18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 07:20

Colloque--Des-citoyens-pour-demain-.jpg

 

Le jeudi 20 mai 2010, se tiendra dans l’enceinte de l’École militaire de Paris, un colloque intitulé “Des citoyens pour demain, Armée-Jeunesse/Élus municipaux”. Organisé sous le patronage du Ministère de la Défense, cette manifestation aura pour objectif de rapprocher le monde de la Défense et celui des élus municipaux autour d’une réflexion sur l’éducation à l’Esprit de Défense élargi au Civisme. 

 

Si Défense et Civisme sont deux notions indissociablement liées, la question majeure reste de savoir comment expliquer et transmettre ce lien auprès des plus jeunes. L’Éducation nationale joue, bien évidemment, un rôle essentiel dans ce processus avec un “parcours citoyen” qui débute dès l’École primaire. Cependant, la dimension sociétale des enjeux portés au coeur de la relation Défense-Civisme ne peut se réduire au seul apprentissage scolaire, et doit être relayée au-delà, notamment à l’échelle locale. Les maires, assistés de leur correspondant Défense, ont donc un rôle important, à jouer également. Leurs initiatives peuvent contribuer efficacement à la diffusion d’un Esprit de Défense dont la valeur civique intrinsèque ne peut que trouver une expression au quotidien.

 

Quatre grands thèmes seront abordés au cours de ce colloque:

 

1- Engagements et responsabilités du Maire et du Jeune dans la Cité

2- Mémoire vivante et leçons d’Histoire

3- Défense et Citoyenneté

4- Ritualisation de la vie citoyenne

 

FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 20:20

10 MAI 1940/10 MAI 2010 - ANNIVERSAIRE D'UNE TERRIBLE DÉFAITE

 

Soldats-francais-1940.jpgSoldats français servant un fusil-mitrailleur MAC 24/29 en 1940

 

Le 10 mai 1940 débutait la Campagne de France. Alors que la guerre européenne avait déjà éclaté depuis le 1er septembre 1939, mettant à feu et à la sang la Pologne, s’étendant à la Norvège (avril/juin 1940), elle semblait marquer le pas en Europe occidentale. Cette période appelée “Drôle de guerre”, qui fut mise à profit par les Allemands afin de réorganiser leur dispositif stratégique, prit fin avec la mise en oeuvre des plans Fall Gelb (attaque des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Belgique, percée ardennaise) et Fall Rot (invasion de la France). 

 

Les péripéties de cette Campagne de France ont été depuis largement étudiées par les historiens et les militaires, tant l’audace de l’offensive allemande et l’ampleur de l’effondrement français consécutif ont été spectaculaires. Alors que les attaques sur les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique orientent le dispositif de combat franco-britannique vers le Nord et la Belgique, la Wehrmacht créé la surprise stratégique au Sud dans le massif des Ardennes. Les faits d’armes des parachutistes allemands en Belgique (prise du fort d’Eben-Emael) ne peuvent masquer l’essentiel, à savoir le développement d’une offensive blindée majeure dans un secteur du front que l’État-major français n’imaginait pas.

 

Ces divisions blindées et mécanisées loin d’être représentatives de l’ensemble d’une Wehrmacht, largement hippomobile à cette époque, frappent en masse là où personne ne les attend. Utilisées en étroite coordination avec les forces aériennes, elles révélent une maîtrise en matière de communication radio et d’interopérabilité qui devait faire rapidement école. Le verrou de Sedan saute, la Meuse est franchie en dépit de la destruction des ponts le 12 mai, et l’on assiste à un formidable mouvement Est-Ouest, véritable “coup de faucille”, qui enferme le dispositif franco-britannique en Belgique. L’offensive allemande menée au rythme des moteurs des blindés, ne laisse pas le temps à l’Armée française d’organiser la moindre contre-offensive d’ampleur sur des flancs pourtant largement exposés. Elle aboutit à l’encerclement de la poche de Dunkerque.

 

Guderian--13-mai-1940-.jpg

Le Général Heinz GUDERIAN (premier en partant de la droite) le 13 mai 1940

 

La Campagne de France est l’un des épisodes les plus sombres de notre Histoire, plus particulièrement de notre histoire militaire. L’Armée française tenue pour être l’une des meilleures armées au monde, qui était la plus moderne du monde au lendemain de la Première Guerre mondiale, a été balayée en un mois. Le 14 juin 1940, la génération de 1914/1918, assiste, effondrée, à l’entrée de la Wehrmacht dans Paris. Le 22 juin 1940, le Gouvernement du Maréchal Philippe PÉTAIN signe l’armistice.

 

De nos jours, ce traumatisme perdure encore derrière l’idée que notre histoire militaire n’est qu’une succession de défaites majeures depuis la fin du règne de Napoléon Ier. Des défaites dont celle de 1940, par ses conséquences, dépasse de loin celle de 1870. Cet arrière-plan n’est également pas sans conséquence quant à la difficulté de notre société d’aujourd’hui à percevoir positivement la valeur du patriotisme, et celle de l’engagement militaire qui lui reste étroitement attaché. L’Été 1940 porte encore jusqu’à nos jours tout ce qui n’allait pas au plus profond de notre pays: déficience d’un régime politique, incapacité des élites politiques, incompétence des élites militaires, pacifisme et désarmement…

 

Pourtant, un renouveau récent de l’historiographie réhabilite certains aspects de cette période. Ainsi, savons-nous que nos soldats n’ont pas démérité, nonobstant la myopie doctrinale fatale de la haute hiérarchie militaire. 100 000 combattants français sont tombés en un mois de combat, illustrant l’intensité des affrontements. Ce courage désespéré devait trouver tout son sens dans la défaite totale du nazisme cinq années plus tard. La Wehrmacht n’a pas eu la partie facile, et c’est la supériorité de son commandement aux échelons tactique et stratégique qui a fait la différence. Nous savons, aujourd’hui, combien la parité qualitative au plan des matériels nous était favorable en matière de blindés; combien le rapport de force numérique était également en notre faveur. Le haut commandement de la Wehrmacht a plusieurs fois tenté de freiner la progression de ses unités, redoutant une contre-offensive majeure sur ses flancs qui – si elle avait eu lieu – aurait changé le cours de la campagne. La désobéissance d’unités, qui refusèrent de ralentir leur marche, explique aussi le succès des armes allemandes.

 

Les élites politiques françaises furent également lucides à l’endroit du nazisme, comme en témoigne une politique de fermeté et de réarmement. Cette dernière, amorcée avant le déclenchement du conflit, fut cependant tardive, montrant on ne peut mieux la nécessité de penser un effort de Défense sur une échelle de temps de plusieurs décennies. Quant à la politique de fermeté vis-à-vis du Reich, elle fut gênée par l’attitude de la Grande-Bretagne décidée à ménager l’Allemagne jusqu’aux accords de Münich (septembre 1938).

 

10 mai 1940-10 mai 2010, le début de la Campagne de France c’était il y a 70 ans.

 

FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 20:44

QUAND L'HISTOIRE FAIT DÉFILER L'OTAN À MOSCOU

(Source photographique - Le Figaro)


5-copie-1


1-copie-2.jpg


4.jpg

Escadron de chasse 1/30 Normandie-Niemen


Bataillon-de-representation.jpg

Bataillon de représentation polonais


Welsh-Guards.jpg

The Welsh Guards


2e-Bataillon-du-18e-Regiment-d-Infanterie.jpg

2e Bataillon du 18e Régiment d'Infanterie de l'US Army

 

FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:46

65e ANNIVERSAIRE DE LA FIN DE LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE EN EUROPE


Cérémonie

(Source - Ministère de la Défense)

 

La Deuxième Guerre mondiale fut le conflit le plus destructeur et le plus meurtrier de l’histoire de l’Humanité. Un peu moins d’un siècle après son achèvement, les commémorations continuent de se succéder, nous rappelant un déchaînement de violence que les plus jeunes générations peinent à comprendre, tant le monde a évolué depuis. Alors que la construction européenne continue de se chercher, et que les interrogations quant à son avenir n’ont jamais été aussi pesantes, il est pourtant indispensable de rappeler ce que doit notre liberté et notre prospérité à tant de sacrifices.


Alors que le 1er septembre 2009 dernier marquait le 70e anniversaire du déclenchement de ce terrible conflit, aujourd’hui nous célébrons le 65e anniversaire du 8 mai 1945, date de la fin des hostilités en Europe. Des commémorations auront lieu aujourd’hui à travers le pays, mais également ailleurs dans le monde.

 

Répétition - Mardi 4 mai 2010Répétition du défilé des troupes russes sur la Place Rouge, le mardi 4 mai 2010 (source - Le Figaro)


C’est en Russie que la manifestation la plus impressionnante se tient, en souvenir du prix élevé que l’URSS a payé pour la victoire. Lorsque les troupes de l’Armée rouge mettent un terme à la guerre, en prenant d’assaut le bunker de la Chancelerie à Berlin, plus de 23 millions de Soviétiques ont déjà péri. La commémoration de ce sacrifice est l'occasion d'un défilé militaire sur la Place Rouge tous les 9 mai. Cette année, fait exceptionnel, un détachement américain, britannique, polonais et un détachement français représentant l’Escadrille Normandie–Niémen, participeront à ce défilé.

 

Normandie-Niemen.jpg

Garde au drapeau de l'Escadrille Normandie-Niémen en répétition à Moscou (source - Ministère de la Défense)

 

Vendredi 7 mai 2010

Répétition du défilé américain le vendredi 78 mai 2010 (source - Le Figaro)

 

FREMM---Message-2.jpg


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 13:42

LE GROUPE FACEBOOK "HOMMAGE AUX FEMMES DE NOS SOLDATS" COMPTE 1000 MEMBRES

 

5

Lancé le vendredi 15 janvier dernier sur le site de réseautage Facebook, notre groupe "Hommage aux Femmes de nos soldats" - jumelle du groupe "Soutenez nos forces armées" -, vient de franchir la barre symbolique des 1000 membres. Ce succès montre que le lien unissant la société à ses forces armées n'est pas mort, loin de là, qu'il peut être encore fédérateur. Notre initiative montre également qu'il reste beaucoup à accomplir pour refonder ce lien dans des champs d'actions nouveaux qui ne demandent qu'à être défrichés.

 

Contrairement à ce qu'en dit Jean-Dominique MERCHET, nous pensons que l'expression "Armée-Nation" ne présuppose pas une extériorité des forces armées à la Nation. Certes, l'association conceptuelle est très souvent employée sans être définie au préalable, ce qui conduit à un certain galvaudage. Elle souligne, cependant, la spécificité d'une relation entre la Nation française et un de ses éléments constitutifs - voire consubstantiel -, comme elle pourrait, par ailleurs, souligner  la relation entre la Nation et l'Éducation, ou autre. Les institutions sont l'émanation d'une culture et d'une Histoire, et ce sont les liens qu'elles entretiennent avec la société qui, au final, constituent la Nation française. Ce que le lien entre l'Armée et la Nation gardera toujours d'unique, en revanche, c'est le sacrifice  ultime et suprême qu'il demande à quelques uns pour la sauvegarde de la vie du plus grand nombre.

 

Le lien Armée-Nation mute parce que la société, les mentalités, la guerre et les forces armées connaissent, elles aussi, de profondes mutations. Ce lien était-il plus fort avant le passage à l'Armée professionnelle? Les Français avaient-ils une meilleure image de leur Armée? Rien n'est moins sûr, mais ce qui semble certain c'est que cette relation entre la Nation et ses forces armées doit être entretenue, confortée, revivifiée et dynamisée pour que l'expression devienne effectivement substance et non un assemblage de mots que le plus grand nombre ne comprend plus. C'est le défi de notre génération - de chaque nouvelle génération -, ce d'autant plus qu'elle rencontre encore la réalité de la guerre.

 

Les familles de nos militaires, aux premiers rangs desquelles se tiennent des femmes dont le courage et le sacrifice au quotidien égalent celui de leur mari ou compagnon, sont aujourd'hui au coeur de cette relation entre la Nation et ses Forces armées devenues professionnelles. C'est en recréant cette solidarité de fond pour les Héroïnes de nos Héros que nous aiderons, entre autres, à mieux faire comprendre à nos contemporains qu'un engagement militaire n'est en aucun cas un contrat professionnel comme un autre. Cette compréhension (empathie?) ne pourra que rendre la société plus solidaire de ses soldats.

 

Merci à toutes celles et tous ceux qui font vivre le groupe "Hommage aux Femmes de nos soldats".


Groupe-Facebook.jpg


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éditorial
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 06:54

LES HEURES HISTORIQUES DE SULLY-SUR-LOIRE

 

Les-heures-historiques-de-Sully-2010.jpg


Aux passionnés d'Histoire militaire et de reconstitutions, n'hésitez pas à venir assister au spectacle des "Heures historiques de Sully", qui se tiendra les samedi 15 et dimanche 16 mai  2010 dans le parc du château de Sully-sur-Loire (Loiret). S'y retrouveront, à cette occasion, des centaines de figurants reproduisant des combattants de toutes les époques: de l'Antiquité à nos jours.

 

À la différence de nombre de spectacles qui s'appuient davantage sur une représentation convenue et déformée de périodes de notre Histoire, "Les heures historiques de Sully" nous offrent un ensemble de reconstitutions d'une grande rigueur et d'une grande fidélité. Bivouacs, défilés dans la ville, démonstrations diverses seront au rendez-vous, et permettront de faire de très belles photos!

 

Se produisant annuellement le troisième week-end de mai, "Les Heures historiques de Sully" ont remplacé un autre spectacle plus spécifique au Moyen Âge, et qui s'intitulait "Les Heures médiévales". jusqu'en 2007. Soulignons, pour finir, que notre ami, le Capitaine (R) Alexis CHEVTZOFF, qui avait brillamment animé la JNR 2007 au Lycée Galilée, est un acteur régulier de cette manifestation haute en couleurs.

 

FREMM---Message-2.jpg


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éditorial
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 06:46

LA LÉGION ÉTRANGÈRE CÉLÈBRE LE 147e ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE CAMERONE 

Camerone-2010.jpg

 

La Légion étrangère naît d’une ordonnance du Roi Louis-Philippe du 9 mars 1831. Recrutant à l’origine des non-Français qui avaient vocation à être envoyés outre-mer, elle est, depuis, devenue un véritable mythe dans le monde international des combattants. Ayant participé à toutes les guerres depuis sa création, ayant perdu des milliers de ses soldats, “devenus Français non par le sang reçu mais par le sang versé” pour reprendre l’expression de l’écrivain Paul BONNECARRÈRE, la Légion étrangère est aujourd’hui reconnaissable de tous. Képis blancs, bérets verts, musique (le fameux “Boudin”), marche de 88 pas/minutes lors des défilés, couleurs verte et rouge, en sont devenus les signes distinctifs au sein même des forces armées françaises.


D’une image de réprouvés, de déclassés sociaux, et d’hommes au passé trouble, le corps a su, au fil du temps et des combats, s’imposer comme une véritable troupe d’élite dont la discipline et le professionnalisme se sont forgés au sein d’une cohésion hors du commun et de traditions bien ancrées. Devenir légionnaire aujourd’hui reste un engagement difficile. De nombreux étrangers et Français continuent de se présenter, mais les conditions de recrutement sont devenues juridiquement comme intellectuellement plus sévères. Quant au plan physique, la formation d’un légionnaire reste toujours aussi exigente par rapport à la moyenne du reste de l’armée, à l’exception des unités qui sont envoyées au combat en Afghanistan, et qui reçoivent également un entraînement poussé.


Parmi ces unités, nous pouvons compter le 27e BCA d’Annecy et le 8e RPIMa de Castres, qui se joindront à leurs camarades légionnaires, demain au Quartier Viénot à Aubagne, à l’occasion du 147e anniversaire de la bataille de Camerone. C’est sur le thème de la fraternité d’armes que légionnaires, chasseurs alpins et marsouins parachutistes – qui ont combattu récemment ensemble en Afghanistan - commémoreront cette bataille de l’expédition française au Mexique (1861-1867).


Le 30 avril 1863, la 3e Compagnie du Régiment Étranger, commandée par le Capitaine Jean DANJOU et forte de 65 hommes, est submergée au cours d’une mission de reconnaissance par 2000 soldats mexicains (1200 fantassins et 800 cavaliers). Le combat eut lieu dans une hacienda proche du village de Camerone de Tejeda, et dura une journée entière au cours de laquelle les légionnaires repoussèrent toutes les attaques, et chargèrent à la baïonnette une fois qu’ils eurent épuisé leurs munitions. DANJOU fut tué ainsi que son officier en second et la moitié des légionnaires. Camerone est devenu, depuis, le symbole du courage et de la loyauté légionnaires. À ce titre, l’événement est fêté chaque année dans toutes les unités de la Légion étrangère.


Ce 147e anniversaire de la bataille de Camerone sera présidé aujourd'hui, à Aubagne, par M. Hubert Falco, Secrétaire d’État à la Défense et aux anciens combattants et par le Général d’armée Elrick Irastorza (CEMAT). Le Général de brigade Alain BOUQUIN commandera la prise d’armes.

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 18:10

ALLOCUTION DU GÉNÉRAL STANLEY A. McCHRYSTAL

 

IHEDN-2---Vendredi-16-avril-2010.jpg 

Vidéo de l'allocution du Général McCHRYSTAL prononcée le vendredi 16 avril 2010 devant la 62e promotion de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale. Les aspirants bacheliers en profiteront pour réviser leur pratique de la langue anglaise...


Logos IHEDN

Groupe-Facebook.jpg


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 08:48

DÉCÈS ACCIDENTEL D'UN MARIN

 

Logo-Marine-nationale.jpg

Hier après-midi, au cours d'un exercice anti-incendie à bord du Bâtiment de Projection et de Commandement Mistral (BPC), qui participe à l'exercice Brilliant Mariner en Mer du Nord, un Quartier-maître de 26 ans, Frédéric DURAND, est décédé accidentellement.

 

Ce décès rappelle que le métier des armes reste, même en temps de paix et en période d'exercice, un métier dangereux. D'où sa spécificité, d'où le fait qu'il est bien plus qu'un métier. Il n'y a pas de mission militaire sans risque, et cela vaut particulièrement pour la Marine nationale dont les bâtiments sont opérationnels 24.00 sur 24. Dès qu'un navire de guerre quitte sa base navale, l'équipage ne cesse d'enchaîner exercices sur exercices afin de se maintenir en condition opérationnelle et de pouvoir également contrôler le fonctionnement des multiples systèmes à bord. À l'inverse des marins de la marine marchande, (MARMAR), les marins militaires connaissent un rythme d'activités très élevé durant la traversée, et ne se reposent qu'une fois à terre.

 

Le blog "Défense et Démocratie" salue le courage de tous nos marins qui, chaque jour, affrontent les dangers de la vie militaire en mer que ce soit sur un théâtre d'opérations de guerre ou de paix. Nos pensées accompagneront la famille de ce jeune Quartier-maître.

 

Groupe-Facebook.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 07:48

LE GÉNÉRAL STANLEY A. McCHRYSTAL DE PASSAGE À PARIS

 

2.jpg

 

Invité par l’Amiral Édouard GUILLAUD (CEMA), le Général américain Stanley A. McCHRYSTAL est de passage à Paris, où il y restera jusqu’à demain. Spécialiste des opérations spéciales et ancien Directeur de l’État-major interarmées, le Général McCHRYSTAL (56 ans) est l’actuel commandant des forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan. Peu connu du grand public avant sa nomination à ce poste - en remplacement du Général David D. McKIERNAN en mai 2009 -, le Général McCHRYSTAL s’est depuis imposé comme une nouvelle légende au sein du monde de la contre-insurrection, aux côtés du Général David H. PETRAEUS dont il est l’un des protégés. C’est notamment lui qui, en Irak, est parvenu à capturer Saddam HUSSEIN le 13 décembre 2003. Autres faits d'armes, il élimine le terroriste Abou Moussab AL-ZAKAOUI le 7 juin 2006, et contribue au succès du “surge” à partir de 2007.

 

    Contrairement à son prédécesseur, McCHRYSTAL fait partie de cette génération d’officiers américains gagnés aux méthodes et aux principes de la contre-insurrection inspirés de la réflexion de David GALULA. Une réflexion dont l’idée centrale est que ce type de conflit ne peut être gagné que par l’adhésion des populations. Cette adhésion ne sera obtenue qu'en protégeant celles-ci, et en y faisant naître un sentiment de sécurité. McCHRYSTAL déplace donc le centre de gravité de la guerre en Afghanistan. D’une lutte militaire contre les insurgés, il oriente désormais la priorité stratégique vers la protection et l’aide aux populations.

 

    Cette nouvelle stratégie s’appuie sur le renforcement des capacités opérationnelles de l’armée et de la police afghanes, rendu possible par un  “partenariat intégré”, et une utilisation systématique des Operational Mentoring Liaison Teams (OMLT). L’objectif n’est pas de contrôler l’ensemble du territoire afghan, mais de traiter les parties les plus menacées en y éliminant les insurgés et, surtout, en s’y installant durablement avec un transfert des responsabilités à l’ANA ou aux forces de police une fois les combats terminés. L’opération Moshtarak lancée en février 2010 dans la province du Helmand  - plus particulièrement dans la région de Marjah où les forces talibanes se concentraient autour de la culture du pavot – illustre cette stratégie. Des frappes aériennes mieux contrôlées font également partie de la stratégie McCHRYSTAL, mais celui-ci doit affronter les pratiques de sa propre armée dont la culture de la puissance de feu ne peut être changée du jour au lendemain.


18 septembre 2009

 

    Hormis plusieurs réunions de travail prévues, dès aujourd’hui en présence des chefs d’état-majors français, le Général Stanley McCHRYSTAL ravivera la Flamme sous l’Arc de Triomphe, ce soir, et prononcera une conférence demain devant la 62e session nationale de l’IHEDN.


Drapeau-USA.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives