19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 09:29

Insigne ENSOA

Insigne de l'ENSOA

 

La ville de Saint-Maixent-l'École, située dans le département des Deux-Sèvres non loin de la Niort, a une longue tradition d'accueil d'unités et d'écoles militaires. Cette tradition remonte au lendemain de la désastreuse guerre franco-allemande de 1870. Cependant, lorsque l'on parle de Saint-Maixent de nos jours, la ville se confond essentiellement avec le nom de la prestigieuse École Nationale des Sous-Officiers d'Active (ENSOA). L'ENSOA est, en effet, considérée comme la maison mère des sous-officiers de l'Armée de Terre, l'École où ces derniers accomplissent leur formation initiale avant d'être envoyés dans des écoles de spécialité (dites d'application), puis dans les unités opérationnelles. L'École de Saint-Maixent est aux sous-officiers ce que les Écoles de Coëtquidan sont aux officiers.

 

Du grade de sergent à celui de major, les sous-officiers constituent un maillon essentiel dans la chaîne de commandement au point qu'ils sont souvent qualifiés de "cheville ouvrière" du commandement, ceux qui commandent directement les troupes sur le terrain dont ils partagent au plus près la dureté de la vie. Leurs responsabilités techniques, tactiques, d'encadrement et d'instruction sont incontournables au point qu'un bon officier reconnaîtra (toujours) avoir sauvé sa mise - ou réussir son temps de commandement - grâce au soutien inestimable de ses sous-officiers (ajoint comme subordonnés).

 

Certes, au quotidien, la cohabitation n'est pas facile entre les deux catégories de chefs: compréhension de la mission, répartition des tâches et compétences techniques ne sont pas les mêmes, et ne sont souvent pas perçues de la même manière dans un contexte très hiérarchisé et conflictuel. L'appréhension d'une même mission se fera toujours à deux niveaux différents selon que l'on soit officier ou sous-officier. Cependant, un jeune lieutenant ou capitaine comprendra très vite que le grade n'est pas suffisant pour commander ses sous-officiers, et qu'il lui faudra une compétence technique et humaine avérée au quotidien pour gagner leur estime et leur loyauté. Inversement un jeune sous-officier devra accomplir ce même travail de compétence en direction de la troupe tout en comprenant les impératifs du commandement. Il devra exercer la part la plus rude de celui-ci sans en avoir pour autant la supervision de son lieutenant et de son capitaine. Avec l'expérience et l'ancienneté beaucoup de sous-officiers exercent des commandements d'officiers dans les unités, devenant chefs de section ou de peloton à part entière. Pour les plus capables, l'Armée leur offrira la possibilité de devenir officier par la voie du recrutement interne.

 

L'ENSOA accueille, de nos jours, des engagés venant directement de la vie civile et désirant devenir sous-officier de carrière. D'autres venant des unités, et par recrutement interne, viennent aussi y suivre une deuxième formation initiale: celle des sous-officiers après avoir vécu celle des militaires du rang. Géographiquement, l'École a toujours été articulée en plusieurs ensembles, ce qui lui fait occuper un espace important dans une petite commune de 7500 habitants, auquel il faut ajouter les terrains de manoeuvre environnants. Les quartiers Largeau, Coiffé, et Marchand constituent actuellement l'ENSOA. Un quatrième ensemble, le Quartier Canclaux, a été récemment rendu à la municipalité. C'est au Quartier Coiffé que l'on trouvera le coeur de l'École avec les bataillons d'élèves sous-officiers et les différents services. C'est en ce lieu que ceux-ci apprennent d'abord leur métier de soldat dans un premier temps, auquel succède un apprentissage du commandement des hommes.

 

Le 1er septembre prochain, l'ENSOA fêtera son cinquantième anniversaire. S'il existait déjà une école de formation de sous-officiers à Saint-Maixent depuis 1948, c'est en 1963 que naissait véritablement l'ENSOA et que la première promotion était accueillie (4 novembre). L'École n'a depuis cessé de donner à l'Armée de Terre de nombreuses générations de sous-officiers dont l'Enseignant Défense du Lycée Galilée est lui-même issu (108e promotion d'octobre 1983). 2013 sera donc une année importante pour l'ENSOA qui a prévu d'organiser plusieurs manifestations à savoir:

  • 22-23 mai 2013 - Le baptême de la 289e promotion aux Invalides, avec une messe du souvenir. Un concert de musique militaire sera donné à cette occasion dont les bénéfices iront à la Cellule d'Aide aux Blessés de l'Armée de Terre (CABAT).
  • 8 et 9 juin 2013 - Portes ouvertes de l'Ensoa. Visite de l'École, démonstrations dynamiques, présentation de matériels...
  • 14 juillet 2013 - Défilé de la 289e promotion de l'Ensoa sur les Champs-Elysées en présence des anciens de la Première promotion (1963).
  • Décembre 2013 - Cérémonie de clôture du cinquantenaire.

La devise de L'ENSOA est "S'élever par l'effort" et son chant "Jeune chef" que l'on pourra écouter ci-dessous.

 

 

Groupe Facebook 2

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives