7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 11:04
AFGHANISTAN: QUELLE STRATÉGIE POUR RÉUSSIR?

    “S'il est impossible de fixer une échéance à un éventuel retrait, les conditions politiques qui permettront, à terme, un désengagement sont connues. Disposer d'un Afghanistan en mesure de s'assumer lui-même, doté d'un gouvernement légitime s'appuyant sur la confiance de sa population et de forces de sécurité nationales capables d'assurer la paix, la sécurité et la stabilité intérieure et extérieure pour poursuivre le développement amorcé grâce à un financement pérenne de la communauté internationale.”

Extrait du rapport d'information de MM. Josselin de ROHAN, Didier BOULAUD et Jean-Pierre CHEVÈNEMENT (22 septembre-1er octobre 2009)


    Avec l’intensification des combats et l’engagement de troupes supplémentaires de la part des États-Unis comme de leurs alliés, la guerre d’Afghanistan s’inscrit dans une durée de plus en plus longue. Lancée en 2001 au lendemain des attentats du 11 septembre, l'intervention occidentale est en passe d’atteindre la durée de l’invasion soviétique (décembre 1979-février 1989), et peut-être la dépassera.

    Ces éléments posent avec acuité une redéfinition stratégique de l’engagement occidental et, plus particulièrement, français dans ce pays. En effet, les effectifs militaires français sont allés sans cesse croissant depuis 2001, atteignant aujourd’hui 3700 militaires présents sur et autour du théâtre d’opérations afghan. Les pertes sont également croissantes même si elles n’ont encore rien à voir avec celles de nos alliés américains, britanniques et canadiens.

    En revanche, l’impact médiatique de ces pertes, sans commune mesure avec leur réalité militaire, déplace le champ de bataille dans l’opinion publique française: les affaires LE PAHUN et MOREL l’illustrant très récemment. Dans ce contexte, l’explication auprès de nos contemporains des enjeux que pose notre engagement en Afghanistan - enjeux pour ce pays mais aussi pour l’équilibre régional, la sécurité internationale et, in fine, notre propre sécurité -, est à comprendre comme une partie à part entière du conflit. Notre conviction est que ce conflit afghan se déroule autant en Kapisa et Hemland qu’au sein de nos démocraties.

    Concernant ce travail pédagogique indispensable à toute prise de position pour ou contre cette guerre, nous recommandons vivement la lecture du Rapport d'information réalisé par MM. Josselin de ROHAN, Didier BOULAUD et Jean-Pierre CHEVÈNEMENT - mandatés par la Commission des affaires étrangères du Sénat - dont le sujet est “Afghanistan : Quelle stratégie pour réussir ?” Le grand intérêt de cette mission sénatoriale, qui s’est déroulée du 22 septembre au 1er octobre 2009, est qu’elle inscrit directement les évènements afghans dans un équilibre régional plus vaste qui touche au premier chef le Pakistan mais aussi l’Inde et l’Iran.

    Gageons que dans une période de sondages simplistes et d’atteintes aussi irresponsables qu’irrespectueuses envers nos forces armées, cette étude sera lue avec profit par le plus grand nombre.



Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives