22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 09:31
“Les blessures et les morts appartiennent au destin des Armées. L’acceptation du risque suprême honore le choix de vie que vous avez fait. Tout le monde n’a pas, comme vous, le courage de regarder le danger en face.”

 

Le Premier Ministre, François FILLON, le mardi 21 décembre 2010

 

Fran-ois-Fillon.jpg

Cliquer sur la photographie pour écouter le discours du Premier Ministre

 

C’est à la veille de ce Noël 2010, hier, mardi 21 décembre, que le Premier Ministre François FILLON a rendu un bel hommage à nos soldats qui servent ou ont servi en Afghanistan.

 

Engagée sur ce théâtre d’opérations depuis 2001, la France a commencé à y subir des pertes à partir de l’année 2004. Depuis, 52 militaires français sont tombés au champ d’honneur, essentiellement en Kapisa. Cela est quantitativement peu eu égard aux nombre de frères d’armes britanniques, canadiens et, surtout, américains tués sur les routes et dans les combats d’Afghanistan sur la même période. Mais cela est beaucoup pour un pays qui n’a pas connu le traumatisme d’un 11 septembre 2001, qui a toujours douté de son engagement militaire, dans lequel une partie de l’opinion publique ne perçoit pas clairement les enjeux de la zone AFPAK, ni les risques du terrorisme islamiste, et où de nombreuses voix – dont celles d’experts – remettent en cause notre intervention militaire.

 

C’est dans cette atmosphère générale de doute quant à l’issue d’un conflit qui ne veut toujours pas dire son nom dans notre pays, que François FILLON s’est adressé à l’ensemble de nos forces armées engagées dans cette région du monde, à travers la décoration de cinq militaires: le Chef de bataillon Stéphane CAFFARO, recevant les insignes d’Officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur, le Médecin-Capitaine Sébastien SICARD fait Chevalier de la Légion d’honneur, les Maréchal des logis chef Erwan CAMEL, Sergent Vincent POIROT, Caporal-chef Alexandre DELOT recevant la Médaille militaire. Avec cette remise de décorations, le Premier Ministre a salué les morts, mais aussi les nombreux blessés et mutilés dont on ne parle quasiment jamais, et a rappelé la valeur exemplaire de tels sacrifices.

 

 La lutte contre les Taliban passe par la difficile construction d’un État de Droit, et la reconstruction également d’une société dont les valeurs culturelles et de civilisation sont fort différentes des notres. De tels objectifs ne peuvent s’inscrire que dans une durée, que notre société n’est peut être plus capable d’accepter. Cependant, si la France continue de revendiquer ce socle de valeurs qui fait ce qu’elle est de nos jours – nonobstant les errements et les erreurs des politiques du moment -, ce qui se passe en AFPAK ne peut la laisser indifférente. Ces valeurs qui fondent aussi nos intérêts à long terme, ne l’oublions pas, justifient le bien fondé de notre engagement en Afghanistan aux côtés d’autres puissances occidentales. Si nous pouvons regretter une certaine faiblesse politique ou sociale pouvant freiner, au sein de nos démocraties, la logique de cette lutte, nous n’avons pas à rougir du fondement même de notre intervention afghane.


Et parce que ce combat est juste en ce qu’il s’oppose à des valeurs que notre propre Histoire a condamnées, nos soldats ne meurent pas pour rien en Kapisa. Non pas leur sacrifice reste exceptionnel du fait de sa nature même, mais il demeure plus que jamais louable. Souhaitons maintenant que cette guerre soit gagnée un jour, d’une manière ou d’une autre.

 

Pertes Afghanistan - Infographie 2010

5

Groupe Facebook 2

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éditorial
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives