9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 14:01

L’idée d’une Défense européenne naît dans le contexte de l’affrontement Est-Ouest de l’immédiat après-guerre. L’Europe est alors au plus bas. L’aide américaine, organisée au sein du plan Marshall, n’a pas encore le temps de produire ses effets, que les coups de force de Staline - notamment le coup de Prague - font craindre directement pour la sécurité des pays d’Europe occidentale. C’est dans ce contexte que cinq d’entre eux – la France, la Grande-Bretagne et les trois États du BENELUX – décident de signer le Traité de Bruxelles du 17 mars 1948. Ce traité fonde une nouvelle alliance: l’Union de l’Europe Occidentale (UEO). Geste surtout symbolique, l’UEO qui devait incarner l’idée d’une Défense et d’une sécurité européenne, a été éclipsée dès l’année suivante, lorsque le Traité de Washington décida la création de l’OTAN. Les cinq membres de l’UEO intégrèrent d’ailleurs la nouvelle alliance atlantique dès sa naissance.

 

L’UEO joua, essentiellement, un rôle de concertation et de coordination entre les différents membres de la future Communauté européenne. Face à une prise en main américaine directe de la Défense européenne, l’UEO a essayé de définir des aspects plus proprement européens d’une politique de défense et de sécurité commune. La fin de la Guerre froide et la redéfinition d’une véritable Politique Étrangère de Sécurité Commune (PESC) en 1992, qui devait bientôt accoucher d'une Politique Européenne de Sécurité et de Défense (1998), mieux adaptée au nouvel environnement international, ont fait entrer l’UEO dans une phase de déclin, qui verra sa dissolution prochaine en juin 2011.

 

Le Capitaine de vaisseau (R) Thierry GAUROY, Président du CCACR 77, nous donne son analyse sur les derniers moments de cette organisation.

 

UEO.jpg


LA DERNIERE SESSION DE L’AESD (1)


Par une décision du 30 juin 2010, et à l’initiative de la Grande-Bretagne, les pays membres du Conseil de l’Union de l’Europe Occidentale (UEO) ont décidé de dénoncer le Traité de l’UEO, ce qui entraîne la clôture de tous ses organismes, y compris l’Assemblée Européenne de Sécurité et de Défense (AESD) seul organe interparlementaire regroupant, outre des délégations des parlements nationaux de l’Union Européenne, des délégations des parlements, des pays candidats à l’adhésion et des pays partenaires de l’Est tels que Russie, Ukraine, Géorgie, Turquie.

 

Selon certains orateurs, tels que Monsieur KIERES du parlement polonais, il n’y a pas besoin de créer une nouvelle structure permanente de remplacement, il suffit que la COSAC (Conférence des Organes Spécialisés dans les Affaires Communautaires et Européennes des Parlements Nationaux de l’Union Européenne) se charge d’organiser au coup par coup des conférences spécifiques sur les sujets importants du moment.

 

Ce n’est pas la position de Monsieur Franco FRATTINI ministre des Affaires Etrangères italien, représenté par son Ambassadeur Monsieur Luca GIANSANTI, en sa qualité de président entrant de l’UEO pour le premier semestre 2011.

 

Monsieur l’Ambassadeur GIANSANTI a rappelé que tous les partis de la Chambre des Députés et du Sénat italiens s’étaient mis d’accord en septembre 2010 sur une proposition de conférence interparlementaire qui serait composée de délégations du Parlement européen et des parlements nationaux des Etats membres de l’Union Européenne. Il appartiendra aux parlements de se prononcer sur des questions telles que son nom, sa composition, le lieu où se tiendront les réunions, son président et ses pouvoirs, ainsi que le rôle du Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité qui dirige le tout nouveau Service d’Action Extérieure de l’Europe.

 

Ce discours a été relayé par Monsieur Armand DE DECKER président du Sénat belge qui vient de prendre la présidence de la conférence des présidents des parlements de l’Union Européenne. Ce dernier a fait remarquer que les parlements nationaux devaient prendre l’initiative pour proposer la création de cet organe interparlementaire, non seulement parce que le protocole n° 1 du Traité de Lisbonne le lui permet, mais surtout parce que s’ils ne le font pas rapidement, c’est le Parlement Européen qui s’engouffrera dans la place demeurée vacante. Tous s’accordent à dire qu’il y aurait alors accentuation du déficit actuel de démocratie sur les questions de sécurité et de défense.

 

Monsieur DE DECKER a ajouté qu’il n’y a pas d’obstacle financier à la création d’une telle structure interparlementaire. « Le coût des réunions serait quasi inexistant dès lors qu’elles pourraient se tenir au Parlement européen à BRUXELLES ou dans le parlement du pays qui assure la présidence de l’Union Européenne ». Il a estimé les frais de personnel à 1 million d’euros annuels à partager entre les 27 membres sur la base d’un maximum de dix permanents. Il a conclu en déclarant: « On ne va pas laisser les problèmes de sécurité et de la défense entre les seules mains des militaires, des diplomates et des ministres ».

 

Madame Doris BARNETT parlementaire allemande et présidente de la commission des questeurs, en charge du budget a présenté le budget de l’Assemblée pour les six prochains mois s’élevant à 5,573 millions d’euros, et a regretté les conditions dans lesquelles se déroulait le licenciement des 65 personnels de l’Assemblée, dont 47 résidant à PARIS, alors que l’Union Européenne investit 500 millions d’euros dans la création du Service d’Action Extérieure de l’Europe qui est dirigé par Madame ASHTON Haut Représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l’Union Européenne. La Commission Européenne investit également 100 millions d’euros dans la création à VIENNE d’une agence des droits de l’homme.

 

Personnellement, j’ai été surpris que chaque Etat membre de l’UEO ne se soit pas engagé à réembaucher les membres du personnel constituant ses propres nationaux. Cela aurait été normal en vertu des principes généraux qui régissent la plupart des statuts nationaux de fonction publique au sein des Etats membres.


D’autre part, cette question pose le problème d’une Union Européenne qui s’institue légitimement en Etat supranational, mais sans respecter le principe du bicaméralisme que tout Etat Fédéral respecte quel que soit le pays du monde. Cette nouvelle Assemblée Interparlementaire devrait être une sorte de Sénat de l’Union Européenne qui prendrait en compte les intérêts de l’Europe des Nations qui ont été rappelés par l’expression du suffrage universel lors les derniers référendums sur la constitution européenne.

 

À mon sens, et que cela plaise ou non, on ne peut faire moins pour respecter la volonté du suffrage universel manifestée à travers les référendums et avis négatifs de ces cinq dernières années.

 

Thierry GAUROY

Président du CCACR 77

 

(1) L’Assemblée Européenne de Sécurité et de Défense est l’organe parlementaire de l’UEO.

rafale_ani.gif

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 16:22

Les lycéens de galilée à la rencontre des militaires du 402e Régiment d’Artillerie

Insigne 402e RA

402e Regiment d'artillerie (novembre 2010) 7148

Pour accéder à l'album de la visite, cliquer sur la photographie ci-dessus

 

Après avoir participé l’année dernière à une opération “Colis de Noël pour nos soldats en OPEX”, après avoir accueilli les ambassadeurs de l’opération “Graine de Paix” et sensibilisé à l’importance des actions civilo-militaires en Afghanistan au mois de septembre, le Lycée Galilée de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) continue de faire vivre le lien Armée-Nation avec la visite d’une unité: le 402e Régiment d’Artillerie de Châlons-en-Champagne.

 

Réalisée le mardi 23 novembre 2010, cette nouvelle action pédagogique d’envergure s’inscrit dans un projet éducatif désormais bien rodé - “La Nation et son Armée” - qui, fait nouveau, est élargi cette année à l’ensemble des trois niveaux du lycée: seconde, première, terminale. Si le soutien exprimé aux troupes déployées dans le monde (et à leur famille) reste une action majeure, privilégier le contact direct et l’échange mutuel entre la société civile et la société militaire demeure un autre aspect fondamental du lien Armée-Nation. Un aspect d’autant plus sensible, que les militaires se font désormais rares dans notre paysage social et culturel, suspension du service militaire et réduction drastique des effectifs globaux depuis la fin des années 1990 obligent. A fortiori en Île-de-France où - hormis la présence de la 1ère Brigade logistique à Montlhéry - toutes les unités opérationnelles ont quitté la région ces dernières années.

 

Or, la spécificité du métier des armes, comme la dimension unique de l’engagement militaire, nécessite une rencontre physique, une démarche de découverte et une parole libre dont les occasions ne sont pas toujours faciles à susciter. Les unités organisent, quand elles le peuvent, des portes ouvertes qui généralement draînent une population locale, voire déjà liée à la communauté militaire. L’enjeu d’une refondation authentique du lien Armée-Nation doit aller bien au-delà, en amenant aujourd’hui dans les casernes un public non habitué à la présence militaire. Autant dire, de nos jours, l’immense majorité de la population.

 

Alors que nos militaires sont écrasés par le poids de missions complexes en constante redéfinition, alors qu’ils sont moins nombreux mais plus que jamais “projetables” et “nomades” dans un contexte de contraintes budgétaires, de pénuries matérielles diverses et de tensions humaines permanentes, une telle initiative de rencontre ne peut provenir que de la société civile. C’est de la prise de conscience de cet état de fait, comme de la multiplication d’ouvertures en provenance des diverses communautés de la société civile, que dépend la vitalité de ce lien substantiel entre la population française et son Armée.

 

Situé à deux heures de route de Combs-la-Ville, dans cette Champagne qui accueille depuis longtemps les grands camps de manoeuvre militaire (Suippes, Mailly-le-Camp, Mourmelon), le 402e Régiment d’Artillerie est établi dans la ville de Châlons-en-Champagne, anciennement Châlons-sur-Marne. Cette unité est actuellement l’une des plus proches de notre établissement scolaire.

 

P1000706

Batterie Hawk

 

Composante de la 1ère Brigade mécanisée, dont le centre de gravité est situé à Châlons-en-Champagne, le 402e RA est l'héritier d’unités dont la vocation était la défense d’unités terrestres contre la menace aérienne (Défense Contre-Avions ou DCA). Créé en 1923 à Sedan, le régiment participe à la Deuxième Guerre mondiale et à la Guerre d’Algérie. Avec la Guerre froide, il est équipé du système sol-air américain MIM-23 Hawk. Montés sur un triple affût, soit autotracté soit monté sur une base fixée au sol, les missiles Hawk du régiment assurent la protection anti-aérienne d’unités amies dans un rayon de 40 km.

 

Missile lourd de 640 kg, le Hawk déclenche une charge militaire délivrant 16 200 éclats dans un cône de 70°, ce qui signifie que même sans être touché par un coup direct, un aéronef ou missile adverse peut très bien être abattu à proximité de la déflagration. Succès commercial, puisqu’il a été vendu dans près de 30 pays, le système Hawk est cependant une arme vieillissante, arrivée en fin de vie dans notre armée. Remplacé par les systèmes MIM-24 Patriot et FIM-92 Stinger aux États-Unis, le Hawk – en dépit de la modernisation constante de sa conception, et de ses instruments de veille et de poursuite – vit ses derniers temps. Le système d’armes a pu, cependant, inscrire un fait d’arme important à son actif, lorsque le régiment frère du 402 – le 403e RA de Chaumont – abat le 7 septembre 1987 un TU-22 Blinder lybien au-dessus de la capitale tchadienne N’Djamena. L’un des trains d’atterrisage du bombardier de fabrication soviétique abattu est, actuellement, exposé à l’entrée du régiment entre deux haies de missiles Hawk…

 

P1000678

 Allée ICS Mathieu Toinette traversant la place d'armes

 

Également en sursis, le 402e RA devrait cesser d’exister en 2012. Ses capacités seront alors réparties et intégrées dans d’autres unités d’artillerie. Ces dernières verront ainsi le déploiement d’une batterie sol-air pour trois batteries sol-sol. En attendant, le régiment participe à de nombreuses missions PROTERRE (1) avec ses missiles Mistral en Guyane, au Liban, à Djibouti, en Côte d’Ivoire… Ses hommes sont aussi envoyés en Afghanistan, essentiellement dans des postes d’état-major, mais aussi dans des fonctions exposées. Ainsi le 11 janvier dernier, en vallée d’Alasay, le 402e RA a vu tomber au combat un de ses sous-officiers infirmiers. Le Sergent-chef Mathieu TOINETTE, promu Adjudant à titre posthume, a été tué, ce 11 janvier, en même temps qu’un officier de la 1ère Brigade mécanisée: le Capitaine Fabrice ROULLIER. Ce dernier fut promu Lieutenant-colonel également à titre posthume. Aujourd’hui, la place d’armes du régiment est traversée par une allée portant le nom de l’Adjudant Mathieu TOINETTE. Elle fut inaugurée, il y a quelques mois, par le père du sous-officier.

 

Partie tôt le matin pour arriver au régiment aux environs de 9.30, une quarantaine de lycéens de Terminale S et ES du Lycée Galilée eut, donc, le privilège de s’immerger une journée durant dans cette communauté militaire prestigieuse qu’est le 402e Régiment d’Artillerie. Accueillis par le Capitaine Nicolas VILLETARD, du Bureau Opérations Instruction (BOI), les élèves furent dirigés dès leur descente de car vers un point petit déjeuner avant d’être pris en charge par l’Adjudant Gregory PEZERON. Au programme de la matinée, ils eurent un exposé vidéoprojeté sur l’Armée de Terre et ses missions, puis sur le 402e RA lui-même: ses origines et ses missions actuelles.

 

402e Regiment d'artillerie (novembre 2010) 7188

Le canon de 20 mm possède d'excellentes qualités anti-véhicules et anti-aéronefs. Polyvalent, il peut être monté sur char blindé, véhicule blindé, camion plate-forme, hélicoptère... Le 402e RA l'utilise sur affût  anti-aérien hydraulique


Après un rapide repas à “l’ordinaire” de l’unité, les lycéens de Galilée furent divisés en groupes encadrés à la fois par des guides militaires et des personnels du lycée. L’après-midi consista à faire tourner ces groupes constitués d’une dizaine d’élèves chacun sur quatre ateliers: une batterie de missiles Hawk (missiles et système radar), une batterie Mistral, le simulateur  de combat PROTERRE et un dernier atelier chargé de la confection de cadeaux pour “l’Arbre de Noël” du régiment. Toutes ces activités favorisèrent des échanges féconds entre les jeunes et les militaires autour de la spécificité de l'engagement dans le métiers des Armes.

 

Bravant le froid, les lycéens purent ainsi se faire une idée du haut niveau de technicité désormais demandé dans les emplois de l’Armée de Terre d'aujourd'hui. Même ancien, le système Hawk nécessite trois systèmes radar, et il faut une moyenne de quatre heure pour pouvoir déployer l’ensemble des composantes d’une batterie. Plus petit et plus léger, seulement servi par deux hommes (un chef de pièce et un tireur), le système Mistral est chargé de la protection rapprochée dans un rayon de 6 km. Missile de type “fire and forget”, fabriqué par la firme MBDA, le Mistral projette également des milliers d’éclats sous forme de billes de tungstène pouvant endommagé ou abattre avions et hélicoptères. Sa mise en oeuvre demande une coordination entre le chef de pièce et le tireur ainsi qu'une bonne maîtrise du système de visée. D’abord entraînés sur simulateur de tir, les servants iront ensuite tirer des munitions réelles dans le polygone d’essai de Biscarosse. Occasion unique de pouvoir manipuler  un tel matériel, l’Enseignant Défense ainsi que quelques élèves purent s’essayer à plusieurs tirs simulés.

 

P1000712

 Démonstration d'une batterie Mistral

 

Dans le cadre des missions PROTERRE-MICAT, les soldats du régiment sont aussi entraînés sur simulateur dans un premier temps. Devant écran, et à partir d’un logiciel développé et adapté sur la base du jeu Operation Flashpoint, les lycéens se sont frottés aux fondamentaux du combat d’infanterie à savoir le déplacement sur le terrain, le positionnement et l’usage des armes en fonction d’un cadre d’ordres rigoureux. Nonobstant les apparences, ils comprirent rapidement que la simulation n’avait que peu de rapport avec un quelconque jeu: ordres à donner en temps réel, coordination des mouvements au sein du groupe de combat, vulnérabilité des combattants, dotation en munitions correspondant exactement à ce qui est dans la réalité… Le simulateur permet ainsi aux soldats d'appréhender un type de mission, d'en travailler le cadre d'ordres avant d'aller le restituer sur le terrain souvent de nuit.

 

Pour achever un programme de visite aussi dense qu’instructif, les élèves participèrent à la confection de cadeaux, emballant plusieurs dizaines de jouets qui seront bientôt offerts aux enfants des militaires du 402e RA. En effet, beaucoup d’entre eux ne passeront pas les fêtes de Noël avec leurs familles, car ils seront bientôt projetés sur d’autres continents pour de longs mois. Hautement symbolique, au même titre que l’opération menée l’année dernière avec l’association Solidarité Défense, ce geste de solidarité fut la contribution - bien comprise de tous - des élèves du Lycée Galilée au lien Armée-Nation.

 

(1) L’acronyme PROTERRE veut dire PROjection - pour accomplir des missions principalement de PROtection – de PROfessionnels de l’armée de TERRE. La PROTERRE désigne un concept d’engagement d’unités de l’Armée de Terre dans un climat de basse intensité et en dehors des logiques de métier (le plan VIGIPIRATE ou la protection des installations aérospatiales de Kourou par exemple). Le concept repose sur un ensemble de missions communes que toutes les unités de l’Armée de Terre, hors infanterie, doivent connaître et être capables de mener. Ces missions sont appelées MICAT ou Missions Communes à l’Armée de Terre.

 

P1000744

Préparation des cadeaux pour "l'Arbre de Noël" du régiment


Remerciements

 

À toutes les personnes qui ont rendu possible ce court mais très instructif voyage au coeur d’une grande unité de l’Armée de Terre, l’Enseignant Défense adresse ses remerciements les plus vifs. Au premier rang desquelles, nous remercions le Lieutenant-colonel Philippe OGIER, chef de corps du 402e RA, que nous n’avons malheureusement pas pu rencontrer pour cause d’inspection. Le Lieutenant-colonel Luc MOULIN, chef du BOI et le Capitaine Nicolas VILLETARD avec lequel nous eûmes d’enrichissantes discussions. L’Adjudant PEZENON, les Maréchaux des logis chef MORICHON et PAILLOT ainsi que tous les autres sous-officiers et militaires du rang, qui ont encadrés nos élèves.

 

Nous remercions le Général (2S) Serge AUZANNEAU, Président de la Maison du Combattant et du Citoyen, qui nous a fait connaître le Lieutenant-colonel OGIER.

 

Nous remercions toutes les personnes qui ont bien voulues se joindre à ce voyage, contribuant ainsi à l’enrichir: le Chef d’escadrons (H) François COLOMBANI, Président de l’Association des Officiers de Réserve de la région de Melun; Aurore GILLET, enseignante d’Anglais; Laurence DELY, infirmière; Caroline JEHANNIN, infirmière stagiaire; Jean-Paul GAUDISSON, agent technique du Lycée Galilée.

 

Un grand merci, pour finir, aux élèves de Terminale S1 et ES1 pour qui ce voyage a été organisé, et qui en ont, sans nul doute, compris le sens profond à en juger par leur excellente tenue.

 

Groupe Facebook 2

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 13:00

remise de lettres

Devant une partie de l’assemblée, la présidente nationale de l’ARIA a présenté l’association qui œuvre notamment pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants

 

L’ARIA ou Association de Réflexion, d’Information et d’Accueil des familles de militaires en activité, a été fondée en 1992. En relation étroite avec le MINDEF qui la subventionne, l’ARIA s’intéresse tout particulièrement à l’intégration de la communauté militaire (conjoints, familles mais aussi militaires eux-mêmes) dans la vie quotidienne. Elle développe une réflexion ainsi que des actions concrètes sur les questions du logement, de l’emploi et de la reconversion, de la scolarité, voire de l’illetrisme de certains soldats… L’ARIA, dont la Présidente est Madame Béatrice CAMBOURNAC, produit des rapports écoutés de l’institution militaire. Constituée de bénévoles conjoints de militaires, l’ARIA a son siège à Paris, mais elle dispose d’antennes locales en province, dont celle de Mailly-le-Camp.

   

Cette dernière antenne, réunie autour de Laurence HIZETTE, Anne DEVENNE, Sophie MOISSENET, Angélique ROCQUE, Aline PRÔNE, Valérie BERNARD, Fabienne LIARDET, Françoise MONNOT et Céline BLOT, a organisé le jeudi 18 novembre dernier un cercle de réflexion sur le lien Armée-Nation auquel était invité l’Enseignant Défense du Lycée Galilée.  Nous en reproduisons le compte rendu par Laurence HIZETTE.


Groupe Facebook 2

 


LE CERCLE DE RÉFLEXION DE L'ARIA DE MAILLY-LE-CAMP - QUE DEVIENT LE LIEN ARMÉE-NATION?

 

Jeudi 18 novembre, les bénévoles de l’antenne ARIA (Association de Réflexion, d’Information et d’Accueil des familles de militaires en activités) proposaient, après 3 mois de préparation, un Cercle de réflexion et d’information sur le « Lien Armée-Nation », en présence de la Présidente de l’ARIA, Mme Béatrice Cambournac et du Colonel Dutroncy, commandant le CENTAC (Centre d’entraînement au Combat). Si les familles du personnel de la Défense ne sont pas encore représentées en nombre, les bénévoles étaient flattées de la qualité des intervenants. Aussi des représentants des mairies, écoles, associations patriotiques, clubs et comités locaux participant au lien Armée-Nation avaient fait le déplacement.

 

Pour entrer dans le vif du sujet, M. Nghia Nguyen, enseignant en histoire au Lycée Galilée de Combs-la-Ville (77), également ancien auditeur de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de la Défense nationale) a présenté un historique du lien Armée-Nation. La seconde partie de son intervention a mis en avant la loi (peu connue des professeurs), qui rend obligatoire l’enseignement de Défense dans les établissements du second degré des premier et second cycles. Très investi dans cette mission, l’enseignant a montré à travers des photos de nombreuses activités mises en place avec ses élèves.

 

Conférence

À partir du tableau du peintre Édouard Detaille - "le rêve" (1888) -, M. Nguyen a montré toute la complexité attachée à l'expression "lien Armée-Nation"


M. Bernard Mattei, chargé de communication du Centre du Service National pris le relais sur l’organisation et le programme des JAPD (journée d’appel et de préparation à la Défense).

 

Le Lieutenant-Colonel Gilles Aubagnac a par la suite exposé ses missions spécifiques et méconnues de Délégué Militaire Départemental (DMD) dans l’Aube, suivi du Correspondant Défense M. Alain Fremaux de Poivres.

 

Enfin le Capitaine Aurore Moussy, officier communication a exposé la politique de communication et de recrutement des armées.

 

Avant de conclure, les bénévoles ont brièvement montré à travers un diaporama le large panel d’associations, de blogs, de sites communautaires et d’ouvrages recensés sur le développement du lien Armée-Nation, travail réalisé en collaboration avec M. Nguyen. C’est en présence de M. Vidal, représentant marnais du CIDAN (Association Civisme Défense Armée Nation), que les bénévoles ont annoncé leur volonté de participer au « Trophée Civisme et Défense » du CIDAN destiné à récompenser les meilleures actions entre les populations civiles et les militaires.

 

Si le programme était chargé, il s’est avéré bien utile car nombreuses ont été les surprises au cours de cette soirée enrichissante, au dire des participants. Ce qui est apparu évident à l’issue du cercle, c’est que le lien armée-nation ne laisse pas indifférent, qu’il peut prendre différentes formes, et qu’il a évolué avec le temps et surtout depuis la suspension de la conscription. Sous ce nom ou sous un autre, il est à renouer, à réinventer, à remodeler. Les missions du DMD, l’existence d’une loi (n° 97-1019 du 27 octobre 1997) obligeant l’enseignement de la Défense nationale et européenne, l’obligation de désigner un correspondant Défense au sein des conseils municipaux de toutes les communes de France, la suspension et non l’arrêt du service militaire, voici quelques points plus qu’importants qui ont été éclaircis lors de cette soirée, permettant ainsi de faire avancer les choses. Des projets de développement du lien devraient découler de cette soirée. Les bénévoles ont invité chacun à se servir dans la large documentation mise à leur disposition sur le sujet avant de partager le verre de l’amitié et d’échanger à nouveau sur le sujet.

 

Laurence Hizette

 

 

5

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 13:44

"UN HOMME, UNE LÉGENDE: CHARLES DE GAULLE"


Affiche.jpg

 

UNE EXPOSITION DE LA MAISON DU COMBATTANT ET DU CITOYEN

 

Destin hors du commun, militaire progressiste et homme d’État de haute volée, porté par un contexte historique – certes exceptionnel -, Charles de GAULLE (1890-1970), dit le Général de GAULLE, a marqué l’histoire contemporaine de notre pays. L’année 2010 est à ce titre un temps de commémoration particulièrement fort à son endroit au travers d’un double anniversaire: celui du 70e anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940, et celui du 40e anniversaire de sa disparition le 9 novembre 1970.

 

La première date symbolise le refus de la défaite face au Reich nazi. Alors que le pays s’enfonçait dans des années de désespoir, le célèbre discours, d’un général encore largement inconnu à l’époque, allait marquer la naissance d’une France libre et résistante aux côtés des nations alliées. La seconde date symbolise, elle, l’entrée de de Gaulle dans l’Histoire, quelques mois seulement après s’être officiellement retiré de la vie politique française.

 

Incarnation de la Résistance à partir de 1940, fondateur de la Ve République, profondément inspiré par l’idée de la grandeur de la France sur la scène internationale et européenne, Charles de Gaulle est également l’inspirateur d’un courant politique qui lui a largement survécu, et dans lequel se reconnaît une grande partie de la droite républicaine et parlementaire française. Son nom orne nombre de rues, d’avenues et de places dans nos villes, un aéroport international porte également son nom, ainsi que notre premier (et unique) porte-avions nucléaire, d’abord nommé “Richelieu”, puis rebaptisé “Charles de Gaulle”.

 

La Maison du Combattant et du Citoyen de Combs-la-Ville, partenaire du pôle relais Défense du Lycée Galilée, lui rend un vibrant hommage à travers une exposition: “Un homme, une légende: Charles de Gaulle”. L’exposition, réalisée avec le soutien de la Fondation Charles de Gaulle, a été inaugurée le jeudi 11 novembre dernier. Elle restera ouverte jusqu’au 2 décembre 2010. Elle se tient à l’Hôtel de Ville de Combs-la-Ville et ouvre ses portes du lundi au samedi de 14.30 à 17.30 (entrée gratuite).

Message-Auzanneau-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans La Maison du Combattant
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 19:26

1918-2010: 92e ANNIVERSAIRE DE L'ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918

 

Paris.jpg

Commémoration du jeudi 11 novembre 2010 à Paris (source photographique - Le Figaro)

 

 

Les guerres mondiales ont été des traumatismes majeurs pour le Monde, l’Europe et la France. Ainsi, le 11 novembre – institué comme journée commémorative à partir de 1922 - restera une date toujours forte dans notre Histoire et dans notre Mémoire collective comme en ont témoigné les nombreuses manifestations de ce jeudi 11 novembre 2010 en France, mais aussi ailleurs dans le monde.

 

Anniversaire d’un armistice qui solda l’un des conflits les plus meurtriers de l’Histoire, un conflit où la France laissa 1 400 000 de ses fils sur les champs de bataille, le 11 novembre est devenu de nos jours un formidable symbole qui dépasse et transfigure la conflictualité franco-allemande d’autrefois. L’année dernière, la commémoration du fait historique donna lieu à une manifestation exceptionnelle de l’amitié franco-allemande. Aujourd’hui, à l’occasion de ce 92e anniversaire, il fut à la fois un hommage rendu à la jeunesse de l’année 1940 et aux combattants musulmans tombés pour la France durant les deux conflits mondiaux.

 

Le 11 novembre 1940, dans un élan patriotique particulièrement courageux, 2500 lycéens et étudiants parisiens avaient bravé l’interdiction de se rassembler en public, pour aller manifester leur esprit de résistance au nez de la Wehrmacht. Il est ainsi des manifestations plus courageuses que d’autres, quand on sait que la Démocratie n’est plus là pour protéger les citoyens et le pays d’un adversaire qui n’a jamais caché sa barbarie idéologique.

 

Présidant la cérémonie nationale commémorative de l’armistice de 1918, devenue traditionnelle au pied de l’Arc de Triomphe de Paris, le Président Nicolas SARKOZY a ainsi rendu un vibrant hommage à ces jeunes d’une génération autre que celle de 1914/1918, mais qui témoignèrent dans un contexte différent d’un même héroïsme moral.

 

L’autre grand symbole de la journée fut l’hommage rendu aux 100 000 combattants musulmans tombés pendant la Première et la Deuxième Guerre mondiale pour la libération de notre pays. 70 000 d’entre eux, soit la grande majorité, furent tués entre 1914 et 1918. Cet hommage rendu par le Ministre de la Défense, Hervé MORIN, et le Secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants, Hubert FALCO, est désormais inscrit sur deux plaques commémoratives, qui ont été dévoilées et que le Recteur Dalil BOUBAKEUR, présent lors de la cérémonie, a décrit comme “l’achèvement de la dernière pierre de la Mosquée de Paris”.

 

Bundeswehr---Strasbourg-2010.jpg

Soldats de la Bundeswehr à Strasbourg, le jeudi 11 septembre 2010 (source photographique - Le Figaro)

 

Ainsi, la date du 11 novembre n’est plus, de nos jours, une commémoration figée et déterminée dans et par le passé. Elle restera toujours l’anniversaire d’un fait historique profondément ancré dans notre Histoire. Mais avec le passage des générations, elle se transforme en un symbole de renouveau: celui de la réconciliation et de l’amitié franco-allemande comme en témoigne la participation aux commémorations du Jägerbataillon 291 de la Bundeswehr à Strasbourg. Un symbole de patriotisme intergénérationnel, aussi, entre l’hommage rendu au sacrifice de la jeunesse de 1914/1918, mis en relation avec celui des jeunes Parisiens de 1940, et dont la valeur de l’exemple est à destination de l’actuelle jeunesse en ce jour de novembre 2010. Enfin, un symbole de reconnaissance historique que notre pays doit à ses autres soldats - ceux issus de son empire colonial d’autrefois -, qui sont venus mourir pour sa liberté.

 

Cimetiere-francais-en-Macedoine.jpg

Cimetière militaire français en Macédoine, le jeudi 11 novembre 2010 (source photographique - Le Figaro)


Groupe Facebook 2

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 08:21

VOYAGE D'ÉTUDE DU TRINÔME ACADÉMIQUE DE CRÉTEIL

CHERBOURG - LUNDI 8/MARDI 9 NOVEMBRE 2010

 

L'ACTION DE L'ÉTAT EN MER

 

P1000654

Statue équestre de l'Empereur situé à proximité du Cercle naval (cliquer sur la photographie pour accéder à l'album)

 

Organisé par le Trinôme académique de Créteil, un voyage d’étude rassemblant une trentaine de professeurs, documentalistes, personnels de direction et d’administration scolaire – tous relais Défense de leur établissement - a eu lieu les lundi 8 et mardi 9 novembre 2010. Ces “Journées du Trinôme académique” furent accueillies par la Préfecture maritime de Cherbourg, et eurent pour thème d’étude l’Action de l’État en Mer (AEM).

 

L’Action de l’État en Mer désigne un ensemble de missions impliquant la souveraineté de la France dans les Affaires maritimes. Interministérielle dans son principe, et faisant collaborer dans la pratique une grande diversité d’administrations, l’AEM revêt de nos jours une importance et une complexité sans cesse croissantes, à l’image du poids économique et stratégique qu’occupent les mers et les océans dans notre monde moderne.

 

Avec un domaine maritime de 11 000 000 de km2, la France dispose du deuxième domaine maritime mondial. Notre pays compte 5500 km de littoraux dans sa partie métropolitaine, auxquels il faut ajouter 1500 km de littoraux outre-mer. 90% des échanges mondiaux empruntent actuellement la voie maritime et, pour la France, cette part se monte en volume à plus de 70%. On pourrait multiplier ainsi, les chiffres et les exemples illustrant la maritimisation de notre économie, partant la dépendance grandissante de notre société vis-à-vis des problématiques maritimes, ne serait-ce qu’à l’endroit des flux pétroliers.

 

Cette importance fondamentale des affaires maritimes pose de redoutables problèmes en matière de sécurité, de réglementation, et de protection de nos intérêts vitaux. L’engagement de plus en plus fort du Ministère de la Défense (MINDEF) dans l’AEM, illustre on ne peut mieux le caractère global de la Défense d’aujourd’hui, même si l’AEM ne se confond pas avec les missions spécifiquement militaires de la Marine nationale. Cependant et face aux nouvelles menaces liées à l’accroissement du trafic maritime, l’AEM ne peut mieux exprimer la transversalité des questions de sécurité à travers un engagement coordonné et permanent de plusieurs ministères dont ceux de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, des Finances, de l’Intérieur, de la Justice… Avec l’engagement de la Marine nationale, la mise en oeuvre de ses moyens comme de ses capacités en mer comme à terre et dans les airs, le MINDEF se trouve en première ligne dans toutes les grandes missions de l’AEM à savoir:

 

1- La sécurité maritime et sauvetage en mer

2- La sûreté maritime et portuaire

3- La lutte contre les trafics illicites

4- L’action de l’Etat contre les rejets illicites en mer (pollutions volontaires)

5- La lutte contre l’immigration illégale par la voie maritime

6- La surveillance et le contrôle des pêches

 

Ce fut l’objectif de ce voyage d’étude fort riche, alternant conférences, échanges et visites sur sites, de sensibiliser une trentaine de personnels relais Défense de l’Académie de Créteil à l’AEM. On peut d’ores et déjà affirmer que cet objectif fut largement atteint à en juger les différents témoignages de satisfaction des uns et des autres…

 

Accueillis par le Capitaine de frégate CAGNARD, l'officier en charge des affaires générales auprès du  COMAR Cherbourg (1), et hébergés au Cercle naval de Cherbourg dans des conditions particulièrement confortables, les relais Défense ont, dès leur arrivée, visité le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) de Jobourg. Il existe sept CROSS qui se partagent par secteur la surveillance du littoral et de ses approches: Gris-Nez, Jobourg, Corsen, Etel, La Garde, zone Antilles/Guyane et la Réunion. Des sous-CROSS ont également été mis sur pied compte tenu de l’immensité de certains secteurs à surveiller. Situés en général en bord de mer – à l’exception de celui d’Etel -, avec une vue dégagée particulièrement impressionnante concernant celui de Jobourg, les CROSS ont un rôle de centre de coordination de sauvetage en mer à l’échelle nationale mais aussi internationale. Ils ont ainsi pour mission de:

 

1- Déployer et coordonner les recherches et sauvetage en mer

2- Surveiller la circulation maritime

3- Contrôler les pêches

4- Surveiller les pollutions

5- Difffuser des renseignements de sécurité maritime

 

À cette fin, ils assurent essentiellement une veille “auditive” permanente, prêts à déclencher une alerte “search and rescue” sur l’ensemble de leur secteur au moindre appel de détresse. Les procédures sont éprouvées avec un déploiement en quelques minutes de moyens publics mais, s’il le faut aussi, d’acteurs privés ou bénévoles comme la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM). Le CROSS dirige sur zone et coordonne tous ces moyens: patrouilleurs, avions de reconnaissance, hélicoptères… Il peut aussi dérouter des bâtiments ou des embarcations diverses passant à proximité de la zone de recherche. La capacité d’analyse de la situation comme la réactivité du CROSS conditionnent sensiblement des opérations toujours dangereuses, où au nombre des naufragés peuvent très rapidement s’ajouter des victimes dans les rangs des sauveteurs.

 

P1000649

Les relais Défense à bord du BBPD Vulcain

 

Car les zones de surveillance des CROSS de Jobourg et de Gris-Nez correspondent à l’une des zones maritimes les plus dangereuses au monde comme l’explique avec force d’exemples l’Ingénieur général des Douanes BURVIN. Partant d’une présentation générale de ce qu’est une Préfecture maritime – ses origines, son organisation, ses missions -, il montre rapidement aux relais Défense toute la complexité d’une région qui s’étend de la baie du Mont Saint-Michel à la frontière belge. C’est dans cet espace, communément appelé le “Channel”, à la fois une mer européenne et détroit international, que l’on observe un enchevêtrement de zones et de juridictions qui ne cesse d’interroger le sens juridique le plus aigu des spécialistes (2)…

 

Le Channel correspond, en effet, à une rare concentration de risques majeurs à l’échelle mondiale: 20 à 25% du trafic maritime planétaire y transitent, soit 600 navires par jour transportant 326 millions de produits dangereux constitués d’hydrocarbures à 60%. Ces flux permanents s’opèrent au-dessus de véritables réseaux de câbles sous-marins (fibres optiques et réseaux électriques), particulièrement denses à partir du Sud de l’Angleterre. Les terres ne présentent pas moins de risques avec une concentration de centrales nucléaires de part et d’autre du Channel (3), une usine de retraitement de déchets radioactifs à La Hague, quatre ports d’importance vitale pour notre économie: Le Havre, Boulogne, Dunkerque, Rouen.

 

Autre danger et non des moindres, celui des mines marines et des munitions abandonnées qui nous rappellent que la région fut un lieu d’affrontement majeur durant les deux guerres mondiales. Les mines sont de loin le danger le plus grave. Leur présence mobilise en permanence les unités de plongeurs démineurs de la Marine. Souvent invisibles et dérivantes, pouvant être remontées dans les filets des pêcheurs, celles de fabrication allemande sont encore de nos jours particulièrement réactives avec des piles pouvant fournir quelques volts plus de soixante ans après la fin du conflit… De l’avis de l’IG BURVIN, il faudra attendre encore cinquante années de campagne de déminage pour être définitivement débarrassé de ce fléau.

 

Last but not least, le Channel présente aussi des caractéristiques physiques particulièrement accidentogènes avec un marnage important, des vents et des courants qui peuvent être très violents. Ces paramètres conditionnent fortement toute navigation aéro-maritime et chaque saison, qu’elle soit touristique ou non, présente des risques spécifiques. Ces risques peuvent évidemment concerner les “ignorants” de la mer et de ses dangers, mais les professionnels de la pêche et du transport maritime, pourtant au fait des caractéristiques du milieu, paient également un lourd tribut à la mer comme le montrent la fréquence des accidents entre navires, les pollutions diverses qui peuvent en résulter, les marées noires, les pertes de cargaisons toxiques, les chutes de conteneurs en mer… Ces dernières menaces pèsent en permanence sur les sociétés et les économies littorales ainsi que sur les écosystèmes. D’où la nécessité pour l’État de disposer d’instruments d’expertises, quant à la prévention des risques de nature chimique ou radiologique.

 

C’est le Capitaine de frégate LEGOFF, Pharmacien des Armées, qui sensibilisa les relais Défense à cet aspect de l’AEM, en leur ouvrant les portes du Laboratoire d’Analyse, de Surveillance et d’Expertise de la Marine (LASEM) de Cherbourg. Les LASEM sont au nombre de trois, avec deux autres laboratoires implantés à Brest et Lorient. Assurant un soutien au profit des forces navales, ainsi qu’une surveillance et une protection de l’environnement, ils participent directement à l’AEM. Établissements scientifiques de haut niveau, ils opèrent des prélèvements aussi bien en milieu maritime que terrestre, dans les ports et sur une zone de dix kilomètres aux alentours des installations à risques (essentiellement les centrales nucléaires). Le dragage des ports permet ainsi des carottages sédimentaires riches en informations, car les boues jouent un rôle de concentrateur de pollutions. Le LASEM de Cherbourg, situé dans l’enceinte même de la base navale, étudie ces divers prélèvements à la demande de clients dont le principal est la Marine (90% des études). Il est organisé autour de deux unités: un pôle de chimie analytique et un pôle radiologique.

 

La visite du centre de stockage de déchets radioactifs de la Manche compléta très utilement la problématique des risques technologiques que l’AEM doit, de nos jours, gérer souvent dans un contexte politique et social sensible. C’est à madame GERMAIN, responsable de la communication de l’Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA), que revint la tâche de présenter le processus d’entreposage, de stockage et de surveillance (pour les trois prochains siècles!) de déchets radioactifs de faible et moyenne activité. Jouxtant l’usine AREVA de La Hague, le centre de stockage de l’ANDRA se présente comme un tumulus d’environ 15 hectares, sous lequel sont enterrés 525 000 m3 de colis de déchets, enfermés dans des cases bétonnées. Ces dernières sont recouvertes d’une épaisseur multicouches particulièrement élaborée, dont l’objectif est d’imperméabiliser le sommet et les flancs de la colline artificielle tout en étant capable de résister au temps et à des agressions diverses. Premier centre de stockage français, ce site a été exploité de 1969 à 1994, et a permis un retour d’expérience fort utile pour la construction d’un deuxième centre de stockage situé en Meuse/Haute-Marne. Ce dernier a ainsi été construit selon des normes de stabilité et d'imperméabilité géologiques plus rigoureuses, les deux critères majeurs pour la réalisation d’un centre de stockage sûr.

 

P1000553

Les acteurs du Trinôme académique de Créteil: l'IA-IPR Anne-Marie HAZARD-TOURILLON représentant l'Éducation nationale, M. Michel GAUVIN représentant l'IHEDN et le Colonel Paul DODANE représentant le Ministère de la Défense

 

Ces deux journées passées à Cherbourg constituèrent, donc, un voyage d’étude particulièrement riche, où les relais Défense eurent aussi l’occasion de visiter à quai le Bâtiment-Base de Plongeurs Démineurs (BBPD) Vulcain M 611 et le Patrouilleur de Service Public (PSP) Cormoran P 677. Expression d’une démarche civique et morale de haute tenue, ces “Journées du Trinôme académique” témoignent du dynamisme incontestable de l’Éducation à l’Esprit de Défense dans l’Académie de Créteil. Enrichis par cette immersion dans le milieu marin, éclairés par des spécialistes des affaires maritimes aussi passionnés que passionnants, durablement sensibilisés à l’Action de l’État en Mer, les relais Défense remercient chaleureusement les intervenants comme les organisateurs de ce voyage d’étude, au premier rang desquels Madame l’IA-IPR Anne-Marie HAZARD-TOURILLON pour l’Éducation nationale, M. Michel GAUVIN pour l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN), le Colonel Paul DODANE (DMD 94) pour le MINDEF, et le Capitaine de frégate Hervé CAGNARD pour le COMAR Cherbourg.

 

(1) Le COMAR, acronyme de "Commandant/Commandement Maritime", désigne la fonction de l'officier commandant le port principal de son arrondissement. L'acronyme est généralement associé au nom du port, ici Cherbourg.

(2) À la juridiction française déjà complexe du fait de chevauchement d’administrations diverses, s’ajoute la juridiction européenne. Le statut des îles anglo-normandes de Jersey et Guernesey vient ajouter à la complexité de l’ensemble avec une juridiction anglo-normande particulière. Un droit spécifique enseigné par ailleurs à l’Université de Caen…

(3) Côté français et longeant le littoral, on ne compte pas moins de 5 centrales nucléaires soit 25% du parc nucléaire national.

 

FREMM---Message-2.jpg


Groupe Facebook 2

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 10:50

DÉFENSE ET DÉMOCRATIE SALUE UN NOUVEAU BLOG

 

Logo UFED

 

La blogosphère de l’Éducation à la Défense est vivante comme en témoignent des initiatives locales, certes encore trop rares à l’échelle académique mais qui méritent d’être connues. Ainsi en est-il du blog de notre ami, Olivier PLANCKE, enseignant au Lycée Uruguay-France d’Avon, non loin de Fontainebleau (Seine-et-Marne).

 

Passionné d’histoire militaire et de commémorations, Olivier PLANCKE, qui enseigne l’Histoire, la Géographie, et l’Éducation civique, réalise un vrai travail de chercheur en matière d’histoire et de patrimoine militaire à l’échelle locale. Son site, “Uruguay-France. Éducation Défense” né en 2009, est bien illustré. Agréable à visiter, il est convivial. Nul doute qu'élèves, familles et collègues y trouveront des liens utiles dans la marge de la page d'accueil, qui concernent les institutions éducatives et militaires.

 

Notre blog “Défense et Démocratie” salue, donc, cet autre confrère, dont le travail illustre le dynamisme naissant d’une authentique Éducation à l’Esprit de Défense.

 

FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 09:15

HOMMAGE AU 126e RÉGIMENT D'INFANTERIE


Insigne 126e RI

Un accrochage en vallée d'Uzbin - dans le secteur de Rodbar - entre un parti d'insurgés et nos soldats, hier, s'est soldé par deux pertes dans nos rangs. Grièvement blessé au cours de l'accrochage, l'Adjudant-chef infirmier Thibault MILOCHE du 126e RI de Brive-la-Gaillarde est décédé peu après son évacuation à l'hôpital militaire de Kaboul. Un autre militaire, un caporal-chef de 37 ans, a été blessé dans l'action, mais a pu être sauvé. Il est actuellement en cours de rapratriement en France.

 

Le sous-officier mortellement touché était âgé de 39 ans, et était marié et père de deux enfants. Nous rendons hommage à la mémoire de ce 50e soldat français tué en Afghanistan, ainsi qu'à son camarade blessé, et assurons leur famille comme leurs proches de notre plus vif soutien.

 

Groupe Facebook 2

5

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 18:21

 

Reconstitution

 

Groupe Facebook 2

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 10:02

JOURNÉE DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ÉDITION 2010

 

Peloton-EP.jpg

Portes ouvertes de la Garde républicaine, Quartier des Célestins (Paris) le samedi 25 septembre 2010

 

Contrairement à ce que nous avions annoncé dans un post précédent, la 3e édition de la JSI aura lieu en Seine-et-Marne, le samedi 9 octobre prochain. La manifestation se tiendra au centre commercial de Carré-Sénart de 9.00 à 16.00, et rassemblera aussi bien la Gendarmerie que la Police nationale, les pompiers et des unités de la Sécurité civile. À cette occasion, le public pourra assister à la reconstitution d'une scène de crime, un exercice de chiens de défense, un autre exercice de recherche de drogue par lesdits chiens, la désincarcération d'un véhicule accidenté... Véhicules et équipements seront présentés avec des animations pédagogiques telle que la voiture-tonneau par exemple.

 

Pour sa 3e édition 2010, la JSI ne se fera pas partout en France du fait d'un contexte budgétaire difficile. En revanche, certaines préfectures organiseront des manifestations dont celle de Seine-et-Marne et des Hauts-de-Seine pour la région Île-de-France. L'occasion s'offre donc, prochainement, à nos collégiens et lycéens de Combs-la-Ville de pouvoir aller à la rencontre des professionnels de notre sécurité, dont les métiers sont difficiles et dangereux. L'actualité quotidienne nous le rappelle, malheureusement et trop souvent, de manière dramatique. Notre existence serait pire sans le courage, la disponibilité et l'abnégation de ces hommes et de ces femmes qui veillent 24.00 sur 24 à notre sécurité.

 

La JSI c'est, donc, l'occasion d'aller à leur rencontre, de s'intéresser à leurs métiers, de comprendre que ces derniers - au travers de missions et de spécificités techniques différentes - défendent et protègent la vie au même titre que les métiers de la Défense militaire au sein de notre Démocratie (1). La Défense de la Nation étant désormais un concept global, elle est  de nos jours question d'interministérialité et d'interopérabilité. Acteurs de la sécurité intérieure comme extérieure, et acteurs civils comme militaires, sont liés. La JSI est ainsi bien plus qu'une journée d'information. Elle est une journée d'hommage à nos forces de sécurité intérieure que sont la Gendarmerie, la Police, et la Sécurité civile.

 

Affiche-JSI-2010.jpg

 

(1) Les gendarmes, par ailleurs, restent statutairement des militaires même s'ils sont désormais organiquement rattachés au Ministère de l'Intérieur.


Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives