16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 09:49

Eurosatory.jpg

Raytheon

Stand de la firme Raytheon présentant un missile AIM9 Sidewinder et un missile AIM 120 AMRAAM

 

Le salon mondial de la Défense et de la Sécurité se tient actuellement au Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte. Inauguré lundi par le Ministre de la Défense, Monsieur Hervé MORIN, il présente jusqu’à vendredi prochain les nouveautés comme les tendances dans le monde de l’armement terrestre.

 

En alternance avec le salon de l’aéronautique du Bourget, l’Eurosatory rassemble tous les deux ans plus d’un millier d’acteurs sur 57 500 m2. Des fabricants d’armes, de munitions, de composants d’armement, de véhicules et de systèmes divers, c’est tout le monde de l’industrie de l’armement qui est représenté. Salon international, l’Eurosatory s’organise en pavillons nationaux, véritables vitrines scientifiques et technologiques des pays producteurs d’armement. Si les États-Unis, Israël, la Grande-Bretagne et la France sont, comme à leur habitude, bien représentés, il est à remarquer également l’importance du pavillon chinois ainsi que le développement des pays d’Europe centrale.

 

Pavillon chinois

Pavillon chinois au salon de l'Eurosatory 2010


Merkava 4

Char israélien Merkava MK4

 

Essentiellement ouvert à un public de professionnels (militaires, industriels et commerciaux), l’Eurosatory accueille aussi de nombreuses délégations militaires qui sont autant de missions de renseignement… Cette année, sont plus que jamais représentées les industries des drones et des véhicules de protection contre les IED.

 

Malette drone

L'industrie des drones explose et le salon en expose un grand nombre de modèles. Les conceptions et les formes peuvent être très diverses, et l'on observe aussi une évolution dans le domaine de la miniaturisation

Mini drone

 

MRAPAutre matériel bien représenté sur le salon, les véhicules de type MRAP particulièrement conçus pour résister aux IED (1)

 

Le Ministère de la Défense anime un espace particulièrement étendu où l’on peut voir un hélicoptère Tigre, un Véhicule Blindé de Combat d’Infanterie (VBCI) – déployé cette année en Afghanistan -, un canon CAESAR, un module MORPHEE, ainsi que divers drones actuellement en service et futurs. Le programme FELIN, qui commence à être déployé dans nos unités, est aussi en présentation dynamique avec deux soldats entièrement équipés. Tous ces matériels de pointe trouvent leur cohérence au sein d’un système d’information plus vaste: le programme Scorpion. Ce dernier permet aux différents éléments d’un GTIA de s’articuler en temps réel, mais aussi de s’articuler avec une composante navale et aérienne au sein d’une coalition. Plus que jamais, l’évolution est à la Numérisation de l’Espace de Bataille (NEB), et le développement de systèmes infocentrés.

 

(1) Les Mine-Resistant Ambush Protected Vehicle (MRAP) désignent une famille de véhicules 4x4 et 6x6 particulièrement adaptés à la guerre d’embuscade et à un champ de bataille saturé de mines et de pièges en tout genre. Le programme MRAP a connu un formidable développement avec la guerre en Irak (2003) où les forces américaines ont été massivement confrontées aux frappes d'IED. S'inspirant d'un retour d'expérience sud-africain, les MRAP - qui sont fortement blindés - sont conçus avec une garde au sol importante, et une coque en V sur les bas côtés et le plancher, ce qui permet de neutraliser en partie les effets meurtriers des explosions.

 

AASM SAFRAN

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 07:07

1-copie-3

Calvi, le lundi 14 juin 2010

 

D'origine polonaise, le Sergent Konrad RYGIEL du 2e REP a reçu les honneurs militaires lundi 14 juin dernier, et a été promu sergent-chef à titre posthume. Le sous-officier, tombé en Kapisa le lundi 7 juin, a également été fait Chevalier de la Légion d'honneur. La cérémonie s'est déroulée en présence du Secrétaire d'État à la Défense et aux Anciens combattants, Monsieur Hubert FALCO, et du Chef d'État-major de l'Armée de Terre (CEMAT), le Général Elrick IRASTORZA.

 

Sur son blog, le journaliste Jean-Dominique MERCHET revient sur le détail de l'action qui a vu le décès du Sergent RYGIEL (1). Il semblerait que le sous-officier n'ait pas été tué immédiatement, qu'il fut d'abord blessé et que c'est au cours de son évacuation - particulièrement problématique - qu'il fut tué et que trois autres légionnaires furent touchés à leur tour. Annoncée le jour même, l'intervention de F15 Eagle américains n'a pas eu lieu. En revanche, deux hélicoptères Tigre étaient bien présents sur les lieux, mais n'ont pas ouvert le feu.

 

Le blog Défense et Démocratie rend hommage au sacrifice de ce 43e soldat français tombé en Afghanistan.

 

(1) Lire également la deuxième actualisation de ce récit qu'en fait Jean-Dominique MERCHET le jeudi 17 juin 2010.

 

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 07:37

Logo centenaire aéronavale
 

2010 est l’année qui voit l’Aéronavale fêter son centenaire (1). Une manifestation de grande ampleur, pour ne pas dire exceptionnelle viendra commémorer cet anniversaire, dimanche 13 juin en rade de Hyères. La BAN de Hyères ouvrira ses portes au grand public à partir de 9.00, et un meeting aérien présentera avions et hélicoptères volant ou ayant volé sous les couleurs de notre aéronautique navale. La Patrouille de France sera également présente.

 

Clou du spectacle, deux porte-avions nucléaires viendront mouiller dans la rade: le Charles-de-Gaulle que nous n’avons plus à présenter ainsi que le porte-avions américain USS Harry S. Truman (CVN 75) de la classe Théodore Roosevelt. En fait, le USS Harry S. Truman est déjà ancré à Marseille depuis mardi. C’est son troisième séjour au large de la grande ville phocéenne, les deux précédentes visites ayant eu lieu en 2002 et 2008.


CVN 75 et Charles-de-Gaulle - Juin 2010(Source photographique - US Navy)

 

Sur la photographie ci-dessus, on peut observer les deux porte-avions croisant en Méditerranée le lundi 7 juin. Le USS Harry S. Truman, bien plus long que le Charles-de-Gaulle, est au premier plan. En tête du groupe se trouve la frégate anti-aérienne Cassard (D 614). Un croiseur lance-missiles de classe Ticonderoga, reconnaissable à son imposante casemate avant, ferme la marche. Il s’agit du USS Normandy (CG 60). À l’issue de cette commémoration, le porte-avions américain, flanqué de son groupe aéronaval et rattaché aux secteurs d’opération des Ve et VIe flottes, rejoindra l’Océan Indien et le Golfe persique.


Quant au porte-avions français Charles-de-Gaulle, le Président Nicolas SARKOZY, qui est venu lui rendre visite aujourd'hui, a annoncé son prochain déploiement d'ici la fin de l'année dans la même zone d'opération que le USS Harry S. Truman.

 

(1) Cf. Cols bleus, « 100 ans d’aéro », 2950, 12 juin 2010.

 

FREMM---Message-2.jpg

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 20:15

UN SERGENT DU 2e REP TUÉ EN AFGHANISTAN

 

Plusieurs soldats de l’OTAN ont été tués en Afghanistan ces derniers jours. C’est en ce lundi, cependant, que la journée fut particulièrement meurtrière avec la mort de dix soldats dont un sergent du 2e Régiment Étranger Parachutiste (2e REP). Avec le 1er RHP et le 17e RGP, le 2e REP est le régiment qui constitue l’ossature du GTIA Surobi.

 

Alors que l’OTAN est en train de planifier une prochaine opération pour cet été - dont l’objectif sera de nettoyer la province de Kandahar (sud Afghanistan) -, la stratégie reste par ailleurs au contrôle progressif et permanent du terrain. À partir de postes avancés - les Combat Outpost ou COP dont plusieurs portent le nom de soldats tués -, les forces de la coalition rayonnent dans les vallées avoisinantes. Leur mission est triple à savoir aider à l’installation des forces afghanes qui devront le plus rapidement possible assurer le quadrillage du terrain, assurer un contact avec les autorités locales, et apporter une aide au développement des populations.

 

C’est dans ce contexte qu’a eu lieu l’affrontement d’aujourd’hui dans la vallée de Tagab, (province de Kapisa) aux alentours du village de Payendakhel. Depuis samedi, le GTIA Surobi ainsi qu’un kandak afghan - soit une force de 700 hommes – est en opération dans ce secteur (opération Altor Libecciu). Alors que des médecins français organisaient, cette après-midi, une aide auprès de la population du village de Payendakhel, des insurgés, qui tentaient de s’infiltrer, entrèrent en contact avec une unité placée en protection. Au cours de l’action, le Sergent Konrad RYGIEL fut tué par un tir de lance-roquettes, et trois autres légionnaires furent blessés tandis qu’intervenaient deux hélicoptères de combat Tigre et deux F15 Eagle américains.

 

Rappelons que cette aide au développement comme ces opérations visant à sécuriser les populations tout en les détachant de l’insurrection – qu’elle soit talibane ou non -, sont vitales pour faire basculer le cours du conflit. Elles s’inscrivent dans la stratégie élaborée par le Général McCHRYSTAL, et la réaction des insurgés montrent combien ils en perçoivent le danger pour leur cause.

 

Le décès de ce sous-officier porte à 43 le nombre de nos soldats tombés en Afghanistan, dont 7 depuis le début de l’année 2010. Fait significatif: alors que l’idée reçue voudrait que la majeure partie de nos pertes le soient par le fait des IED, 22 de nos combattants sont tombés au cours de combats, et seulement 8 lors d’embuscades impliquant des IED.

 

Cache d'armes

Cache d'armes découverte le 1er juin en vallée d'Uzbin. C'est à partir de munitions de calibre divers mais aussi de stocks d'engrais que les insurgés fabriquent les terribles IED, dont la dissémination constitue l'une des caratéristiques du champ de bataille afghan (source - Ministère de la Défense)

 

Nous rendons hommage à ce 43e sacrifice, et adressons notre plus sincère témoignage de soutien à la famille et aux proches du Sergent Konrad RYGIEL.

 

Insigne 2e REP

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 15:26

M1-Garand.jpg

 

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 09:10

 LE RAVIVAGE DE LA FLAMME PAR L'IHEDN LE MERCREDI 2 JUIN 2010


P1060747

 

Symbole du sacrifice militaire de notre pays lors de la Première Guerre mondiale, la tombe du soldat inconnu a été installée sous l’Arc de Triomphe de Paris le 11 novembre 1920. L’idée d’y allumer une “flamme éternelle” est introduite trois années plus tard. Depuis, la cérémonie du ravivage de la Flamme a lieu tous les soirs à 18.30. Un Comité de la Flamme de l’Arc de Triomphe, dont la direction incombe au Gouverneur des Invalides – actuellement le Général d’Armée Bruno CUCHE –, attribue à un ensemble d’associations l’encadrement de cette cérémonie quotidienne marquée par un dépôt de gerbes.

 

Il revient ainsi à l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) de raviver la Flamme le 2 de chaque mois, en présence de deux autres associations: l’Union nationale des combattants de La Celle-Saint-Cloud/Bougival, et le Souvenir français de La Celle Saint-Cloud. Ce mercredi 2 juin, étaient notamment présents les Généraux d’Armée Bruno DARY et Bruno CUCHE, ainsi que le Vice-Amiral d’escadre Richard LABORDE. Michel FOUCHER, Directeur de la formation de l’Institut, les présidents des associations régionales de l’IHEDN, et de nombreux auditeurs – dont sept de la très récente 180e “Cardinal de Richelieu” – assistaient également à cette cérémonie.

 

Sous l'Arc de triomphe le mercredi 2 juin 2010

 

Comme le souligne la réflexion du Capitaine GOFFI (1), les mutations technologiques n’ont cessé  de nos jours de marquer une distanciation physique de plus en plus grande entre les acteurs du champ de bataille. La nature essentiellement asymétrique des guerres contemporaines impose des valeurs morales différentes aux combattants qui s’affrontent, et la défense classique de la Patrie tend à se transformer en une “défense des autres” notamment en Afghanistan. Mourir pour la France de nos jours n’a donc plus grand chose à voir avec mourir pour la France à l’époque du soldat inconnu. Ces phénomènes majeurs transforment à la fois notre perception de la guerre, de la mort, de l’idée même du sacrifice militaire qui, tout en restant une nécessité, est de moins en moins compris par les opinions publiques en démocratie, et jusque dans les rangs de nos forces armées.

 

Le ravivage de la Flamme ne peut être alors plus beau geste que lorsqu’il entretient le souvenir du passé sans oublier de faire ce lien avec le présent et l’avenir. La présence d’élèves du secondaire de la Celle-Saint-Cloud et de Bougival, lors de la cérémonie du 2 juin dernier, ne pouvait mieux souligner cette nécessité selon laquelle c’est par la compréhension des enjeux du présent que les jeunes générations seront le mieux invitées à remonter le chemin de mémoire.

 

Nouveau logo IHEDN

Groupe-Facebook.jpg

 

(1) Cf. Emmanuel GOFFI, “Si vis vitam, para mortem. Redonner un sens au sacrifice du soldat”, DSI, 60, juin 2010, pp. 46-51.


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 07:48

LE CHEF DE BATAILLON CHRISTOPHE BAREK-DELIGNY RECOIT LES HONNEURS MILITAIRES

 

Honneurs militaires

Hervé MORIN décore à titre posthume le Chef de bataillon BAREK-DELIGNY le vendredi 28 mai 2010 (source - Ministère de la Défense)

 

Promu Chef de bataillon à titre posthume, le Capitaine Christophe BAREK-DELIGNY a également reçu la Croix de la Valeur militaire à l'ordre de l'Armée, et fut fait Chevalier de la Légion d'Honneur. Le Chef de bataillon BAREK-DELIGNY a reçu les honneurs militaires vendredi 28 mai en présence du Ministre de la Défense, Hervé MORIN. La cérémonie s'est tenue dans l'enceinte du Quartier Merbion où se situe le 3e Régiment du Génie de Charleville-Mézières.

 

Nous nous associons à la douleur de l'épouse et des enfants, comme à celle des proches de l'officier tué samedi dernier dans la province de l'Oruzgan (sud Afghanistan).

 

5

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 21:43

JOURNÉE DE FORMATION DU TRINÔME ACADÉMIQUE 2010

 

Logos-minist-res.jpgNouveau logo IHEDN

 

Le mardi 25 mai 2010 se tenait la journée de formation du Trinôme académique. Organisée sous le patronage du Recteur de l’Académie de Créteil, Monsieur William MAROIS, du Général de Corps d’Armée Bruno DARY, Gouverneur militaire de Paris, et de la Présidente de l’association régionale Ile-de-France des auditeurs de l’IHEDN, Madame Caroline GORSE-COMBALAT, cette très riche journée s’adressait à une quarantaine de relais Défense de l’Académie en présence du Général DARY lui-même et du Colonel Paul DODANE, Délégué Militaire Départemental du Val-de-Marne (DMD 94).

 

Les relais Défense sont ces personnels, en grande partie enseignant mais aussi issu des personnels d’administration, qui ont en charge l’éducation à l’Esprit de Défense dans leur établissement scolaire. Interfaces entre le Trinôme académique et les collèges et lycées, leur rôle reste fondamental pour enraciner une culture de Défense auprès de nos jeunes, nonobstant les réticences traditionnelles du milieu enseignant en la matière.

 

L’institution des relais Défense n’est cependant pas suffisante à elle seule pour cet enracinement. Encore faudrait-il que les personnes acceptant cette fonction soient sensibilisées et formées de manière approfondie afin que naisse une réelle capacité d’initiative en direction du public scolaire. C’est à cette mission que s’est attachée, depuis plusieurs années et avec dynamisme, l’IA-IPR Anne-Marie HAZARD-TOURILLON qui dirigeait cette nouvelle journée de formation, dont le thème portait sur “La lutte contre la prolifération des armes de destruction massive”.

 

Le sujet renvoyant à une actualité brûlante, notamment avec les crises iranienne et nord-coréenne, c’est M. Benjamin HAUTECOUVERTURE, chargé de recherche au Centre d’Études de Sécurité Internationale et de Maîtrise des armements (CESIM), qui présenta dans un premier temps l’état des lieux de la prolifération nucléaire dans le monde, mais avec une très utile perspective historique et juridique.

 

Qu’est-ce que une arme chimique, qu’est-ce qu’une arme biologique, et quels sont les moyens de lutte contre leur développement? Sur cette question, c’est Mme Elisande NEXON, chargée de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), qui apporta des éléments de réponse au cours d’un exposé fort riche d’un point de vue scientifique. Docteur en Pharmacie et spécialiste du bioterrorisme, Mme NEXON retraça les grandes étapes de la recherche scientifique contemporaine menant à la fabrication de souches virales, de gaz et de toxines (ypérite, soman, VX, travaux de l’unité japonaise 731…), tout en soulignant la difficulté de la mise au jour de programmes militaires par définition clandestins, ainsi que la difficulté technique de leur contrôle. De nos jours, une analyse croisée de plusieurs facteurs permet, cependant, de se faire une idée assez précise quant à la possession de ce type d’armement par un État. Mme NEXON détermine ainsi plusieurs critères telles la nature d’un régime politique occultant toute transparence sur ces questions, l’existence de capacités industrielles et de financement, la présence de vecteurs spécifiques, la tenue d’exercices militaires également spécifiques… Toutefois, la menace majeure correspond, à l’heure actuelle, davantage à la mise au point – certes difficile mais possible – et à l’utilisation de ces armes par des groupes terroristes affranchis de toute structure étatique. Face à de telles menaces, la capacité d’anticipation de notre pays doit être plus que jamais développée, ce qui ne peut être sans une capacité de renseignement renforcée.

 

La question du renseignement rapportée à la lutte contre la prolifération des ADM fut abordée par le Général (2S) André RANSON, ancien responsable de la Direction du Renseignement Militaire (DRM). Avec le Général RANSON, c’est une vision opérationnelle et de terrain qui fut apportée aux relais Défense. Dans un exposé d’une grande clarté, l’officier fit un état des lieux de la machine du renseignement et de ses diverses composantes, notamment à l’issue de la restructuration fondamentale voulue par le Livre blanc de 2008, et qui donne une importance renouvelée aux services de renseignement (1). S’inspirant du propos d’Auguste COMTE selon lequel il faut “savoir prévoir afin de pouvoir”, il démontra en quoi le renseignement émane avant tout d’une volonté politique, et résulte également d’une vision stratégique. Fonction profondément politique au-delà de ces aspects techniques, le renseignement permet d’éclairer et de donner une marge de manoeuvre à notre diplomatie. Pourtant, ce n’est qu’en 1993 que le Secrétariat Général à la Défense Nationale (SGDN) a fait inscrire officiellement la recherche systématique d’information sur la prolifération des ADM.

 

La conférence de M. Patrick PAILLOUX, Ingénieur issu de l’X et actuel Directeur de l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), clôtura la journée de formation. Créée le 8 juillet 2009 par décret du Premier Ministre, et dépendant de lui, l’ANSSI est une agence interministérielle de 200 personnes environ, chargée de la sécurité et du renseignement dans le domaine des systèmes d’informations, ce que les Américains appellent “l’infosphère”. En d’autres termes, l’ANSSI s’intéresse au cyberespace et aux problèmes liés à la protection des données: le cryptage. Les cyberattaques étant désormais considérées comme une nouvelle forme d’ADM, et l’INTERNET s’étant généralisé dans toutes la société, personne ne pouvait ne pas se sentir concerné.

 

Le nombre de cyberattaques ne cesse d’augmenter depuis ces dernières années. Les sites institutionnels ne sont pas épargnés, et le risque d’une attaque majeure contre nos réseaux est plus que jamais élevé. À partir des exemples estonien et israélo-palestinien, M. PAILLOUX explique ce qu’est une cyberguerre à l’heure actuelle, ainsi que l’immense difficulté à pouvoir sécuriser ordinateurs comme réseaux. En fait, plus les systèmes d’exploitation sont ouverts et complexes – du fait de la polyvalence réclamée par les utilisateurs – plus la difficulté à les protéger est grande, voire impossible… Or, c’est tout le fonctionnement de la société – à travers la description de douze “infrastructures critiques” et de leur interconnexion -, qui est concernée au premier plan.

 

Décrivant de manière concrète et particulièrement vivante les caractéristiques de la cyberguerre et, par voie de conséquence celles d’une cyberdéfense, M. PAILLOUX suscita de nombreuses questions parmi les relais Défense présents. La vacuité de toute législation ou réglementation hormis celles que les communautés s’imposent, l’absence de frontières sur lesquelles pourraient reposer un droit international, l’abolition de toute distance, des cycles de vulnérabilité de l’ordre de l’heure et non plus d’années comme cela était le cas pour les armements au sens classique, sont les caractéristiques fondamentales du cyberespace. Ainsi, les États ne peuvent se protéger efficacement jusqu’à ce jour, alors que la prolifération des moyens informatiques permettant celle des cyberattaques a déjà eu lieu dans les sociétés.

 

S’il reste à renforcer et à ancrer dans les cultures et les mentalités de l’Éducation nationale, l’enseignement de la Défense dans les collèges et les lycées est bien en marche. La qualité des intervenants et des conférences de cette journée l’a montré, ainsi que les multiples conversations nouées entre les participants. Alors que professeurs et autres personnels d’administration commencent à se reconnaître d’année en année, il est à souhaiter que ces trop rares moments de formation puissent constituer le cadre d'une véritable "fertilisation croisée".

 

Le blog “Défense et Démocratie” remercie l’IA-IPR HAZARD-TOURILLON pour l’organisation de ce moment fort, ainsi que l’ECPAD qui a fourni les locaux et le soutien matériel.


 

FREMM---Message-2.jpg

(1) En France, nous disposons actuellement de six grands services de renseignement dont deux à compétences générales: la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) qui dépend du Ministère de la Défense et la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) qui dépend du Ministère de l’Intérieur. Les quatre autre services dépendent soit de la Défense (DRM par exemple) soit du Ministère du Budget et des Finances (TRACFIN par exemple). Aux États-Unis, on compte pas moins de 17 services et agences de renseignement.


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 20:02

HOMMAGE AU 3e RÉGIMENT DU GÉNIE

Christophe BAREK-DELIGNY

 

Province d'Oruzgan non loin de Deh Rawod. C'est en ce lieu, situé au sud de l'Afghanistan, qu'un officier du 3e Régiment du Génie de Charleville-Mézières, le Capitaine Christophe BAREK-DELIGNY (38 ans), a été tué aujourd'hui par un IED. Faisant partie d'une équipe de déminage (Explosive Ordnance Disposal ou EOD), l'officier a été appelé après qu'une patrouille franco-afghane eut détecté un IED, peut-être utilisé comme leurre. Arrivé sur les lieux, l'EOD aurait été frappé par un deuxième IED tuant le capitaine BAREK-DELIGNY, un caporal néerlandais, un interprète afghan, et blessant quatre autres soldats néerlandais.

 

Nous saluons le sacrifice de ce 42e soldat français tombé en Afghanistan depuis 2001, et accompagnons son épouse, ses deux enfants et leurs proches dans la douleur. Le blog "Défense et Démocratie" salue également le sacrifice et la mémoire de tous les frères d'armes de nos combattants tombés jusqu'à ce jour, à commencer par ce caporal néerlandais (Luc JANZEN, 25 ans) et cet interprète afghan (1).

 

(1) À ce jour 1049 soldats américains sont tombés en Afghanistan.

 

5

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 09:02

Logo-CNSD.jpg

 

En partenariat avec le Centre National des Sports de la Défense (CNSD), le Lycée Galilée a organisé une course d’orientation le mardi 18 mai 2010. Dernière grande action pédagogique de cette année scolaire, entreprise dans le cadre du projet “La Nation et ses forces armées”, cette course d’orientation a mis sur le terrain 40 élèves de deux classes de 2nde. 

 

Destiné entre autres à mettre en pratique un ensemble de connaissances déjà apprises en Géographie, l’exercice s’est tenu dans l’enceinte même du CNSD au Camp Guynemer (Fontainebleau). Emmenés par M. NGUYEN, enseignant relais Défense de l’établissement et Mme WAMBST, enseignante de Mathématiques,  les élèves ont été pris en charge par le Major Grégory NOUHET et son adjointe.

 

Une première séance pédagogique, donnant des rudiments de planimétrie, fut dispensée avant de lancer les élèves sur un parcours de 19 balises (3 km théorique). Le premier groupe acheva le parcours, au terme d’une course effreinée d’un peu moins d’une demi-heure. Le dernier groupe clôtura le circuit en 1.10 environ. Quelques groupes n’ont pas réussi à trouver toutes les balises, mais l’essentiel était avant tout de participer, et d’apprendre à lire correctement une carte ne serait-ce que pour rallier le point d’arrivée.

 

P1060656Le Major NOUHET et les élèves de la 2nde 4

 

L’Enseignant relais Défense remercie le Général Jacques RENAUD (DMD 77), le Lieutenant-colonel Jean-Luc OLIVE, le Major Grégory NOUHET et les membres de son équipe (notamment l’Adjudant Alain PENTSCHEFF), pour le soutien qu’ils ont apporté à cette action. Au terme d’une année très riche où les élèves ont participé au soutien des troupes, et ont réalisé exposés, mémoires et débats concernant le rôle du citoyen dans la Défense de notre Cité moderne, cette course d’orientation est venue montrer qu’acteurs de la Défense et de l’Éducation pouvaient aussi travailler ensemble.

 

FREMM---Message-2.jpg


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Fiches et dossiers
commenter cet article

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives