15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 09:11

KABOUL SEPTEMBRE 2011, LE PARADIGME DE L’OFFENSIVE DU TÊT?

 

Kaboul---Infographie-2011.jpg

L'attaque des 13-14 septembre 2011 (source - Le Figaro)

 

Mardi 13 septembre 2011, deux jours après les commémorations du dixième anniversaire des attaques du 11 septembre 2001, les Taliban ont lancé un spectaculaire assaut dans la capitale afghane même. L’affaire n’est pas nouvelle: le Ministère de la Défense, l’hôtel Intercontinental et le British council avaient déjà fait l’objet d’attaques ces derniers mois. Cette fois, ce fut au tour du quartier général de l’OTAN/ISAF, de l’ambassade des États-Unis et de casernes de police, d’être l’objet d’une vague d’attaques suicides coordonnées. Les insurgés armés de mortiers et de lance-roquettes, en plus de leurs armements individuels, ont été identifiés comme appartenant au réseau Taliban Haqqani. Un réseau terroriste situé au Pakistan, lié à Al Qaida, et qui opère aussi en Afghanistan.

 

Aucun soldat occidental n’a été tué, mais une quinzaine de civils et de policiers afghans ont péri au cours de l’attaque. Les neuf Taliban ayant participé aux combats ont été abattus, les derniers d’entre eux étant éliminés mercredi matin. L’assaut Taliban en plein coeur de la capitale afghane n’a donc pas fondamentalement renversé le rapport de forces, ni changé quoi que ce soit d’un point de vue militaire stricto sensus.

 

Était-ce cependant le but des Taliban? L’effet recherché était avant tout médiatique et psychologique, en montrant aux caméras et aux médias du monde entier que la première ville du pays n’est pas à l’abri d’attaques dix ans après l’intervention occidentale. Pire, les symboles même de cette intervention et de la puissance occidentales peuvent être directement pris à partie, et ne sont nullement en sécurité. Peu importe que tous les combattants insurgés aient été éliminés, et que leur opération se soit soldée par un échec tactique complet. Seul compte l’effet médiatique et psychologique tel celui qui, au coeur de la bataille de Saigon en janvier 1968, décida du tournant de l’engagement américain au Vietnam, partant la défaite politique  de la grande puissance et de l'État qu'elle soutenait alors. L’offensive de 1968 du Général Giap peut être considérée à juste titre comme un paradigme.


 

FREMM---Message-2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Fiches et dossiers
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives