12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 19:01

LA MUSIQUE DANS LES CAMPS DE CONCENTRATION

 

Orchestre-camp-de-Buchenwald.jpg

L'orchestre du camp de Buchenwald

 

 Le sujet pourra surprendre, pourtant il n’était pas rare d’observer des formations musicales dans les camps de concentration – à distinguer des camps d’extermination – nazis. C’est à l’étude de ce sujet d’histoire plutôt inhabituel, que va s’attacher le prochain propos de Bruno GINER, l’actuel Directeur du Conservatoire Maurice Ohana de Combs-la-Ville, dans une conférence organisée par la Maison du Combattant et du Citoyen.

 

Cette conférence se tiendra à l’ancienne mairie (place Charles de Gaulle) le samedi 18 juin 2011 à 14.00.

 

Entrée libre

 

Message-Auzanneau-2.jpg

 

 

Repost 0
Enseignant Défense Général (2S) Serge AUZANNEAU - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 09:41

Hommage au 3e RHC et au 35e RI

35e-RI.jpg

Etre militaire, c’est côtoyer la mort et accepter cette proximité si ce n’est cette rencontre. Nous rappelerons cette évidence qui, dans le cadre d’une mission assignée par la Nation, fait de tous nos soldats tués ou blessés des héros et non des victimes de faits divers.

 

L’actualité afghane illustre une nouvelle fois la dangerosité du métier des armes puisque, hier, deux militaires français ont péri non pas dans l’action du combat, mais au cours de deux accidents distincts l’un de l’autre. Hier, en fin de journée, c’est un hélicoptère Gazelle du 3e Régiment d’Hélicoptères de Combat (3e RHC) qui s’est écrasé à une vingtaine de kilomètres de la base de Bagram. Volant dans des conditions météorologiques difficiles, l’engin s’est abattu tuant un lieutenant co-pilote et blessant grièvement le pilote. Le deuxième accident a concerné un caporal-chef du 35e Régiment d’Infanterie (35e RI) qui, au retour d’une mission, s’est mortellement blessé avec son arme à bord du VBCI qui le transportait. Cet accident s’est produit non loin de la base de Tagab. Évacués, le premier vers l’hôpital de Bagram, le second vers celui de Kaboul, les deux hommes sont décédés dans la journée de vendredi des suites de leurs blessures.

 

L’accident concernant le caporal du 35e RI ne va pas sans nous rappeler la mort récente du soldat Cyril LOUAISIL, tué lui aussi au cours d’un accident au départ d’une patrouille le 18 mai dernier. Ce type d’accident impliquant des explosions de grenade ou des départs de coups sont malheureusement inévitables dans un contexte de guerre où les soldats vivent avec des munitions réelles et des armes chargées en permanence. Durant les guerres d’Indochine et d’Algérie, ces accidents étaient bien plus nombreux. De nos jours, les militaires sont particulièrement responsabilisés, et bien mieux formés quant aux mesures de sécurité, ce dès leur incorporation. Malheureusement, les faits récents montrent combien la probabilité d’accidents mortels ne sera jamais totalement écartée.

 

Le contexte tactico-opérationnel dans lequel sont aussi employés les engins militaires (blindés, véhicules divers, avions, hélicoptères…) est également beaucoup plus dangereux – même hors présence de l’ennemi – que lorsqu’il s’agit de l’emploi d’engins civils comparables dans un contexte normal et ordinaire. Risques et mesures de sécurité ne sont pas les mêmes et, en ce qui concerne les hélicoptères, il faut ajouter l’altitude et les conditions du théâtre d’opérations afghan qui mettent  à rude épreuve ces délicates machines.

 

Le Lieutenant Mathieu GAUDIN, 37 ans, était marié et père de quatre enfants. Avec le Caporal-chef Lionel CHEVALIER du 35e RI, âgé de 24 ans, ils sont les 60e et 61e soldats français à être tombés en Afghanistan.

 

"Défense et Démocratie" s'associe au deuil de l'Armée de Terre, ainsi qu'à la douleur et à la peine des familles et des proches de ces deux Héros.

 

Groupe Facebook 2

Logo 3

 IN MEMORIAM

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 08:27

La Deuxième Guerre mondiale fut le conflit le plus meurtrier de l’Histoire. Elle transforma profondément le visage du monde et de l’Europe. Encore de nos jours, ses conséquences géopolitiques mais aussi philosophiques et culturelles se font sentir au cœur de populations européennes plus que jamais travaillées par la confusion entre deux attitudes morales : « être pacifique » ou « être pacifiste ». Une confusion largement née en réaction à l’hécatombe humaine générale, et à la destruction des communautés juives d’Europe en particulier.

 

L’année 1941 dont nous commémorons, aujourd’hui en 2011, le 70e anniversaire, fut une année particulièrement sombre, qui vit une extension géographique sans précédent de la guerre européenne avec l’entrée en guerre de l’URSS et des Etats-Unis. Désormais, la guerre est devenue véritablement mondiale, et l’on se bat sur tous les continents à l’exception des territoires américains. Avec l’invasion de l’Union soviétique, le 22 juin 1941, Hitler déclenche un conflit qui, hormis les terrifiantes pertes humaines qu’il engendre dès le début, va sceller définitivement le sort des Juifs européens. La guerre est devenue totale.

 

Afin de rappeler les souffrances infinies infligées à des millions d’innocents, et en hommage aux immenses sacrifices consentis par les soldats alliés et les résistants dont les millions de morts furent le prix à payer pour notre liberté d’aujourd’hui, les élèves de la classe de 1ère S2 du Lycée Galilée commémoreront à partir d’aujourd’hui et à travers une série de courts articles – ce jusqu’à la fin de l’année 2011 – quelques événements marquants de l’année 1941.

 

1941-2011: Il y a 70 ans c’était la Deuxième Guerre mondiale. Notre pays était occupé, et l’Europe était à feu et à sang.

 

Méthode de travail

 

1- À partir d’un sujet donné, les élèves établissent une chronologie de l’événement (ou autour de l’événement). Ils situent ensuite ce dernier dans son contexte et en dégage la portée historique.

 

2- À partir de ces éléments, et de la documentation rassemblée, ils rédigent un résumé de deux pages maximum.

 

3- Le résumé sera illustré par un document (cartes, photographies, images…), et deux références bibliographiques seront présentées en fin de rédaction.

 

Propagande---Panzer-IV.jpg

 

 


OPÉRATION EXPORTER. L’INVASION DE LA SYRIE PAR LES ALLIÉS LE 8 JUIN 1941

 

Cette opération militaire est aussi appelée Campagne de Syrie ou invasion du Levant français. Celle-ci se déroula du 8 juin au 11 juillet 1941, en Syrie et au Liban, sous le commandement en chef du général britannique Henry Maitland Wilson. Les forces présentes sont divisées en trois catégories: les troupes métropolitaines, les troupes coloniales et les troupes spéciales du Levant; soit les Anglais avec 9000 hommes et les Français libres avec 5000 hommes, les Australiens et les Indiens avec 20 000 hommes, ainsi que les troupes du Levant, les Syriens et Libanais avec 25 000 hommes.

 

Il est important de se souvenir du contexte historique: La seconde guerre mondiale a commencé depuis 10 mois, la France a été envahie. Celle-ci est divisée en deux d’un côté la France libre et de l’autre la vichyste gouvernée par le maréchal Pétain. La Syrie, à l’époque, était contrôlée par la France vichyste après avoir été utilisée par les Allemands durant le soulèvement irakien (collaboration d’état).

 

C’est la peur de voir l’Allemagne avancer vers l’Égypte et le canal de Suez qui fit que les alliés s’engagèrent dans une telle opération. Mais également le fait que le Moyen-Orient, carrefour pour les voies de communication ainsi que pour le pétrole, doit être préservé. En avril 1941 les peurs sont confirmées lorsque éclate une révolte antibritannique en Irak où l’Allemagne « s’est portée volontaire » en apportant son soutien logistique et, n’a pas l’air de vouloir s’arrêter dans sa conquête des pays de la Méditerranée.

 

La France gouvernée par le régime de Vichy demande aux Allemands de retirer de Syrie tout le matériel militaire pouvant pousser les alliés à organiser une opération d’invasion. Darlan, ministre de la marine, sollicite également l’aide militaire allemande en cas d’intervention des alliés. Contre l’avis du général Wavell, commandant des troupes britanniques au Moyen-Orient, Churchill et De Gaulle lancent l’opération « invasion du Levant ».


Le 8 juin 1941, les alliés entrèrent en Syrie. Les troupes britanniques, indiennes et gaullistes (France libre) se dirigèrent vers Damas tandis que les troupes australiennes vers Beyrouth. Le même jour le Liban et la Syrie sont déclarés indépendants et abolis de tout mandat. La France et l’Angleterre se présentent alors comme des libérateurs et sauveurs de l’indépendance. Cependant l’information ne parvient pas tout de suite à la population, et les troupes du Levant (syriens et libanais) résistent et reprennent des villes-clés de la Syrie. De grands bombardements ont lieu le 23 juin à Damas par des avions allemands et 25 avions inconnus. Puis c’est au tour de Beyrouth, tout d’abord pour des objectifs militaires, ensuite à partir du 29 juin ce sont les quartiers populaires de la ville qui sont touchés. Cette ville sera déclarée zone neutre pour protéger la population.

 

En dépit de ces opérations, la France vichyste n’accepte de cesser le combat que lorsque la Grande-Bretagne aura reconnu les droits de la France au Levant. Néanmoins le régime de Vichy abandonne et demande l’armistice, elle sera signée le 12 juillet 1941. L’opération connut de grandes pertes humaines. Près de 3300 tués ou blessés parmi les soldats britanniques, 1066 tués et 5400 blessés chez les vichystes alors que chez les Français libres 156 tués et 471 blessés cependant ils avaient engagé pour cette opération presque toutes leurs forces terrestres.

 

Lisa et Chloé

Image choisie par Chloé et Lisa

   

 * Anne-Lucie CHAIGNE-OUDIN, La France dans les jeux d’influences en Syrie et au Liban : (1940 - 1946), Édition L’Harmattan.

* André DULAC, Nos guerres perdues, Édition Fayard.

 

Chloé et Lisa

 

Tigre---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Chloé et Lisa (1ère S2) - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 19:18

HOMMAGE AU 17e RGP


Insigne-17e-RGP.JPG

À peine engagé sur le théâtre afghan, le Battle Group Raptor  - qui vient juste de relever le Battle Group Allobroges le 13 mai dernier - vient de subir ses premières pertes au combat. Ce matin, une patrouille de reconnaissance, à la recherche de caches d’armes aux abords du village de Shinzaï (vallée d’Alasay), a été pris à partie par des insurgés. Un sapeur parachutiste du 17e Régiment du Génie parachutiste a été tué au cours du combat, et 3 de ses camarades appartenant au même régiment ainsi qu’au 35e RAP et au 1er RCP ont été également blessés.

 

Le Caporal-chef Guillaume NUNES-PATEGO, dont c’était le deuxième séjour en Afghanistan, était âgé de 31 ans. 59e soldat français tué sur ce théâtre d’opérations, il laisse une compagne et un enfant derrière lui.

 

"Défense et Démocratie" s'associe au deuil de l'Armée de Terre, ainsi qu'à la douleur et à la peine de la famille et des proches de ce nouvel Héros.

 

C-Guillaume-NUNES-PATEGO.jpg

Groupe Facebook 2

Logo 3IN MEMORIAM

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 10:53

Insigne 2e RIMa

 

C'est au départ d'une patrouille de nuit, hier soir, dans le cadre de l'opération Endurance, qu'un Marsouin du 2e RIMa a été tué par l'explosion d'une munition. Cette explosion, très vraisemblablement accidentelle puisqu'elle a eu lieu dans le Combat Out Post (COP) 46, a aussi blessé quatre autres de ses camarades. Le soldat Cyril LOUAISIL était âgé de 24 ans, et était célibataire. Il est, aujourd'hui, le 58e soldat français tombé en Afghanistan.

 

"Défense et Démocratie" s'associe au deuil de l'Armée de Terre, ainsi qu'à la douleur et la peine de la famille et des proches de ce nouvel Héros.

 

58---Ciryl-LOUAISIL.jpg

 

Groupe Facebook 2

Logo 3

IN MEMORIAM

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 08:25

Acte-de-capitulation-8-mai-1945.jpg

Acte officiel de la capitulation sans condition de l'Allemagne, le 8 mai 1945, signé par le Maréchal Alfred JODL

 

La date du 8 mai commémore la fin du conflit le plus meurtrier de toute l'Histoire: la Deuxième Guerre mondiale. Par la signature d'un acte de capitulation sans condition - alors qu'Adolf HITLER s'est déjà donné la mort, le 30 avril - l'Allemagne nazie, en la personne du Maréchal Alfred JODL reconnaît sa défaite et cesse les hostilités. La signature de l'acte officiel a lieu en présence des alliés occidentaux à Reims, tôt dans la nuit, mais les Soviétiques exigent que la capitulation soit officiellement renouvelée à Berlin où ils viennent de livrer la dernière grande bataille de la guerre. C'est donc à Karlshorst, dans la banlieue Est de la capitale du Reich anéantie, que le Maréchal Wilhelm KEITEL signe, quelques heures plus tard, une seconde fois l'acte de capitulation. Il est alors 23.01, heure Europe centrale. Le 9 mai est, donc, la date où les combats ont véritablement cessé sur le front Est. L'URSS, puis la Russie, célèbrent donc cet événement 24.00 après la date officiellement reconnue en Europe occidentale.

 

C'est en Russie, à Moscou, que nous pouvons assister tous les 9 mai, aux manifestations militaires les plus importantes en commémoration à cette victoire très chèrement acquise par l'URSS dont les pertes humaines - il faut le rappeler - dépassèrent les 23 000 000 de morts. Le film ci-dessous - de l'agence d'information russe Ria Novosti - nous montre les répétitions du défilé du 9 mai pour cette année. Un défilé qui, au-delà de sa dimension historique, est aussi l'occasion pour les dirigeants russes de réaffirmer la puissance militaire de leur pays comme de présenter de nouveaux matériels.

 

Icône pdf 1
Télécharger l'organisation du défilé 2011

 

FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 04:56

Insigne-2e-RIMa.jpg

 

Continuant à frapper le réseau logistique des insurgés tout en assurant un transfert progressif du terrain aux forces de l’ANA, nos soldats restent au coeur de l’action en Kapisa. Hier en fin d’après-midi, et dans le cadre l’opération Endurance, une compagnie du 2e RIMa (1) appartenant au GTIA Surobi opérait dans les environs du village de Payendakhel lorsque l’un de ses VAB a été touché par un IED. Un Marsouin a été tué et 9 autres ont été blessés dont 3 grièvement.

 

La chaîne médicale a été immédiatement activée et les blessés ont été très rapidement évacués sur le COP Hutnik, puis l’hôpital militaire français Kaia de Kaboul. Dans les prochaines heures, et suivant la stabilisation de leurs blessures, ils devront être rapatriés en France.

 

L’un d’entre eux est, cependant, décédé sur place. Il s’agit du Caporal Alexandre RIVIÈRE, 23 ans, marié et père d’un enfant. Il est, à ce jour, le 22e Marsouin tombé au champ d'honneur en Afghanistan. Défense et Démocratie salue le sacrifice et la mémoire de ce 56e soldat français, et assure de son plus vif soutien l’épouse, l’enfant, les parents et les proches de ce Héros.

 

(1) Le 2e RIMa est situé au Camp d’Auvours-le-Mans non loin de la ville du Mans.

 

IN MEMORIAM


Caporal-Alexandre-RIVIERE.jpg

 

Groupe Facebook 2

Logo 3

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 07:21
CPA-30--2011-.pngConsulter l'album photographique de Thomas GOISQUE, une véritable vitrine pour l'EUROCOPTER Tigre...

La chaîne de télévision M6 diffusera dimanche 3 avril prochain, à partir de 22.45, une émission intitulée: "Opérations spéciales: les commandos de l'impossible". Réalisée par Géraud BURIN DES ROZIERS, Thomas GOISQUE et Philippe CASANOVA, elle sera consacrée aux missions de nos pilotes d'hélicoptères en Afghanistan. Que ce soit à bord d'engins Tigre, Caracal, Cougar ou Gazelle, ces derniers sont de tous les coups durs: appui feu au sol, évacuation de blessés et exfiltration d'unités en difficulté... Avec les drones, les hélicoptères sont de loin les systèmes d'armes les plus redoutés des Taliban. Ces derniers ont fixé jusqu'à 20 000 $ la destruction de tout hélicoptère... D'une mécanique complexe et délicate, d'emploi difficile et limité dans les conditions climatiques afghanes, l'hélicoptère n'en demeure pas moins une arme inégalée. Par la mobilité tactique qu'il offre, sa vitesse d'intervention, ses capacités d'attaque et d'observation, il permet de tenir des vallées difficiles d'accès pour l'infanterie.


Groupe Facebook 2
Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 11:22

Green-zone--vallee-Tagab--2010-.jpg

Opération Storm rumbling (Afghanistan, 2011)

 

Alors que dans nos salles de classes nous nous intéressons particulièrement à la relation entre la guerre et les médias, et les conséquences que cette relation produit sur l’opinion publique dans notre Démocratie, la chaîne France 2 va très prochainement diffuser un documentaire de Patrick BARBÉRIS qui ne pouvait mieux tomber.

 

Patrick BARBÉRIS s’intéresse depuis longtemps à cette problématique. En octobre 2008, ARTE avait diffusé son excellent documentaire, “Vietnam, la trahison des médias”, qui montrait comment les images de l’offensive du Têt (janvier-avril 1968) avaient renversé le cours de la Guerre du Vietnam alors que l’US Army était victorieuse sur le champ de bataille. Alors que l’offensive nord-vietnamienne fut tenue en échec - 58 000 morts sur les 84 000 combattants engagés dans la bataille (70% des effectifs!), libération de toutes les villes sud-vietnamiennes attaquées dont l’emblématique Hué, victoire à Khé Sanh où le camp encerclé des US Marines n’est pas tombé -, la violence des combats, les images de morts quotidiennement relayées par les télévisions occidentales durant quatre mois, l’exécution quasiment en direct du Vietcong NGUYEN Van Lem dans Saïgon, vont annuler le succès tactique de l’US Army et de l’ARVN pour donner la victoire stratégique au camp communiste. L’offensive du Têt comme l’année 1968 seront le point de départ du désengagement des États-Unis au Vietnam, partant, le début de la fin pour le régime du Sud.

 

Dans un deuxième documentaire, qui sera très certainement remarqué également, Patrick BARBÉRIS montre comment le statut du soldat français est en train de changer au sein de la société, cette dernière ne comprenant plus le sens de l’héroïsme intrinsèque à l’engagement militaire, et préférant lui substituer la victimisation. Les soldats tombés ne sont, désormais, plus des héros aux yeux de la majorité de nos contemporains, mais des victimes: victimes d’une violence incompréhensible, de situations absurdes, voire de fautes du commandement. La judiciarisation des opérations militaires dont la plainte déposée par la famille LE PAHUN au lendemain de la bataille de Sper Kunday (18 août 2008), illustre ce mouvement de privatisation de la mort du militaire, et montre à quel point la confusion des valeurs et des indispensables codes sociaux est, aujourd'hui, grande dans l’esprit de nombre de nos concitoyens. La transcendance a t-elle encore un sens dans nos sociétés hédonistes, surtout lorsqu'elle conduit au don de soi? Plus que jamais, nos démocraties, aussi anciennes au regard de l’Histoire qu’elles sont modernes dans leurs évolutions contemporaines, se doivent de redonner un sens aux sacrifices demandés par la Liberté et la Paix. À ne pas rater, donc, nonobstant l’heure tardive de diffusion:

 

(Patrick) BARBÉRIS, “La Guerre en face. Que sont nos soldats devenus?” (1), sur France 2 le jeudi 3 mars à 23.05.


La-Guerre-en-face.png

(1) Pour approfondir cette réflexion, Défense et Démocratie conseille de lire le dernier numéro de l’excellente revue “Inflexions”: “Que sont les héros devenus?”, Inflexions. Civils et militaires: pouvoir dire, 16, 2011, 232 p.

 

FREMM---Message-2.jpg

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:25
Le Chasseur de 1ère classe Clément CHAMARIER a reçu les honneurs militaires, hier, vendredi 25 février 2011 au 7e BCA à Bourg-Saint-Maurice. En présence du Ministre d'État, Ministre de la Défense et des Anciens combattants, Alain JUPPÉ, et du Chef d'État-Major de l'Armée de Terre, le Général d'Armée Elrick IRASTORZA, Clément CHAMARIER a été promu Caporal-chef et a été fait Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume.

7e-BCA.png

Groupe Facebook 2
Logo 3
Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives