9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 06:52

 Insigne RICM

Hier après-midi, dans la vallée de Tagab (sud de la Kapisa), un 53e soldat français a été tué. Effectuant une opération de dépannage, et alors qu’il guidait un VAB,  le Caporal-chef Hervé GUINAUD du Régiment d’Infanterie de Chars de Marine (RICM de Poitiers) a été mortellement touché par une explosion dont l’origine n’est pas encore précisée. Si deux autres militaires ont été légèrement blessés, le soldat a succombé à ses blessures peu après. Hervé GUINAUD, 42 ans, était marié et était père d'un enfant. Nous saluons ce nouveau sacrifice, et témoignons de notre soutien auprès de la famille et des proches de ce soldat.

 

L’engagement de nos forces en Afghanistan dure bientôt depuis dix ans, et des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent quant à l’utilité de ce conflit, et la manière dont il est mené. L’hebdomadaire “Marianne” de cette semaine ouvre ainsi un dossier sur le sujet: “Que fait la France en Afghansitan? Le débat interdit.” Dans ce dossier, le journaliste Jean-Dominique MERCHET, spécialiste des questions de Défense connu pour son opposition à cette intervention, nous livre une nouvelle réflexion: “L’Armée française en Afghanistan: une mission coupée de la Nation?”

 

Avec cette première disparition au combat de l’année 2011, nous rappelerons que nos militaires travaillent à une mission de paix, de stabilisation et de reconstruction dans un pays particulièrement difficile, au-delà duquel c’est toute une zone, incluant le Pakistan voisin, qui joue aussi le rôle de poudrière internationale.

 

Groupe Facebook 2

5

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article

commentaires

Ménesglad 09/01/2011 22:39



Je m'associe aux condoléances pour ce nouveau soldat mort en opération. Repose en paix Soldat et merci pour ton courage.



GAUROY 09/01/2011 10:38



MERCHET prend ses désirs pour des réalités. L'Armée Française en Afghanistan n'est pas coupée de la Nation puisque la Nation sait bien que notre présence là-bas fixe l'abcès très loin de nos
frontières, tout en permettant à nos soldats de s'aguérir sur un vrai théâtre et non en exercice. Pourquoi dans ces conditions, ne se pose-t-il pas la question de ce que faisait de Gaulle à
LONDRES, il y a 70 ans, alors que tous les Français étaient soulagés d'avoir signé un armistice qui leur donnait un répit en attendant que d'autres se fassent "casser la figure" pour venir les
libérer. Par contre, il n'est pas nécessaire d'en faire trop comme par exemple la réintégration complète dans l' OTAN alors que nous n'en avons pas les moyens financiers. Nous sommes en train de
nous réfugier dans notre alignement total pro américain comme d'autres se croyaient à l'abri derrière la ligne Maginot. Et oui, il va bien falloir admettre que la sécurité totale et absolue
n'existe pas dans ce bas monde, mais que nous devons garder en permanence une attitude de vigilance à l'égard de nos ennemis potentiels et mais aussi à l'égard de nos alliés qui ne sont pas
infaillibles. La peine de mener sa vie à soi et le trouble de penser par soi-même. Nous ne sommes ni plus bêtes, ni moins bêtes que les autres peuples et nous avons un grand passé
historique qui nous donne une avance culturelle que nous devons conserver.


 



Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives