6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 05:31

Une analyse de Geoffroy LEJEUNE, de l'hebdomadaire "Valeurs actuelles", dont on soulignera un bon sens trop souvent inaudible lors des périodes de crises. La réflexion du journaliste dépasse de loin le seul conflit libyen. Si elle interroge le "temps médiatique" - véritable prisme déformant de notre perception d'une situation -, elle n'en questionne pas moins avec pertinence le rôle d'une partie de nos élites dans cette paralysie mortifère qu'est le défaitisme.

 

Preparation-airstrike.png

Libye 2011. Départ d'une mission à bord du porte-avions Charles de Gaulle (source - MINDEF)

 

 

DÉFAITE POUR LES DÉFAITISTES – VALEURS ACTUELLES DU JEUDI 1er SEPTEMBRE 2011

 

Une grande partie de nos élites avaient prédit une catastrophe à la France et au Royaume-Uni. Une étrange constance dans l’aveuglement. Bourbier, enlisement, « Viêtnam français »: un grand nombre d’“experts” avaient prédit le pire à la coalition internationale, jetant l’anathème sur la campagne militaire menée principalement par la France et le Royaume-Uni. Le conformisme ambiant, à l’image des analyses actuelles sur l’Afghanistan, rendait quasiment inaudibles les quelques explications qui pouvaient annoncer un succès final.

Les appels à la patience des responsables français et britanniques n’entamaient en rien les certitudes fortes, mais coupées des réalités, d’un certain nombre de faiseurs d’opinion, “experts”, intellectuels et journalistes baignant dans le même conformisme, ignorant la complexité et les contraintes de toute opération militaire. L’issue de la guerre vient de leur donner tort. Très rares sont ceux qui ont reconnu leurs erreurs. Quelques jours à peine après les premières frappes françaises, le 23 mars, Jean-Yves Moisseron, spécialiste du monde arabe, est le premier à sonner la charge dans le Monde: « Le scénario qui se dessine dans le cadre très étroit de la résolution 1973 des Nations unies est très préoccupant […]avec tous les risques de retournement de l’opinion internationale, mais aussi d’instabilité profonde aux portes de l’Europe. » Le chercheur affirme même que la seule puissance aérienne ne « pourrait menacer le régime de Tripoli ».

Un thème domine: l’enlisement. Le 28 mars, dans l’émission Mots croisés (France 2), Marine Le Pen prend à partie notre rédacteur en chef Frédéric Pons, dans un débat sur la Libye: « À un moment donné, on nous expliquera qu’on ne peut pas faire autrement […] et on ira sur le terrain, et on s’enlisera. […] Il y aura évidemment des bavures. […] Nous y sommes probablement pour dix ans! » En juin, lors de l’émission C dans l’air (France 5), la plupart des invités, dont le politologue Hasni Abidi, spécialiste de la Libye, insistent: l’enlisement est patent, il faut négocier. Frédéric Pons donne un point de vue contraire, exprimé de façon constante dans nos colonnes. Il attire notamment l’attention sur l’évolution dans les zones montagneuses au sud-ouest de Tripoli: « L’offensive lancée à partir du djebel Nefousa, aidée par des parachutages d’armes de l’armée française, sera déterminante. » Cette information est balayée. Les autres experts invités par Yves Calvi ne regardent qu’à l’est où l’insurrection piétine, en effet, ce qui conforte leur thèse. Mais c’est bien de ce djebel Nefousa, trop longtemps négligé par les médias, que va débouler la colonne d’insurgés qui portera le coup décisif au régime de Kadhafi, entre le 20 et le 24 août.

Arguant que l’intervention serait rejetée par le peuple libyen, Dominique de Villepin critique lui aussi, dès le début de l’opération, l’ingérence des forces sous mandat de l’OTAN: « L’avenir, si nous continuons d’intervenir direc tement, sera lourd des mêmes risques que ceux d’Afghanistan et d’Irak. » Un mois plus tard, Axel Poniatowski, le président (UMP) de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée na tionale, affirme que la situation « présente toutes les caractéristiques d’un enlisement ». Le 17 avril, le journaliste et écrivain Claude Lanzmann annonce dans le Monde l’échec de la stratégie militaire: « L’intervention aérienne destinée à soutenir les opposants à Kadhafi s’enlise et ne détruit pas que des objectifs militaires. Les stratèges de l’ingérence en portent la responsabilité. […] Les missiles et l’aviation seuls ne viendront pas à bout de la tyrannie. » L’ancien résistant en est sûr: « Il n’y a pas d’autre issue, si on veut éviter l’enlisement, qu’une solution négociée. »

Le Nouvel Observateur ajoute sa voix, le 16 juin, à ce concert défaitiste: « Le régime de Mouammar Kadhafi résiste. En face, l’opposition, dont la capacité militaire a sans doute été surestimée, semble encore trop inorganisée, trop inexpérimentée pour s’opposer avec des chances de l’emporter aux forces du régime. » La chute de Kadhafi a contraint la plupart des “experts” au silence. Pas tous: quelques jours après l’entrée des insurgés dans Tripoli, Jean-François Kahn se fendait encore d’une tribune (toujours dans le Nouvel Observateur), où il évoquait l’« évident fiasco de l’intervention en Libye ».

Geoffroy LEJEUNE

 

Groupe Facebook 2

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives