7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 14:18

Insigne 2e REP

 

Été meurtrier pour la coalition occidentale en Afghanistan où plusieurs dizaines de soldats ont été tués dans des attentats et des combats. Ce matin, c’est autour du village de Nawrozkhel, non loin de la vallée de Tagab, que le Battle Group Quinze-Deux, renforcé par des éléments de la Task Force La Fayette, a été pris à partie par des insurgés alors qu’il achevait une opération de reconnaissance et de recherche de caches d’armes. En appui des forces afghanes, nos militaires ont affronté les Taliban. Le bilan de cette action, au cours de laquelle des hélicoptères Tigre et américains Kiowa warrior sont directement intervenus, se résume à 2 tués et 5 blessés dans les rangs français. C’est le 2e Régiment Étranger Parachutiste (2e REP) qui est principalement touché par ce nouveau combat, avec la mort du Caporal Kisan Bahadur THAPA (30 ans) et du légionnaire parachutiste de 1ère classe Gerhadus JANSEN (24 ans). Le premier était marié et père d’un petit garçon.

 

Ce même jour, l’ISAF a enregistré la mort de deux autres soldats – dont la nationalité n’a pas été encore révélée – dans le sud du pays, mais c’est hier, dans la nuit du samedi 6 août, que l’armée américaine a essuyé ses plus terribles pertes au cours d’une seule action avec la mort de 30 soldats dans le crash d’un CH-47 Chinook. Au cours d’une opération visant à capturer un commandant taliban dans le village d’Amikhan (province de Wardak, district de Sayyidabad), l’hélicoptère de transport a été très vraisemblablement touché par un tir de roquette peu de temps après son décollage, et il s’est écrasé. À son bord se trouvaient des troupes appelées en renfort dans un autre secteur.  Au total ce sont donc 25 US Navy SEALs (1) et 5 membres d'équipage (selon les médias américains) qui ont péri avec 7 autres soldats des forces spéciales afghanes et un interprète.

 

Si l’engagement des puissances occidentales en Afghanistan - dont la France fait partie – n’est pas un engagement inutile, les raisons qui le motivent comme la manière dont il est conduit relèvent avant tout d’une décision politique qui peut être légitimement critiquée. Il en est ainsi dans toute démocratie véritable où c’est le pouvoir politique, incarné par ses élus, qui commande aux forces armées. Ces derniers sont, qu’on le veuille ou non - ne l’oublions pas -, l’émanation de la Nation, c’est-à-dire des citoyens que nous sommes.

 

La mondialisation a, cependant, fait qu’aujourd’hui les “frontières” de notre Défense - qui ne peuvent plus se confondre avec celles de notre pays - connaissent un élargissement inédit. Une dilatation qui ne peut se comprendre, au-delà des contingences stratégiques et économiques, qu’à l’aune de valeurs culturelles et de civilisation. Il revient donc à nos élus non seulement d’expliquer mais aussi d’assumer l’idée que la liberté a un prix, et que celle des Français n’aurait pas grand sens dans un monde où elle serait niée. On trouvera toujours très rapidement un “principe de réalité” qui pourra entraver tout discours idéaliste sur les Droits de l’Homme, mais réduire ceux-ci à un territoire ne dépassant pas Lille-Marseille ou celui de l’Union européenne démontrera a contrario une vision étroite à la fois de l’Humanité et de l’Histoire.

 

Les sondages à l’encontre de la guerre d’Afghanistan, avec parfois (encore) en toile de fond des poussées anti-armée (2) ne changeront, donc, rien au sens de l’engagement et de la mort de nos soldats. Ces derniers ne seront jamais des victimes, car la perte (le don) de leur vie interviendra toujours dans le cadre d’une mission qui fera qu’ils tomberont pour la France. Mourir pour la France, et pour les valeurs qu'elle incarne aujourd'hui, n’est pas un accident. Si cruelle peut-être la mort d’un soldat en tant qu’individu, parce qu’il est soldat, cette mort le transcendera en héros au sens quasi antique du concept. Ainsi en est-il de ces Navy SEALs hier en Afghanistan tombés pour les États-Unis d’Amérique, et de ces 2 parachutistes aujourd’hui à Nawrozkhel tombés pour la France. L’âge des guerres de conquête étant révolu pour nos démocraties, les géographies et philosophies des guerres contemporaines sont venues brouiller la signification profonde du sacrifice militaire qui, intrinsèquement, n’a pourtant pas changé.

 

“Défense et Démocratie” s'associe donc au deuil de l'Armée de Terre, ainsi qu'à la douleur et à la peine des familles et des proches du Caporal Kisan Bahadur THAPA et du légionnaire parachutiste de 1ère classe Gerhadus JANSEN. Nous saluons également la mémoire des 2661 héros de la coalition morts à ce jour en Afghanistan (3).

 

(1) Parmi ces Navy SEALs, les autorités militaires américaines ont reconnu que figuraient des membres de la SEAL Team 6, l'unité qui a éliminé Oussama BEN LADEN le dimanche 1er mai dernier à Abbottabad.

(2) Nous insistons sur l’expression “anti-armée” et non “anti-militariste” dans la mesure où il n’a jamais été question dans notre histoire récente de militariser d'une quelconque manière la société française au sens strict de la notion de militarisme. L’expression “anti-armée” nous semble donc plus juste pour décrire cette opinion philosophico-politique selon laquelle tout ce qui relève de l’Armée, et s’y rattache, est considéré comme fondamentalement mauvais. Des propos comme ceux de Nadia MOREL ou, plus récemment, d’Eva JOLY au sujet de la parade du 14 juillet sont de cet ordre.

(3) Dont 1727 soldats américains et 380 soldats britanniques.


Groupe Facebook 2

Logo 3

IN MEMORIAM

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Agenda-Commémorations
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives