15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 17:03
"HOMMAGE AUX FEMMES DE NOS SOLDATS". UN NOUVEAU GROUPE EST NÉ SUR FACEBOOK

5.jpg    C’est au Quartier Corbineau, implantation du 402e Régiment d’Artillerie de Châlons-en-Champagne, que le Ministre de la Défense, Hervé MORIN, est venu rendre, aujourd’hui, les honneurs militaires ainsi qu’un dernier hommage au Capitaine Fabrice ROULLIER et au Sergent-Chef Mathieu TOINETTE. Le Général d’Armée Elrick IRASTORZA, Chef d’État-major de l’Armée de Terre (CEMAT) ainsi que les familles des deux militaires étaient présents.

Hommage-2-402e-RA.jpgLe Quartier Corbineau, vendredi 15 janvier au matin (source photographique - Ministère de la Défense)

    Lundi, dans le village d’Alasay, les deux hommes qui faisaient partie d’une OMLT épaulant une unité de l’ANA, furent engagés dans un combat. Alors que le sous-officier fut le premier touché, le Capitaine ROULLIER, se portant à son secours, fut à son tour mortellement atteint. Il devait décéder le lendemain. À titre posthume, le Capitaine ROULLIER fut promu Lieutenant-Colonel, et le Sergent-Chef TOINETTE, Adjudant. Tous deux reçurent les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur. Rappelons également qu’au lendemain de ces deux décès, le Maréchal des logis Harouna DIOP du 517e Régiment du Train fut lui aussi tué par un IED.

Hommage-402e-RA.jpg(Source photographique - Ministère de la Défense)

    Les hommages se succèdent donc, et ils ne cesseront avant longtemps tant le conflit afghan s’inscrit-il dans la longue durée. Neuf années déjà, et l’on ne voit pas encore l’issue. Ces hommages particulièrement visibles, relayés quasiment en temps réel notamment par notre blog, ne doivent cependant pas être compris comme une faiblesse, alors que dans le même temps le décompte des Talibans abattus ainsi que leur visage nous restent inconnus.

    Il est vrai que si le “body count” a fini par miner le moral de l’opinion publique américaine qui finissait par voir davantage ses propres morts que ceux de l'ennemis durant la Guerre du Vietnam, il est aussi un révélateur du prix que nos démocraties accordent à la vie humaine. Un prix qui nous distingue très certainement de nos ennemis en Afghanistan, mais qui ne doit pas entamer notre détermination à poursuivre le combat. D’où l’urgente nécessité à renforcer la solidarité et la cohésion de la Nation autour des forces armées, quelles que soient les décisions politiques qui sont et seront prises.

    Le blog “Défense et Démocratie” est ainsi entièrement tourné vers cet autre combat qu’est la refondation du lien Armée-Nation. Alors que nous avions relayé notre message et notre action sur le site de réseautage Facebook, à travers le groupe “SOUTENEZ NOS FORCES ARMÉES”, voilà que nous avions ressenti le besoin d’essaimer et de créer un deuxième groupe émanant du premier, un groupe plus spécifiquement consacré “aux Femmes de nos soldats”.

    Les monuments aux morts, comme les hommages rendus à nos soldats, ne cessent depuis plus d’un siècle de nous rappeler la geste héroïque des combattants français de toutes les guerres, celles gagnées ou celles perdues. Mais alors que le nombre de nos soldats tués et blessés en Afghanistan continue d’augmenter mécaniquement du fait de l’accroissement des troupes sur ce théâtre d’opérations, du fait de l’intensification des combats, du fait que l’on ne peut gagner les coeurs des Afghans sans se rapprocher du terrain avec tous les risques que cela comporte, nous avons trop souvent tendance à oublier ces autres héros que sont les femmes qui partagent la vie de nos militaires, et souffrent en silence.

    Nous oublions, trop souvent, que derrière chaque HÉROS se tient une HÉROÏNE. À chaque balle qui frappe, à chaque IED qui tue ou mutile, c’est le commencement d’une souffrance infinie pour celle qui est restée, alors que l’autre s’en est allé, brutalement emporté et toujours trop tôt.

    Dans une société où les Forces armées se sont professionnalisées et spécialisées, le risque est grand de ne vouloir voir désormais en chaque militaire qu’un technicien de la guerre qui s’est engagé “pour cela” ou qui “est fait pour cela.” Combien de fois n’entendons-nous pas le poncif selon lequel “ils se sont engagés en connaissance de cause, ils devaient s’y attendre…” mais comment dire une telle chose à une mère, une épouse ou une soeur d'un soldat qui vient de mourir?

    Certes, l’absence d’humanité peut aussi guetter en démocratie, et le cas Nadia MOREL l’illustre bien. Mais pour l’immense majorité de nos concitoyens, y compris ceux qui désapprouvent le conflit afghan, il y a des choses que l’on ne peut dire ne serait-ce que par pudeur devant le spectacle de la détresse et du désespoir né de la perte du mari, du fils ou du frère. En ce sens, les “Femmes de nos soldats” sont porteuses d’une humanité qui nourrit un lien essentiel entre notre monde de confort et de sécurité et celui de la guerre et de ses risques mortels.

    Ce deuxième groupe viendra donc enrichir toutes ces initiatives, qui se développent sur Facebook mais aussi ailleurs. Des initiatives qui montrent combien le lien entre la Nation et son Armée peut être encore vivant. Émanation du groupe “SOUTENEZ NOS FORCES ARMÉES” avec lequel il est étroitement lié, “Hommage aux FEMMES de nos soldats” s’en distingue afin de mieux dire toute la place que l’on devrait faire à ces femmes qui, par amour, ont adhéré à l’engagement si particulier de leur mari ou de leur compagnon.

    Ce nouveau groupe est donc dédié aux mères, aux épouses, aux compagnes, aux soeurs. À celles qui savent plus que tout autre ce que c’est que de donner et de construire la Vie. Celles qui voient partir, qui attendent et qui prient. Celles qui espèrent tout en continuant à affronter seules les difficultés du quotidien. Celles qui subissent et acceptent à jamais le sacrifice de l’autre.

NB – Ce soir, la chaîne France 4 rediffuse un documentaire de Gaël LEIBLANG, “La meilleure façon de marcher. Engagez-vous!” (2006), qui retrace les premiers pas de quatre jeunes dans l’institution militaire.

Hommage aux FEMMES de nos soldats
Groupe-Facebook.jpg

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article

commentaires

Sebastian et Adam 02/02/2010 23:44


Nous voulons juste dire notre respect que l'on doit à ces femmes qui n'ont pas pu "diriger" leur vie comme elles l'auraient souhaité.
 - Pourquoi ont elles choisi de vivre avec un soldat?
Car elles l'aiment et l'aiamaient donc il faut du courage pour accépter de vivre avec un possible sacrifice future.
 - Qu'est-ce qui fait qu'elles n'y sont pour rien et qu'elles doivent peut être subir ce passage de la vie très difficiles?
D'un certain point de vu elles n'y sont pour rien car elles peuvent se marrier avant que leur mari ne devienne soldat et c'est donc la "faute" du mari qui a bien sur pensé au concéquence que cela
pourrait avoir. Résumer brevement, le mari sacrifie son amour pour aider sa patrie.
Nous vous disons juste, pour les femmes de soldats, bon courage car il en faut et pour les autres personnes, vivre cela ce résume par les mots sacrifice, courage,et donc le verbe subir.

                                                                  
Adam et Sebastian


Adrien et Romain 01/02/2010 18:30


Nous sommes un peu d'accord avec ce post car c'est un peu la vérité sauf que la femme en lui disant cela, pourrait penser qu'en signant le contrat d'engagement dans l'armée, il y avait un risque
que la personne meurt ou soit griévement blessé (en temps de guerre). De plus, la femme n'aurait peut-être pas dû se marier avec un militaire ou si elle était déjà mariée, empêcher l'hommes de
s'engager dans l'armée pour ne pas en subir les conséquences. Nous pensons donc que les vrais coupables sont les talibans (dans ce cas) car c'est eux qui ont tué le soldat qui possède une famille
et ainsi mis la famille dans cette situation difficile.

Signature: Adrien et Romain


Aurore et Célia 31/01/2010 19:21


Bonjour,
Nous compatissons à votre douleur et à votre angoisse car perdre ou attendre un être cher est d'une difficulté imaginable. Nous apprenons avec Enseignant Défense les valeurs morales de la vie en
société. Nous jeunes élèves et surtout jeunes citoyens de ce pays, nous avons eu un privilège immense d'être aller aider pour ''Les colis de Noël'' les épouses, les mères et les sœurs mais aussi
les sous-officiers et les officiers dans cette tâche importante. Pendant cette journée merveilleuse et riche en émotion nous avons eux l'occasion de discuter avec quelque femmes et elles nous
parlaient un peu de leur sentiment. Cela touche vraiment car on voit que elles sont très importantes même si on l'oublie. Ma coéquipière et moi compatissons de tout cœur avec vous et continuer ce
que vous faites car vous êtes toutes courageuse.

Signature d'Aurore et de Célia


Anthony et Kévin 31/01/2010 18:14



     Nous savons que le nombre de soldats morts augmentent du fait de l'intensité des combats en Afghanistan. Mais ces soldats agissent sciemment mais ce n'est pas une raison
pour ne pas les soutenir dans leur noble cause : celle de nous protéger. Ils sont des héros au destin tragique.
     Mais il semblerait que les citoyens français ne se sentent pas concernés, à cause de la position actuelle de la guerre ; c'est-à-dire en Afghanistan. Tandis qu'autrefois
la guerre était un sujet direct et de fierté pour les citoyens durant les Grandes Guerres, comme elles se déroulaient en partie sur le territoire français. Les monuments aux morts rendent hommage
aux nombreux soldats morts pour sauver notre patrie, pour leurs gestes héroïques.
Ce qui est déplorable aujourd'hui est que la majorité des Français ne soutiennent pas l'armée.
Le lien Armée-Nation est limité à cause de l'évolution de l'armée et des préjugés/reproches que certains citoyens font aux soldats.
     En parallèle, lors de la mort d'un soldat, les expressions adressées à la famille sont toutefois un peu trop directes. Ils devraient se comporter avec plus de retenue.
Les familles des militaires, c'est-à-dire les femmes (mères, soeurs ou épouses) sont un exemple de solidarité et d'héroïsme. En effet, elles partagent la même peine, les mêmes angoisses, la même
vie de famille, vie compliquée car il y a un mari ou un père absent. Elles ont un amour fort pour leurs époux qui sont loins d'elles : elles souffrent en silence. Malgré tout, ces femmes se
soutiennent et s'encouragent mutuellement. De plus, ce sont elles qui font le lien entre la nation (un monde sécurisé) et l'armée (un monde de guerre, des terrains dangereux/mortels : un monde
étranger aux citoyens).
     Une mère, une soeur et une épouse expriment leur détresse, leur tristesse comme toutes personnes après la perte d'un fils, d'un frère ou d'un époux. N'oublions pas qu'un
militaire reste avant tout un homme... un homme avec une mission particulière. Nous trouvons alors inacceptable, de notre point de vue, qu'on ne respecte pas ces hommes. Des hommes quand même
aimés par des proches.
     Nous nous devons ainsi de leur rendre hommage, respecter et soutenir leurs famille à travers cette épreuve. : c'est le strict minimum que nous pouvons faire.


Kévin et Anthony



Marie-Charlotte et Anne-sophie 31/01/2010 17:36



Bonjour, nous trouvons les femmes et compagnes des soldats très courageuses de supporter ainsi l'absence de leur maris et compagnons. Nous pensons aussi qu'elles
doivent souffrir de cette absence et nous compatissons... De plus, nous les admirons pour le courage dont elles font preuve chaque jour.



Marie-Charlotte et Anne-sophie



Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives