7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 10:39


(Source - Cadremploi, Le Figaro)


Saint-Cyrien de la promotion Montcalm (1980/1982), le Général Éric BONNEMAISON est revenu au bercail après une riche carrière partagée entre le monde opérationnel et le monde diplomatique. Il commande depuis 2009 les Écoles de Coëtquidan. Bien plus que la reconnaissance d’une valeur professionnelle qui ne pouvait que le prédisposer à la formation des officiers de l’Armée de Terre, ce commandement est aussi une consécration pour cet officier intellectuel et écrivain qui n’a jamais cessé de réfléchir sur la condition militaire et le rapport de l’homme à la guerre et à la violence (1).


Cavalier et marsouin d’origine, Éric BONNEMAISON connaît bien l’Afrique où il a d’abord participé à l’opération Manta au Tchad (1985/1986) comme lieutenant. Chef de bataillon il a été ensuite engagé dans des opérations à Djibouti et en Somalie. Dans le cadre de la coopération, il a été coordinateur géographique pour l’Afrique centrale avant de devenir adjoint militaire de l’Ambassadeur pour le renforcement des capacités africaines de maintien de la paix. Cette connaissance approfondie des réalités du continent africain le conduira en 1999 au poste de représentant français auprès du Centre d’Études Stratégique de l’Afrique à Washington DC. En 2005, il devient le chef de la cellule Afrique/Moyen-Orient au cabinet du Ministre de la Défense. Entre-temps, Éric BONNEMAISON sera breveté de deux académies militaires américaines : le Command and General Staff College et l’Armed Forces Staff College (1995/1996), avant d’exercer deux grands commandements au RICM (2002) et à la 9e BLBMa (2007).


C’est donc à un officier riche d’expériences et de connaissances qu’est confiée la formation des élèves-officiers de Coëtquidan à partir de 2009. L’année suivante, le Général BONNEMAISON publie un livre remarquable qu’il destine aux futurs officiers de l’Armée de Terre (2). Dans cet ouvrage bien écrit, qui tutoie le futur candidat à l’engagement pour finir par s’adresser au jeune officier, l’auteur enlève le lecteur dès les premières pages. Pourquoi ? La réflexion d’Éric BONNEMAISON est philosophique mais non abstraite. Sa philosophie se nourrit en permanence d’une expérience de terrain qui éclaire et donne tout son sens au mot “action”. La grande valeur du propos réside, en effet, en ce qu’il cherche à donner un sens à l’engagement et à la mission du militaire d’aujourd’hui. Cette recherche l’amène à une conclusion d’humanité où, plus que jamais, dans les conflits asymétriques d’aujourd’hui, la place des hommes, dont l’officier est amené à exposer la vie, reste centrale.

 

Quand on lit le Général BONNEMAISON on comprend tout ce que recouvre professionnellement et humainement la grande École du Commandement. Une école dont les enseignements dépassent de loin le monde des seules forces armées, même si c’est au sein de ces dernières que l’expérience du commandement restera toujours unique. On comprend aussi combien le sujet central de la Défense de notre Nation nous parle de vie et non de mort ; combien l’officier français d’aujourd’hui se situe à mille lieues du stéréotype de la brute militaire sans âme ni foi. Car de l’exercice de l’autorité à l’esprit de responsabilité en passant par l’exemplarité et la sollicitude, l’auteur nous décrit la carrière des armes comme un métier d’âme et de vertus qui, si elles sont théoriquement à la portée du plus grand nombre, sont loin d’être saisies de tous. Un métier d’esprit et de coeur aussi appelé “vocation”.

 

Groupe Facebook 2

 

Avant-propos du livre "Toi, ce futur officier"


"Je hais la guerre et je hais les armes de toutes mes forces. Depuis toujours.


Tout petit, j’étais entouré d’une famille remplie d’amour.


Puis l’Histoire m’a obligé à me battre en Algérie. J’ai découvert que la guerre pouvait faire tomber des hommes dans la barbarie. Et c’est en refusant la torture que j’ai pris conscience des droits de l’Homme.


Dans notre monde de violence, ma vocation de prêtre et d’éducateur de rue m’a porté à m’occuper des jeunes délinquants, rendus barbares par le manque d’amour et l’absence de parents. Ceux dont plus personne ne veut.


“Toi, ce futur officier”, le livre d’Éric Bonnemaison , s’adresse aux jeunes qui souhaitent se diriger vers l’armée. Ce général expérimenté nous parle avec une grande sagesse des qualités humaines et de la conscience nécessaires pour combattre l’ennemi et diriger les hommes. Ses pages m’ont surpris par leur limpidité et leur profondeur. Nous sommes bien loin de l’armée archaïque que j’ai connue dans ma jeunesse.


Ses propos intéresseront aussi tous ceux qui comme moi ; même en dehors des corps armés, s’interrogent sur l’énigme de l’homme face à la violence.


Père Guy GILBERT
Paris, le 9 novembre 2009"

 

(1) Lire de (Frédéric) PONS, "Général Éric Bonnemaison: "Ce que je dis à mes Saint-Cyriens", in Valeurs actuelles du 11 février 2010 et de (David) ABIKER, "Général Bonnemaison: MAM m'a scanné", in Le Figaro du 29 novembre 2011.

(2) (Éric) BONNEMAISON, Toi, ce futur officier, Paris, Economica, 2010, 240 p.

 

FREMM---Message-2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives