21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 19:01
LA FRANCE SE DONNE UN QUATRIÈME SNLE

Cherbourg---Mars-2008.jpgNicolas Sarkozy inaugurant le SNLE Le Terrible à Cherbourg, le vendredi 21 mars 2007

    Après Le Triomphant, Le Téméraire et Le Vigilant, inauguré en 2004, notre pays est sur le point de lancer son quatrième Sous-Marin Nucléaire Lanceurs d’Engins de nouvelle génération (SNLE-NG) : Le Terrible. Aujourd’hui, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, s’est rendu à Cherbourg où il a présenté Le Terrible. Ce dernier ne sera, cependant, opérationnel qu’en 2010.

    Ce bâtiment s’inscrit dans la doctrine de
dissuasion nucléaire à laquelle la France reste profondément attachée, et servira au sein de la Force Océanique Stratégique (FOST). Par rapport aux 3 autres SNLE de sa génération (le Vigilant, le Triomphant, le Téméraire), le Terrible pourra, à partir de 2010, tirer le missile M 51 d’une portée de 8000 km contre 6000 km pour les missiles M 45 actuels. En d’autres termes, le Terrible sera capable de frapper n’importe quel point de la planète quelle que soit sa zone d’opération. En matière de furtivité, il réalise également l’exploit technique d’être 1000 fois plus silencieux que ses prédécesseurs.

Tranche-Le-Terrible.jpgUne tranche du Terrible en construction aux chantiers de la DCNS à Cherbourg

    Le Terrible est l’aboutissement de toutes les technologies de pointe actuelles, et sa construction a nécessité 14 millions d'heures de travail. Il produit en énergie l’équivalent de la production d’une centrale EDF, de quoi alimenter une ville de plus de 100 000 habitants. Il déplace 14 000 tonnes, et le missile M 51 qu’il va prochainement mettre en œuvre pèse le poids d’un
char Leclerc (56 tonnes). Le M51 sera capable de franchir la distance Paris-Marseille en moins de 5 minutes…

    Seules les grandes puissances nucléaires et maritimes peuvent s’offrir ce type de sous-marins qui, jusqu’à preuve du contraire, constitue l’épine dorsale de leur dissuasion nucléaire. Les SNLE français assurent une veille permanente de 12 mois sur 12 dans le monde entier. Nous en avons toujours un à la mer, dont l’itinéraire de mission reste secret. 85% des 300 têtes nucléaires françaises sont emportées par ces sous-marins, les 15% restants étant sous la responsabilité de l’
Armée de l’Air.

SNLE-Le-Terrible.jpg

Source : DE LA GRANGE (Arnaud), « Le Terrible, nouveau fleuron de la dissuasion française », in Le Figaro du jeudi 20 mars 2008.


Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 20:28
19 MARS 1962 : LES ACCORDS D'ÉVIAN

V-t-ran-harki.jpgAncien combattant harki
   
    Les accords d'Evian signés le 18 mars 1962, et entrant en application le 19 mars, marquent la fin officielle de ce qu'on appellera plus tard (en 1996) la Guerre d'Algérie.

    Les signataires étaient  le gouvernement français et l'organe issu de la lutte révolutionnaire, le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA). Ces accords prévoyaient le référendum qui eut lieu le 1er juillet 1962 et déboucha sur la naissance de la République algérienne proclamée le 25 septembre. Ils prévoyaient, en outre de façon explicite, des garanties pour les Français d'Algérie ainsi que pour les musulmans qui nous avaient été fidèles. Malheureusement le gouvernement français appliqua strictement les accords qu'il avait signés, alors que le gouvernement algérien fut incapable, ou ne voulut pas assurer ses obligations.

    Plus de 3000 civils européens furent enlevés et disparurent. Entre 60 à 70 000 harkis furent massacrés dans des conditions abominables.

undefined
Repost 0
Enseignant Défense Général (2S) Serge Auzanneau - dans La Maison du Combattant
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 18:58
undefinedLES INVITÉS DE LA SECONDE 3

Ma-tre-Emmanuel-Martin.JPGLe Maître Emmanuel MARTIN (équivalent de Sergent-Chef dans l'Armée de Terre) s'est particulièrement montré à l'aise au milieu des élèves

    Depuis le début de l'année, la classe de 2nde 3 - 30 élèves - du Lycée Galilée travaille sur la relation entre la Citoyenneté et les métiers de la Défense nationale. Ayant pris pour point de départ le début du programme d'Histoire - thème de la citoyenneté et de ses devoirs militaires à Athènes au Ve siècle -, cette réflexion s'exerce principalement dans le cadre de l'ECJS.

    Pendant tout le premier semestre, les élèves ont appronfondi leur connaissance de nos forces armées à travers un travail de recherche, qui a abouti à des exposés collectifs. Durant ce second semestre, ils réutilisent ce travail préalable, mais l'organisent dorénavant autour de sujets spécifiques, personnellement choisis. Ces sujets feront l'objet d'une production qui prendra la forme d'un mémoire d'une dizaine de pages. Les mémoires seront rendus à la mi-avril et feront, pour chaque élève, l'objet d'un entretien auquel sera associé La Maison du Combattant et du Citoyen dans le courant du mois de mai.

    Le mémoire d'ECJS sera rédigé au traitement de texte. Il comportera une bibliographie classée et commentée, une introduction problématisée autour de la relation "Citoyen et Défense nationale", un développement, une conclusion, l'ensemble étant accompagné d'un appareil critique sous forme de notes infrapaginales. Dans ce travail de recherche général, les élèves devront intégrer un entretien avec un acteur de leur sujet, et il leur est recommandé de s'appuyer sur cet entretien afin de nourrir la partie développement du mémoire. L'entretien devant leur permettre d'avoir une approche humaine, concrète et sensible de sujets que d'aucuns ont défini comme "technique". Leur faire comprendre également que la Défense est avant tout une question d'hommes et de femmes - de citoyens - engagés. Une annexe documentaire pourra être ajoutée au mémoire.

    L'originalité de la 2nde 3 tient à ce qu'au-delà de ce travail scolaire, elle a fait vivre sa réflexion au travers de plusieurs interventions extérieures. Ce fut d'abord le Colonel Amédée PASSEMARD, ancien officier de l'Armée de l'Air, vétéran de la Deuxième Guerre mondiale, de la Guerre d'Indochine et de celle d'Algérie, que La Maison du Combattant et du Citoyen a fait connaître aux élèves. Les lundi 3 et 10 décembre 2007, le Colonel PASSEMARD - accompagné par le Général (2S) Serge AUZANNEAU et Madame Luce LARCADE - est, ainsi, venu discuter de son passé d'officier et de combattant avec les élèves.

Ma-tre-Emmanuel-Martin-2.JPGLe Maître Martin durant son exposé le lundi 17 mars 2008
   
    Après l'Histoire et la Mémoire, ce fut au tour des acteurs de la Défense nationale d'aujourd'hui d'intervenir. Le lundi 14 janvier 2008, l'Adjudant-chef Éric PONTET du CIRAT (1) de Melun vint présenter aux élèves les missions et les carrières dans l'Armée de Terre, alternant une série de projections bien conçues avec des échanges avec les élèves.

    Dans le prolongement de cette deuxième intervention, les élèves ont accueilli, aujourd'hui même, la Marine nationale en la personne d'Emmanuel MARTIN du BICM (2) de Nogent-sur-Marne, Maître atomicien ayant réalisé la plus grande partie de sa carrière naviguante sur les porte-avions. Au même titre que l'Adjudant-chef PONTET, le Maître MARTIN effectua un exposé clair, dynamique et très intéressant sur la Marine actuelle: ses moyens humains et matériels, ses missions, les perspectives de carrière qu'elle offre.

        Le Professeur Relais Défense et la classe de 2nde 3 du Lycée Galilée remercient chacun des trois intervenants pour la qualité de leurs propos, et l'effort entrepris pour mieux faire connaître notre Défense nationale.

(1) Centre d'Information et de Recrutement de l'Armée de Terre
(2) Bureau d'Information sur les Carrières de la Marine
Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 07:34

Soldats-harkis.jpg
Inspection de soldats harkis
   
    Le Général (2S) Serge AUZANNEAU, Président de la « Maison  du Combattant et du Citoyen » a le plaisir de vous convier, le samedi 5 avril de 14h30 à 16h30 à la salle de quartier du Soleil (14 rue de la Grange aux Cresneaux à Combs-la-Ville) à la conférence :

L’ACTION SOCIALE DE L’ARMEE FRANCAISE EN ALGERIE

    Par le Général (2S) Maurice FAIVRE, Historien bien connu de nos adhérents puisqu’il a présenté en 2006 une conférence sur les harkis. Il montrera une phase complètement méconnue de l’action militaire. Un débat suivra. Vous serez tous les bienvenus.

    Entré à l’École Spéciale Militaire de Saint–Cyr, il en sort major (1947-1949). Après une carrière partagée entre le commandement de formations et l’Etat–Major, il prend en 1960 le commandement d’une harka qui comprend 80 harkis et 3 villages en autodéfense. Sa femme est à ses cotés comme aide médicale. Puis en 1961, il est muté à un poste d’Etat- Major. En 1962-1963 ses harkis l’appellent à leur secours, le Général s’occupe du rapatriement des familles.

    À l’issue de sa période d’active, il  soutient une thèse sur «  Les Nations armées », et anime une tribune mensuelle dans la revue « Défense  Nationale » où il publie de nombreux articles.

    Ses responsabilités au sein du 2e Bureau l’ont conduit à s’initier au travail de l’Historien. Attaché à l’objectivité historique, en particulier sur l’Algérie, il s’efforce de restituer l’histoire et la mémoire des militaires et des harkis. Il a publié plusieurs ouvrages dont nous en présentons les principaux :

Bibliographie de Maurice Faivre

1- FAIVRE (Maurice), Les nations armées, de la guerre des peuples à la guerre des étoiles, Economica, 1988.
2- FAIVRE (Maurice), Un village de harkis, des Babors au pays drouais, l'Harmattan, 1994, 259 p.
3- FAIVRE (Maurice), Les combattants musulmans de la guerre d'Algérie. Des soldats sacrifiés, l'Harmattan, 1995, 270 p.
4- FAIVRE (Maurice), Le général Paul Ely et la politique de défense de la France (1956-1961). L'Algérie, l'OTAN, la bombe, Economica,1998, 147 p.
5- FAIVRE (Maurice), Les archives inédites de la politique algérienne, L'Harmattan, mai 2000, 431 p.
6- FAIVRE (Maurice), Conflits d'autorité durant la guerre d'Algérie, L'Harmattan, 2004, 288 p.
7- FAIVRE (Maurice), Le renseignement dans la Guerre d’Algérie, Éditions Charles Lavauzelle, 2006, 355 p.
8- FAIVRE (Maurice), La Croix-Rouge pendant la Guerre d’Algérie, Éditions Lavauzelle, 2007, 212 p.

undefined
Repost 0
Enseignant Défense Général (2S) Serge Auzanneau - dans La Maison du Combattant
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 18:36
undefinedUne vie s'est éteinte


Lazare-Ponticelli.jpg

    Alors que la Première Guerre mondiale (1914-1918) reste au programme des années de Troisième et de Première - que nous allons dans quelques mois commémorer le 90e anniversaire de la fin de ce conflit (1918-2008) -, le dernier soldat de cette guerre vient de s’éteindre aujourd’hui à l’âge de 110 ans.

    Lazare PONTICELLI (1897-2008) faisait partie des 8,5 millions de soldats français ayant participé à la Première Guerre mondiale. Né Italien et dans la misère, il émigre avec sa famille en France au début du siècle où, à force de travail, il finit par fonder une entreprise qui lui survit encore (Ponticelli frères).

    Sa vie fut, cependant, marquée par les deux conflits mondiaux durant lesquels, il combattit les Allemands en tant que soldat et résistant. En 1914, il s’engage dans le 1er Régiment de Marche de la Légion Étrangère (RMLE), qui devait être le régiment le plus décoré à l'issue de la guerre. Dès 1942 il participe à des faits de résistance contre l'occupant nazi : détournement de convois de munitions à destination du Reich et, plus tard, participation à la Libération de Paris.

    Son engagement militaire et ses combats furent d’autant plus louables, qu’il fut un immigré de première génération. Doyen des Légionnaires, résistant, et chef d’entreprise, Lazare Ponticelli illustra, on ne peut mieux, que l'intégration reste avant tout un effort et une idée pour laquelle on se bat.

    J’invite les collégiens et les lycéens à lire son portrait, ainsi que l'hommage que lui rend Madame Luce LARCADE.

Tranch-e.jpg
Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 17:59

16 ans : l'âge du recensement militaire

undefined    Le recensement militaire est la deuxième grande étape qui jalonne le parcours citoyen. Il désigne une opération statistique de dénombrement de la population. Les plus vieux recensements remontent à l’Antiquité romaine, et ils avaient déjà dès cette époque un double objectif : à savoir la répartition de l’impôt et la connaissance du nombre de citoyens mobilisables pour le service militaire. Le mot nous vient d’ailleurs du latin « recensere » ou « passer en revue ».

    En classe de Seconde, on a 16 ans... Alors tout le monde derrière le mioche au drapeau, et direction la mairie en colonne par un !
Mioche-au-drapeau-1.jpg
Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 11:10
  SUIVEZ LE BON ENGIN!
 
Dans un souci de clarté et de convivialité, afin que les élèves puissent distinguer rapidement quels sont les articles et les pages qui leur sont particulièrement destinés, faisons le point sur les "procédures de communication".
Message-Auzanneau-2.jpgLe Général (2S) Serge AUZANNEAU est le Président de La Maison du Combattant et du Citoyen de Combs-la-Ville. Saint-Cyrien de la 140e promotion "Ceux de Diên Biên Phû", artilleur de formation, il servit comme sous-Lieutenant et lieutenant durant la Guerre d'Algérie. Il commanda, par la suite, le 57e Régiment d'Artillerie (57e RA), et ses annonces se feront au son du canon

Char-B1-bis---Message-MCC-1.jpgLe char blindé B1 bis de l'année 1940 escortera les pages et les articles de la Maison du Combattant et du Citoyen (MCC)

undefinedLes articles traversés par le VBL de l'Enseignant Défense seront particulièrement destinés aux élèves du Lycée Galilée (communication interne aux classes et travaux)

undefined Les articles survolés par le Tigre de l'Enseignant Défense seront à destination de la communauté scolaire de Combs-la-Ville: Lycée Galilée, Collège Les Aulnes et Collège Les Cités-Unies

FREMM---Message-2.jpgLorsque la Frégate Multi-Mission (FREEM) de l'Enseignant Défense appareillera, il s'agira d'articles ou de pages d'information de portée générale
Le survol du Rafale signalera l'article d'un invité

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 07:48

L'armée française dans le monde en 2008

Carte-d-ploiement-1.jpgSource : Mission militaire de l'Ambassade de France aux États-Unis (24 janvier 2008)

    Avec la fin de la Guerre froide - fin des années 1980 début des années 1990 - on aurait pu espérer une diminution sensible de nos forces militaires stationnées hors du territoire français. Il n'en fut rien. En 2006, nous avions plus de 12 000 soldats déployés dans le monde. Actuellement, ils sont près de 33 000 déployés hors de la métropole, 17 000 en tant que forces de souveraineté et 16 000 en tant que forces de présence sous mandats internationaux ou accords de défense.

   L'augmentation sensibles des missions d'interposition et de paix sous mandat de l'ONU, la guerre contre le terrorisme international, ont maintenu - à partir des années 1990 - une pression constante sur nos forces armées aussi bien terrestres, que navales et aériennes. Aujourd'hui, les opérations extérieures (OPEX) constituent une partie très importante de l'activité de nos grandes unités, d'autant plus grande qu'entre-temps les effectifs de notre armée ont considérablement fondu consécutivement au passage à l'armée de métier.

    À l'heure actuelle, nos soldats sont déployés selon deux nécessités stratégiques : 1- le pré-positionnement de force prêtes à réagir dans les plus brefs délais en cas de crise 2- la participation à des opérations de prévention des crises et de gestion des conflits. Dans cette dernière perspective, notons le théâtre d'opération afghan de loin le plus dangereux.

Casques-bleus.jpegMilitaires français au service d'une mission de paix de l'ONU

undefined
Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Éducation à la Défense
commenter cet article
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 13:03
LA PERSPECTIVE

    L’Histoire est viciée par une erreur à la base, l’erreur dite de « perspective ». On juge avec les yeux du jour ce qui s’est passé voilà cent ans ou mille ans dans une ambiance et dans des conditions qui nous sont totalement étrangères. L’homme est incapable de replacer un acte passé exactement dans son cadre du moment.

    Lui-même, pour ses propres actes a oublié la tyrannique influence des conditions du moment et, dépouillés, nus, il ne les reconnaît plus. La « vue « sur une chose est comme une fonction mathématique dont les paramètres peuvent être modifiés, ce qui peut entraîner des résultats s’opposant radicalement.

    Voulez vous une image ? Représentez une fonction par une courbe du type :  
 
y = ax ° (avec ° = 2)
 
    Autant qu’il vous plaira donnez lui la valeur a1, aujourd’hui donnez lui la valeur a2 et comparez les résultats et pourtant la fonction est la même. C’est une vertu rarissime de pouvoir se remettre dans « la peau du moment » quand il s’agit de soi. Quand il s’agit des autres !

Ingénieur général Sabatier, fondateur en 1947 de l’ « Enseignement Militaire Scientifique et Technique »
undefined
Repost 0
Enseignant Défense Général (2S) Serge Auzanneau - dans La Maison du Combattant
commenter cet article

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives