26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 14:45

PALWASHA ET JAWID, DEUX ADOLESCENTS AFGHANS

 

Images-blog-3-6673.JPG

De gauche à droite: Madame Françoise HOSTALIER, Palwasha et Monsieur Mahamad YOUSSEF

 

Le vendredi 24 septembre 2010, le Lycée Galilée accueillait Palwasha AFFABUDDIN et Abdul Jawid SAFAR, deux adolescents afghans de 13 et 14 ans. Ils étaient accompagnés du Directeur de l’ONG afghane Aschiana, M. Mahamad YOUSSEF, de Mme Françoise HOSTALIER, ancienne Secrétaire d’État à l’Enseignement et actuel député du Nord, et de Mme Loïse LANXADE représentante de l’association Solidarité Défense.

 

Ambassadeurs de l’opération “Graine de paix, un autre regard sur l’Afghanistan” (1), de passage en France pour une courte semaine, Palwasha, Jawid et M. YOUSSEF ont, pendant plus de deux heures, croisé leur regard meurtri avec celui des lycéens de la 1ère S2. Ces derniers ont été choisis du fait de leur participation, l’année dernière, à l’opération “Colis de Noël pour nos soldats en OPEX” organisée par Solidarité Défense. Choisis aussi parce qu’ils eurent l’occasion, un semestre durant, de travailler sur l’Afghanistan et de se questionner sur le sens à donner à l’engagement de nos forces armées dans ce pays depuis 2001.

 

Youssef-Jawid.jpg

M. YOUSSEF et Jawid

 

L’échange se réalisa en anglais, l’interprète n’ayant pu accompagner les adolescents afghans en dernière minute. Surpris par cette déconvenue, les élèves de la 1ère S2  ne s’en sont pas moins prêtés au jeu, doublant une expérience humaine particulièrement forte en un exercice d’échange linguistique qui aurait ravi plus d’un professeur d’Anglais! M. YOUSSEF joua le rôle d’interprète anglo-dari, laissant à Mme HOSTALIER, Mme ROBIN (Proviseure), et M. NGUYEN (Enseignant Défense), le rôle de traducteurs franco-anglais.

 

Présentant quelques uns de leurs dessins, Palwasha et Jawid firent rapidement comprendre à nos élèves combien leur vie était différente de la leur. Différente moins du fait de la distance géographique (5500 km) ni de l’émerveillement quasi enfantin de Jawid devant les voitures et les routes de notre pays, que du fait de la dureté de leur situation. Ainsi, les dessins de la jeune Palwasha décrivent une police particulièrement violente envers les enfants abandonnés dans les rues de Kaboul. Nonobstant, l’action de l’ONG Aschiana, qui tente de les scolariser, Jawid et Palwasha sont encore obligés de partager leur emploi du temps entre les études et le travail dans la rue pour faire vivre leur famille. Elle vend des gants de toilette, il lave des voitures.

 

Portant sur des aspects aussi bien familiaux que relevant de la vie en général en Afghanistan, l’échange fut particulièrement riche en information comme en émotion, avec une constante chez nos deux jeunes élèves afghans: le désir de sécurité. Prenant le contrepied de certaines idées fortement médiatisées dans notre pays, ils justifièrent la présence des troupes occidentales dont ils relient clairement la présence à la sécurité de leur environnement.

 

Intervenant sur des questions parfois difficiles du fait de leur dimension politique et religieuse, M. YOUSSEF a salué nos lycéens, les engageant à aller plus en avant dans leur prise de conscience de la chance qu’ils ont d’être nés Français. De pouvoir bénéficier d’un système éducatif aussi performant, ainsi que de professeurs d’un bon niveau, par opposition à la situation de son propre pays. M. YOUSSEF a terminé sur l’idée qu’une telle chance éducative devait permettre d’ouvrir l’esprit de nos lycéens sur les malheurs du monde, et de les inciter plus tard à oeuvrer pour le rendre meilleur.

 

Images-blog-3-6700.JPG

Au premier rang de gauche à droite: Mme HOSTALIER, Mme LANXADE, M. NGUYEN, Palwasha, Jawid et M. YOUSSEF.

 

Moment exceptionnel dans la vie de notre établissement scolaire, ce regard croisé entre les deux jeunesses a incontestablement permis à nos jeunes de vivre une actualité à la fois tragique mais aussi porteuse d’espérances fortes. Le blog Défense et Démocratie souhaite à Palwasha et Jawid tout le bonheur qu’ils pourront espérer dans leur vie future et, à travers eux, il le souhaite également à tous les enfants afghans.

 

Nous remercions très chaleureusement Mme Françoise HOSTALIER, ainsi que l’association Solidarité Défense, qui sont à l’origine de cette rencontre. Merci à Mme Luce LARCADE, représentante de l’association la Maison du Combattant et du Citoyen de Combs-la-Ville qui, depuis, nous a fait part de son émotion devant la richesse et la qualité de cet échange. Merci à M. Sébastien LATTANZIO, journaliste de la République de Seine-et-Marne, qui a bien voulu couvrir un événement qui contribuera sans aucun doute à diffuser cet “autre regard sur l’Afghanistan”. Un grand merci également à Madame Isabelle ROBIN, Proviseure, qui a soutenu sans réserve cette action pédagogique importante dès le mois de septembre, dans le feu de la rentrée scolaire. Nous n’oublierons pas non plus les 24 élèves de la 1ère S2, dont la contribution au lien entre la Nation et ses forces armées, depuis l’année dernière, fait d’eux des témoins privilégiés auprès de leurs autres camarades du Lycée Galilée.

 

Afghan-et-Mme-Robin.jpg

Madame Isabelle ROBIN, Proviseure du Lycée Galilée, avec M. Mahamad Youssef, Jawid et Palwasha

 

(1) Un titre qui fut aussi celui du colloque qui s’est tenu la veille à l’Assemblée nationale.

 

Groupe Facebook 2

FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 21:03

LA BASE AÉRONAVALE DE LANDIVISIAU


ban landivisiau t 135

 

À l’occasion des « journées du Patrimoine », l’Enseignant Défense a visité la Base Aéronavale (BAN) de Landivisiau dans le Finistère. Il s’agissait à la fois de montrer à quel point notre patrimoine militaire est vivant, de commémorer aussi le centenaire de la naissance de notre Aéronautique navale. L’ouverture au grand public de la BAN de Lann-Bihoué (Morbihan) le samedi 18 septembre, et celle de Landivisiau le dimanche 19, constituait les dernières grandes manifestations de l’année concernant cette commémoration.

 

Située à une trentaine de kilomètres du port militaire de Brest, s’étendant sur 370 hectares, la BAN de Landivisiau est opérationnelle depuis 1965. Elle assure le soutien des flottilles de la chasse embarquée du porte-avions Charles-de-Gaulle qui, le mois prochain, appareillera pour l’Océan Indien avec son groupe aéronaval. À cette date, le groupe aérien embarqué (GAE), dont une partie se trouve actuellement à l’entraînement à Landivisiau rejoindra le porte-avions.

 

Rafale-Marine.JPG

Rafale Marine

 

C’est à Landivisiau que nous trouvons - peint à même le sol de la piste - une reproduction du pont d’envol du Charles-de-Gaulle permettant l’entraînement à l’appontage des pilotes lorsque le porte-avions est indisponible. Certains pilotes, sur le point de partir en soutien du théâtre d’opérations afghan, viennent juste de rentrer des Etats-Unis. C’est, en effet, à la Naval Air Station de Meridian (Mississippi), qu’ils ont accompli leur stage de fin de formation, recevant leurs « ailes d’or ».

 

Étaient notamment exposés à l’occasion de ces portes ouvertes un Falcon 10 Mer, un Vought F8 Crusader, un Super Étendard et un Rafale marine. À côté de la présentation de réacteurs et de siège éjectables, figuraient également – notamment pour le Super Étendard et le Rafale – une présentation des principaux armements : missiles Exocet et MICA, canon de 30 mm 791M, bombes à guidage laser. L’Aéronavale française connaît, depuis quelques années, un profond renouvellement de son matériel avec le remplacement progressif des Super Étendards modernisés (SEM) par les Rafales marine. À Landivisiau, la flottille 17F est , actuellement, la dernière à être encore équipée de SEM.

 

P1000069

Bombe de précision à guidage laser

Logo centenaire aéronavale

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 14:21

LES RENDEZ-VOUS DE LA RENTRÉE

 

La Défense s’inscrit directement dans le patrimoine et l’histoire de notre pays. À ce titre, le Ministère de la Défense participera activement aux désormais traditionnelles “Journées du patrimoine” qui auront lieu les samedi 18 et dimanche 19 septembre prochains. Plus d’une centaine de sites pourront ainsi être visités sur l’ensemble du territoire avec comme manifestations particulières cette année:

 

1- La reconstitution d’un bivouac de la Garde impériale napoléonienne à l’École militaire de Paris.

2- Une exposition en hommage au Général de Gaulle à l’Hôtel de Brienne (Paris, VIIe). Le bureau du Ministre de la Défense pourra être visité à cette occasion.

3- La visite du bureau du Secrétaire d’État à la Défense et aux anciens combattants ainsi que la Cour d’honneur de l’Hôtel de Pentemont (Paris, VIIe).

4- La visite de l’Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD) du Fort d’Ivry.

5- La visite des fonds d’archives du Service Historique de la Défense situé dans l’enceinte du château de Vincennes.

 

En province, les bases aéronavales (BAN) de Lann-Bihoué (Morbihan) et de Landivisiau (Finistère) seront exceptionnellement ouvertes au grand public afin de commémorer le centenaire de l’Aéronavale.

 

Pour finir, la 3e édition des Journées Intérieures de la Sécurité (JSI) n’aura pas lieu cette année pour cause d’économie budgétaire.

 

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 10:05

Bandeau

 

GRAINE DE PAIX


C’est une évidence de cruauté de dire que les enfants sont les premières victimes des guerres. Ce sont les IED utilisés par les insurgés en Irak comme en Afghanistan qui tuent et mutilent le plus les soldats, mais qui tuent et mutilent également la très grande majorité des victimes civiles, au premier rang desquelles les enfants. À cela ajoutons la destructuration sociale et économique qui fabrique trop souvent des orphelins. On a trop souvent tendance à oublier qu’Irakiens et Afghans sont des peuples martyrs du fait des insurgés et des extrémistes religieux, non des coalitions occidentales qui, justement, cherchent à pacifier ces pays afin d'y instaurer un État de droit.

 

Mais alors que l’Irak se reconstruit lentement, certes avec des hauts et des bas, de terribles incertitudes, des spasmes de violence, mais aussi de réelles chances de stabilisation et, qui sait, d’accès un jour à la Démocratie, l’Afghanistan reste un pays profondément traumatisé et déstructuré par plusieurs décennies de guerre. Les combats comme les débats sur le retrait de la coalition occidentale occupent plus que jamais la scène médiatique aussi bien ici que de l’autre côté de l’Atlantique, et l’horizon de la stabilisation comme de la paix semble encore bien lointain.

 

C’est cette image que le député Françoise HOSTALIER, notamment membre de la Commission de la Défense et des forces armées à l’Assemblée nationale, a voulu nuancer nonobstant la gravité de la situation. En partenariat avec Jessica PATERA de l’ONG afghane Aschiana, elle a mis sur pied un projet d’exposition itinérante de peintures dans 15 villes de France du 15 septembre 2010 au 18 juin 2011. Ces tableaux sont des oeuvres collectives réalisés par de jeunes Afghans âgés de 7 à 18 ans, et s’inspirant de l’oeuvre photographique de REZA. Intitulé “Graine de Paix”, ce projet qui a rapidement reçu le soutien de l’UNESCO, du Ministère des Affaires étrangères, du Ministère de la Défense, du Ministère de l’Éducation nationale, de l’association Solidarité Défense, de l’Association Nationale des Femmes de Militaires, et de la Fédération Nationale des Associations de Sous-Officiers de Réserve, cherche à faire renaître l’espoir d’une paix prochaine, ainsi qu’à promouvoir une autre image de ce pays meurtri, au-delà des images de guerre.

 

Les militaires français ont participé activement à la concrétisation du projet, en lui apportant une aide matérielle indispensable. Quant au partenariat de "Graine de paix", il montre combien le monde de la Défense d'aujourd'hui travaille à la construction de la paix. Car cette exposition est aussi le reflet de l’action de nos soldats en Afghanistan. Une action qui n'est pas seulement militaire stricto sensus, mais qui se conçoit de plus en plus en interrelation étroite avec les ONG et les associations: protection des populations, aide médicale, construction d’écoles, de dispensaires, travaux publics divers destinés à améliorer l’existence des populations… Ce sont des actions dites civilo-militaires qui, au niveau stratégique, participent directement à la stabilisation du pays. Ces actions, loin des effets d’annonce médiatiques, témoignent du combat mené pour la paix par nos spécialistes de la guerre. Certes, la lutte n’est pas gagnée d’avance, et les exemples ne manquent pas où les Talibans reviennent dans les villages, détruisent et sèment à nouveau la terreur, remettant en cause la fragilité de ces efforts de paix.

 

L’espoir n’est cependant pas perdu, et c’est le sens que Françoise HOSTALIER a voulu donner à son projet très symbolique, qu’elle renforcera bientôt par la présence de deux collégiens afghans: Palwasha et Abdul. D’ici la fin du mois de septembre, ces derniers viendront à la rencontre de notre pays, et, surtout, à la rencontre d’autres élèves qui, à des milliers de kilomètres de l’Afghanistan, s’interrogent sur ce qui s’y passe. Ainsi, les élèves du Lycée Galilée - qui, l’année dernière, avaient participé à l’opération “Colis de Noël pour nos soldats en OPEX” - auront l’honneur d’accueillir très prochainement Palwasha et Abdul, dont ils connaissent un peu le pays, ayant particulièrement travaillé sur l’actualité afghane l’an passé.

 

Alors que d’aucuns, par aveuglement idéologique, continuent de s’enfermer dans la conviction que nos forces armées répandent la destruction et la mort en Afghanistan, l’Enseignant Défense rappelera qu’il ne peut y avoir de vie sans que celle-ci soit justement protégée et défendue. Les mots de “militarisme” et d' “antimilitarisme” n’ont plus grand sens de nos jours, dans la mesure où  la refondation du lien entre la Nation et ses forces armées n’a jamais signifié en quoi que ce soit une volonté de "militarisation" de la société française. Qu’en revanche, nos forces armées défendent le pays et d’autres populations pour bâtir la paix, cela est désormais une réalité. La Défense pour la paix comme pour la guerre, quand malheureusement celle-ci ne peut plus être évitée, coûte et coûtera toujours en vies humaines. Mais les regards croisés des enfants d’ici et de ceux de là-bas ou d’ailleurs, devrait nous faire comprendre combien la vie est fragile et qu’elle mérite d’être protégée.

 

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 19:16

LA VALEUR DE L'ENGAGEMENT

 

Afghanistan - Lundi 23 août 2010, le Lieutenant Lorenzo MEZZASALMA et le Caporal Jean-Nicolas PANEZYCK du 21e RIMa sont tués au combat lors de l’opération Hermes Burrow. Âgé de 43 ans, le Lieutenant MEZZASALMA était marié et père de deux enfants. Le Caporal PANEZYCK était célibataire. Le même jour, au cours de la même opération, trois soldats du 21e RIMa sont blessés par des tirs fratricides.

 

France (Recy) – Mardi 24 août 2010, un gendarme de la Brigade motorisée de Saint-Quentin se tue en tentant d’interpeller un automobiliste en excès de vitesse. Âgé de 34 ans, il était père de trois enfants.  

 

Liban - Mardi 24 août 2010, l’Adjudant-chef Richard GUILLOTEAU du 40e RA, servant au sein de la FINUL, meurt écrasé sous son VAB. Il était âgé de 46 ans, et laisse derrière lui une épouse et trois enfants.

 

France (Evires) – Dimanche 29 août 2010, un gendarme de la brigade motorisée d’Annecy se tue en poursuivant un motard contrôlé en excès de vitesse. Il était marié et père de deux enfants.

 

Afghanistan - Lundi 30 août 2010, l’Adjudant Hervé ENAUX du 35e RI meurt écrasé par son VAB. Âgé de 35 ans, il était marié et père d’un enfant.

 

Liban – Mardi 7 septembre 2010, le Caporal François FRADET du 3e RG opérant au sein de la FINUL est tué dans un accident. Il meurt écrasé par son tracteur-chargeur. Âgé de 29 ans, il était père d’un enfant.

 

France (Melun) – Dimanche 5 septembre 2010, le Lieutenant de police Nicolas DEBARGE de la BAC de Melun se noye en tentant de sauver un automobiliste tombé dans la Seine. Pompier volontaire avant de devenir policier, il avait 25 ans et laisse derrière lui une compagne.

 

L’actualité de ces deux dernières semaines ne peut mieux illustrer la dangerosité et le sacrifice qu’exigent les métiers de ceux qui ont en charge notre sécurité. Que cela soit à l’échelle du monde ou à l'échelle de nos communes, dans des circonstances et des contextes très différents, des hommes courent des risques mortels, et meurent en laissant trop souvent une épouse, une compagne et des enfants derrière eux. D’autres, n’ayant pas eu le temps de fonder une famille, sont fauchés dans la fleur de l’âge. Au-delà de la diversité des situations et des personnes, qu’ils soient soldats, gendarmes ou policiers, qu’ils l’expriment à la façon d’un deuxième classe ou d’un général, tous ont en commun un idéal d’engagement qui, seul, peut faire accepter de tels risques et un tel sacrifice. Ils se sont engagés en connaissance de cause mais cela est loin d'être suffisant, car un contrat d'engagement ne parlera jamais d'abnégation ni d'héroïsme, et aucun salaire ne justifiera le sacrifice d'une vie. Cela s'appelle une vocation.

 

Groupe-Facebook.jpg

5

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éditorial
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 19:32

THE PACIFIC

 

 

Produite par Steven SPIELBERG et Tom HANKS, "The Pacific" est une série en dix épisodes qui arrivera bientôt en France. L'histoire relate la Guerre du Pacifique à travers les yeux de Marines américains et, pour cela, s'appuie sur les mémoires de deux vétérans de ce conflit: Robert LECKIE  et Eugen SLEDGE. Après s'être intéressés à la Deuxième Guerre mondiale en Europe, avec la série "Band of brothers", le réalisateur et l'acteur fétiche de "Saving private Ryan" s'attaquent à cette autre grande guerre dans la guerre que fut le conflit entre les États-Unis et le Japon. Les images restent techniquement remarquables, le propos est éloigné des stéréotypes des films de guerre classiques, et le sujet nous aide à mieux percevoir une période de la Deuxième Guerre mondiale à laquelle nous sommes moins habitués. Le conflit mondial n'étant quasiment plus enseigné dans ses aspects militaires et extra-européens, les élèves - notamment ceux de Première et ceux disposant d'un décodeur Canal +... - pourront redécouvrir  à travers cette série la dureté de ce que fut cette campagne du Pacifique. "The Pacific" ne remplacera pas un propos pédagogique sur la question mais, au même titre que les deux excellents films de Clint Eastwood sur le sujet - "Flags of our fathers" (2006) et "Letters from Iwo Jima" (2006) -, il en permettra un éclairage.

 


FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 22:25

Logo-21e-RIMa.jpg  

Engagé depuis le début du mois dans une série de missions (Hermès Square, Hermès Burrow) destinées à désorganiser les réseaux insurgés dans la région de Tagab, au Nord-Est de Kaboul, le 21e Régiment d’Infanterie de Marine (21e RIMa) vient de perdre deux soldats au cours d’un affrontement direct avec les insurgés. Depuis plusieurs jours, les hommes du GTIA Hermès – principalement composée du 21e RIMa appuyé par des éléments du 1er Régiment Etranger du Génie – opéraient en appui d’unités de l’Armée Nationale Afghane (ANA) dans la vallée de Bedraou. En coopération avec le GTIA Bison, le GTIA Hermès a pour mission de frapper l'organisation logistique des groupes insurgés de la région. Plusieurs caches d’armes ont été découvertes depuis le début des opérations, et de grandes quantités de munitions ainsi que des documents ont également pu être saisis.

 

L’engagement s’est produit dans le secteur du village de Karamkhel dans la nuit de dimanche à lundi. 3 compagnies de combat françaises en soutien d’une compagnie de l’ANA et de policiers afghans ont été pris sous le feu ennemi. Au cours de ce premier affrontement 3 soldats français ont été blessés. Alors qu’une autre compagnie faisait mouvement pour se désengager, un deuxième affrontement eu lieu au cours duquel le Lieutenant Lorenzo MEZZASALMA et le Caporal Jean-Nicolas PANEZICK furent tués par balles.

 

Ancien sous-officier éprouvé et expérimenté, le Lieutenant MEZZASALMA, 43 ans, était marié et père de deux enfants. Le Caporal PANEZICK, 25 ans, était, lui, célibataire et sans enfant. Ils sont les 46e et 47e soldats français à tomber en opération sur le théâtre afghan, et nous adressons nos plus sincères condoléances à leur famille.

 

5

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éditorial
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 14:45

LES MUTATIONS DE L'ARMÉE DE TERRE: LE PROGRAMME SCORPION

 

Dire que la fin de la Guerre froide a vu s’opérer des mutations majeures au sein de notre outil de Défense est désormais un lieu commun. La situation géopolitique à partir des années 1990 change singulièrement les rapports de forces internationaux, et la perception des menaces qui en découle. Les armées accusent cette évolution au travers de remises en cause doctrinales, ces dernières influençant en retour le format des forces armées, leur mode d’emploi et leurs missions, et jusqu’à la conception des nouveaux matériels.

 

Vingt ans après la fin de la Guerre froide, la mise en place du programme Scorpion au sein de l’Armée de Terre illustre l’ampleur et la profondeur de cette transformation.

 

Logo Scorpion

 

FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Fiches et dossiers
commenter cet article
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 10:54

TRIBUNE

 

Notre blog ne présente plus le Capitaine de vaisseau (R) Thierry GAUROY, habitué de nos colonnes, dont les billets sont toujours appréciés. L’officier de Marine nous livre, aujourd’hui, une analyse de la stratégie française de puissance qu’il lie à très juste titre à la recherche de la puissance navale et maritime. Un plaidoyer aussi classique qu’il est à rappeler avec conviction à des contemporains si peu sensibilisés au monde (d’avenir) de la mer.

 

FREMM---Message-2.jpg

POUR UNE REFONDATION DE LA STRATEGIE FRANCAISE DE PUISSANCE

 

La France dispose du deuxième domaine maritime au monde hérité de la politique navale et d’exploration scientifique de Louis XVI. Saurons nous transformer cet atout en richesse économique. Certes, nous avons l’outil de recherche scientifique qu’est l’Institut Français de Recherche sur la Mer (IFREMER) mais saurons nous développer, dans l’avenir, ce potentiel économique et scientifique en consacrant une partie de la richesse produite à la puissance navale capable de faire respecter nos intérêts sur toutes les mers et en tous les lieux stratégiques du monde. Car la puissance navale et maritime est le meilleur potentiel pour assurer notre indépendance.

 

La France n’a plus de mobilité politique. Désormais, plus rien ne se fait par la France dans le domaine international hors du cadre des Nations Unies, de l’Alliance Atlantique ou de l’Union Européenne. La France n’a plus non plus la puissance démographique qu’elle a perdu à cause des guerres napoléoniennes et de la première guerre mondiale. Cette puissance démographique qui permettait d’occuper le terrain. La France a donc tout intérêt à rester l’alliée des grandes puissances continentales d’Europe et d’Asie en trouvant sa nouvelle frontière, son nouvel espace de mobilité stratégique en se tournant vers la mer et l’espace.

 

MOBILITE STRATEGIQUE, donc, grâce à sa force nucléaire sous-marine, mais dans une limite probable des 40 ou 50 prochaines années à cause de l’évolution de la gravitométrie qui permettra certainement de repérer les sous-marins en plongée profonde. Mobilité stratégique surtout grâce notre Aéronavale qui a un horizon beaucoup plus lointain, en l’état actuel de la science et de son évolution prévisible vers l’espace et vers la technologie des drones. Cette mobilité stratégique, nous ne la conserverons que si nous faisons l’effort de conserver un outil industriel performant fondé sur la mobilité de nos cerveaux et de notre enseignement supérieur. Car l’Aéronautique Navale nous permet de projeter notre puissance militaire partout dans le monde où nos intérêts sont en jeu, mais elle nous permet également de nous retirer rapidement, quitte à revenir tout aussi rapidement, avec le minimum d’empreinte au sol pour éviter l’enlisement.

 

Mais une puissance navale doit reposer sur un socle solide qui s’appelle la puissance maritime. La problématique actuelle c’est que notre Marine Marchande est encore un peu faible et notre activité portuaire du Havre n’a pas une assiette suffisamment large. En 20 ans, le trafic de marchandises du Havre est passé d’un rapport de un à deux, c'est-à-dire une croissance continue de 3,5% par an, pendant que celui d’Anvers-Rotterdam passait de 2 à 8. La faiblesse à laquelle nous devons remédier, c’est la qualité et la célérité de nos plateformes multimodales. Le projet de mise au gabarit européen de la liaison Seine Escaut par l’Oise prévoit de réduire le temps de transit à 20 heures du HAVRE à ANVERS, pendant qu’un porte conteneurs transitant par la Manche n’a besoin que de 12 heures. Aussi nous ne parviendrons pas avant longtemps à être concurrentiel mais nous devons néanmoins tenter l’aventure à titre de diversification de nos voies d’approvisionnements, car il n’est pas sûr que dans les dernières années du 21ème siècle, la circulation maritime du Pas de Calais ne sera pas saturée.

 

Nous devrions également tenter de mettre en place un système de pilotage relais le long de nos canaux, tous les 15 ou 20 km, avec un réseau de radio – balises pour permettre une navigation fluviale de nuit à flux continu. Ainsi, dès qu’une désorganisation temporaire des services de ROTTERDAM surviendra, nous serons en mesure de saisir des opportunités commerciales fructueuses. Nos plateformes multimodales devront être organisées comme des matrices à trois entrées et trois sorties, maritime, fluvial, et ferroviaire. La grande plaine de Picardie s’y prête bien.

 

Quand un pays a pris du retard en matière d’infrastructures logistiques, un siècle d’investissements et de montée en puissance n’est pas de trop pour revenir dans le circuit des pays les plus performants.

 

CV (R) Thierry GAUROY

Président du CCACR 77

 

rafale_ani.gif

Repost 0
Enseignant Défense Capitaine de vaisseau (R) Thierry GAUROY - dans Éditorial
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 13:06

HOMMAGE À NOS FORCES ARMÉES

 

14-juillet-2010-copie-1.jpg

Treize États africains étaient représentés à l'occasion de ce 14 juillet 2010 (source - DICOD)


Le traditionnel défilé militaire du 14 juillet a associé treize pays africains dont la France tenait à commémorer le cinquantième anniversaire de leur indépendance. Manifestation annuelle prestigieuse de notre armée, souvent riche en symboles multiples (avec entre autres la commémoration du centenaire de notre Aéronavale), ce défilé n'a pas démérité en dépit d'une pluie battante qui a trempé l'ensemble du dispositif du début jusqu'à la fin. Seuls les chuteurs opérationnels, qui ont clôturé la manifestation, semblent avoir été épargnés...

 

Débuté par l'École des mousses, qui vient de rouvrir ses portes en septembre 2009, le défilé a vu se produire - entre autres et hormis les traditionnelles écoles militaires et de police -, les personnels d'une OMLT, les forces spéciales du 13e Régiment de Dragons Parachutistes, le 3e Régiment d'Infanterie de Marine, la FINUL, mais également des matériels tels que des VBCI, des canons CAESAR, des stations de drone Sperwer, des MRAP Buffalo et des chars Leclerc du 4e Régiment de Dragons...

 

Une tribune, réservée aux soldats blessés en Afghanistan, mais également au Liban, à Djibouti et sur d'autres théâtres, a rappelé le prix humain payé par nos forces armées aux opérations de maintien de la paix partout dans le monde. Deux jours auparavant, au camp du Valdahon, les honneurs militaires étaient également rendus au Sergent-chef Laurent MOSIC, tué en Afghanistan le 6 juillet dernier. Élevé au rang de Chevalier de la Légion d'honneur, Laurent MOSIC fut également promu adjudant à titre posthume par le Ministre de la Défense, Hervé MORIN.

 

Groupe-Facebook.jpg


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives