (2).

 

"Défense et Démocratie" rend, donc, hommage aux soldats alliés qui continuent d'accomplir leurs difficiles missions, souvent avec succès nonobstant des pertes qui peuvent être lourdes. Nous nous associons aussi au deuil de l'Armée de Terre, ainsi qu'à la douleur et à la peine de la famille et des proches du caporal-chef HOUSSEINI ALI tombé hier en Kapisa. Âgé de 32 ans, HOUSSEINI ALI était également père de deux enfants.

 

(1) Source: Major General John R. ALLEN.

(2) Hormis ceux qui lisent des sources spécialisées et de langue anglaise...

 

C-Facrou-HOUSSEINI-ALI.png

Caporal-chef Facrou HOUSSEINI ALI (source - MINDEF)

 

Honneurs-militaires-Kisan-B.-THAPA-et-G.-JANSEN.png

Calvi aujourd'hui. Les honneurs militaires sont rendus aux légionnaires Kisan B. THAPA et G. JANSEN en présence du Ministre de la Défense Gérard LONGUET (source - MINDEF)

 

Groupe Facebook 2

Logo 3

IN MEMORIAM

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

commentaires

zoubida 15/08/2011 08:44



quel rapport avec la choucroute des harkis!?



Casbah 14/08/2011 21:28


Je me demande si ces photos nostalgiques font parti des Harkis qui ont trahi leur pays?


Thierry GAUROY 12/08/2011 23:09



Facrou HOUSSEINI ALI vous êtes désormais intégré dans cette longue chaîne indestructible de militaires combattants qui, à travers l'histoire, rendent la France si belle
à aimer. Que votre exemple serve de guide, pour la vie future, à chacun des membres de votre famille et à nous mêmes.


CV ( R ) Thierry GAUROY - Pdt du CCACR 77






Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives