10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 10:05

Bandeau

 

GRAINE DE PAIX


C’est une évidence de cruauté de dire que les enfants sont les premières victimes des guerres. Ce sont les IED utilisés par les insurgés en Irak comme en Afghanistan qui tuent et mutilent le plus les soldats, mais qui tuent et mutilent également la très grande majorité des victimes civiles, au premier rang desquelles les enfants. À cela ajoutons la destructuration sociale et économique qui fabrique trop souvent des orphelins. On a trop souvent tendance à oublier qu’Irakiens et Afghans sont des peuples martyrs du fait des insurgés et des extrémistes religieux, non des coalitions occidentales qui, justement, cherchent à pacifier ces pays afin d'y instaurer un État de droit.

 

Mais alors que l’Irak se reconstruit lentement, certes avec des hauts et des bas, de terribles incertitudes, des spasmes de violence, mais aussi de réelles chances de stabilisation et, qui sait, d’accès un jour à la Démocratie, l’Afghanistan reste un pays profondément traumatisé et déstructuré par plusieurs décennies de guerre. Les combats comme les débats sur le retrait de la coalition occidentale occupent plus que jamais la scène médiatique aussi bien ici que de l’autre côté de l’Atlantique, et l’horizon de la stabilisation comme de la paix semble encore bien lointain.

 

C’est cette image que le député Françoise HOSTALIER, notamment membre de la Commission de la Défense et des forces armées à l’Assemblée nationale, a voulu nuancer nonobstant la gravité de la situation. En partenariat avec Jessica PATERA de l’ONG afghane Aschiana, elle a mis sur pied un projet d’exposition itinérante de peintures dans 15 villes de France du 15 septembre 2010 au 18 juin 2011. Ces tableaux sont des oeuvres collectives réalisés par de jeunes Afghans âgés de 7 à 18 ans, et s’inspirant de l’oeuvre photographique de REZA. Intitulé “Graine de Paix”, ce projet qui a rapidement reçu le soutien de l’UNESCO, du Ministère des Affaires étrangères, du Ministère de la Défense, du Ministère de l’Éducation nationale, de l’association Solidarité Défense, de l’Association Nationale des Femmes de Militaires, et de la Fédération Nationale des Associations de Sous-Officiers de Réserve, cherche à faire renaître l’espoir d’une paix prochaine, ainsi qu’à promouvoir une autre image de ce pays meurtri, au-delà des images de guerre.

 

Les militaires français ont participé activement à la concrétisation du projet, en lui apportant une aide matérielle indispensable. Quant au partenariat de "Graine de paix", il montre combien le monde de la Défense d'aujourd'hui travaille à la construction de la paix. Car cette exposition est aussi le reflet de l’action de nos soldats en Afghanistan. Une action qui n'est pas seulement militaire stricto sensus, mais qui se conçoit de plus en plus en interrelation étroite avec les ONG et les associations: protection des populations, aide médicale, construction d’écoles, de dispensaires, travaux publics divers destinés à améliorer l’existence des populations… Ce sont des actions dites civilo-militaires qui, au niveau stratégique, participent directement à la stabilisation du pays. Ces actions, loin des effets d’annonce médiatiques, témoignent du combat mené pour la paix par nos spécialistes de la guerre. Certes, la lutte n’est pas gagnée d’avance, et les exemples ne manquent pas où les Talibans reviennent dans les villages, détruisent et sèment à nouveau la terreur, remettant en cause la fragilité de ces efforts de paix.

 

L’espoir n’est cependant pas perdu, et c’est le sens que Françoise HOSTALIER a voulu donner à son projet très symbolique, qu’elle renforcera bientôt par la présence de deux collégiens afghans: Palwasha et Abdul. D’ici la fin du mois de septembre, ces derniers viendront à la rencontre de notre pays, et, surtout, à la rencontre d’autres élèves qui, à des milliers de kilomètres de l’Afghanistan, s’interrogent sur ce qui s’y passe. Ainsi, les élèves du Lycée Galilée - qui, l’année dernière, avaient participé à l’opération “Colis de Noël pour nos soldats en OPEX” - auront l’honneur d’accueillir très prochainement Palwasha et Abdul, dont ils connaissent un peu le pays, ayant particulièrement travaillé sur l’actualité afghane l’an passé.

 

Alors que d’aucuns, par aveuglement idéologique, continuent de s’enfermer dans la conviction que nos forces armées répandent la destruction et la mort en Afghanistan, l’Enseignant Défense rappelera qu’il ne peut y avoir de vie sans que celle-ci soit justement protégée et défendue. Les mots de “militarisme” et d' “antimilitarisme” n’ont plus grand sens de nos jours, dans la mesure où  la refondation du lien entre la Nation et ses forces armées n’a jamais signifié en quoi que ce soit une volonté de "militarisation" de la société française. Qu’en revanche, nos forces armées défendent le pays et d’autres populations pour bâtir la paix, cela est désormais une réalité. La Défense pour la paix comme pour la guerre, quand malheureusement celle-ci ne peut plus être évitée, coûte et coûtera toujours en vies humaines. Mais les regards croisés des enfants d’ici et de ceux de là-bas ou d’ailleurs, devrait nous faire comprendre combien la vie est fragile et qu’elle mérite d’être protégée.

 

Groupe-Facebook.jpg

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives