4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 14:43

Memorial.jpg

 

Lundi 2 avril dernier, 33 élèves du Lycée Galilée ont entrepris un voyage découverte en Normandie. Organisé par Mme Sophie CRISPO - CPE de l’établissement accompagnée par Mme Émilie MOREAU et M. Nghia NGUYEN, enseignants -, ce voyage s’inscrivait dans une problématique d’Éducation civique et de devoir de Mémoire. Il s’adressait à tous les délégués de classe de la Seconde à la Terminale.

 

Bénéficiant d’une belle journée ensoleillée, les lycéens et leurs accompagnateurs ont d’abord réalisé une visite du Mémorial de la Paix de Caen. Musée dont le propos dépasse l’étude de la seule Deuxième Guerre mondiale et du D-Day (1), le Mémorial se présente comme un bâtiment massif dont l’architecture extérieure rappelle le Mur de l’Atlantique, que les Alliés occidentaux prirent d’assaut le mardi 6 juin 1944. Cette percée est symbolisée par l’entrée même du musée, qui dessine une brèche dans la façade du Mémorial.

 

Munis d’un questionnaire et organisés en petits groupes de travail, les élèves ont réalisé un parcours limité aux origines du conflit mondial et à son évolution jusqu'au débarquement de 1944. Pour beaucoup, cette visite était une première et les questions furent nombreuses sur les équipements de l’époque (Jeep Willis, Hawker Typhoon, fusil antichar, pièces d’uniformes…). L’ampleur des pertes humaines liées à cette guerre, les galeries relatives aux crimes de guerre et au crime contre l’Humanité furent aussi l’occasion pour quelques uns de situer autrement l’enseignement de Défense jusqu’à présent dispensé dans une salle de classe beaucoup moins illustrative. Lorsque la Défense du pays a échoué, le coût humain, matériel et moral de sa libération est exorbitant. Pour tous ce fut l’occasion, au-delà du cours d’Histoire, d’élargir la conscience du prix que les générations passées ont pu sacrifier à notre liberté présente.

 

Delegues.jpg

Les délégués de classe du Lycée Galilée dans le cimetière de Colleville


Après le déjeuner, et pris en main par Isabelle, guide du Mémorial, lycéens et accompagnateurs se rendirent sur trois sites majeurs du débarquement: Arromanches-les-Bains, Longues-sur-Mer et le cimetière de Colleville/Saint-Laurent-sur-Mer. Du haut d’une falaise et par un temps particulièrement dégagé, les élèves ont pu observer les vestiges de Mulberry B (2) à savoir le port artificiel élaboré par les ingénieurs britanniques et mis en place par les Alliés entre Omaha beach (secteur américain) et Gold beach (secteur anglais) quelques jours après la conquête de la tête de pont. Même vue du littoral la taille des caissons Phoenix reste impressionnante, et les dimensions du port artificiel donnent encore de nos jours une idée des besoins logistiques des armées alliées, alors que les deux grands ports en eau profonde de la région (Cherbourg et Le Havre) étaient encore occupés par les Allemands.

 

L’épine dorsale du Mur de l’Atlantique consistait en une ligne de batteries d’artillerie de gros calibre (3) située en retrait du littoral, dont la position tactique et la portée des pièces permettaient de prendre à partie à la fois la flotte de débarquement immobilisée au large mais aussi les plages où s'entassaient les hommes et le matériel. La batterie de Longues-sur-Mer - encore en bel état de conservation - était ainsi située à la charnière d’Omaha et de Gold beach. Ce redoutable ensemble de 4 canons de 155 mm pouvait prendre sous ses feux les deux plages tout en menaçant le dispositif naval dans ce secteur. Constituée apparemment d’un ensemble de blockhaus d’observation, de réglage de tir et de position de tir bétonnée, la batterie de Longues-sur-Mer s’étendait, en fait, sous terre. Postes de commandement, dépôts de munitions et logement des artilleurs formaient un complexe souterrain, en arrière des blockhaus, étendu sur une superficie de 50 ha.

 

Croix-de-marbre.jpg

Pour finir, les délégués du Lycée Galilée vinrent se recueillir au cimetière militaire américain de Colleville/Saint-Laurent-sur-Mer. On oublie trop souvent que l’exceptionnelle journée du  6 juin 1944 -  devenue “Le Jour le plus long” pour la postérité - ouvrit sur une bataille meurtrière de deux mois qui tua plus de 90 000 soldats alliés et allemands. Territoire américain sur le sol français (4), immortalisé dans le film de Steven SPIELBERG, “Saving private Ryan”, le cimetière de Colleville accueille depuis 1956, sur 70 ha, les sépultures de 9387 soldats américains tombés en Normandie. Situé en surplomb de la plage la plus meurtrière du D-Day, “bloody Omaha”, imposant par son silence et son paysage, exprimant par ses rigoureux alignements de croix en marbre blanc l’idée d’une égalité dans la mort et l’héroïsme quels que soient le grade et l’origine du combattant, Colleville n’est pas le seul cimetière militaire mais il est le plus emblématique du sacrifice américain pour la libération de la France.

 

Entre gravité et bonne humeur, cette journée fut aussi longue (départ 6.45/retour 21.30) qu’elle fut agréable pour tous. Véritable plongée dans une histoire douloureuse et encore récente, elle fut  un moment de réflexion particulièrement fécond pour les élèves du Lycée Galilée.

 

(1) Sur le sujet, il existe de nombreux musées locaux de qualité sur la question. Celui de Bayeux consacré à la bataille de Normandie reste incontournable.

(2) Un deuxième port artificiel, Mulberry A, fut construit en face d’Omaha beach. Les deux ensembles furent détruits par une tempête quelques jours après leur construction. Seul Mulberry B fut reconstruit le temps que Cherbourg devint opérationnel pour les armées alliées. C'est de Cherbourg que devait partir la grande artère logistique du dispositif allié occidental: le Red Ball Express.

(3) Nombre de ces armements étaient des pièces de marine, c’est-à-dire des canons retirés des grands navires de surface et adaptés à des positions de tir à terre. Cette conversion des unités de la Kriegsmarine s'opère en 1943. Elle marque un arbitrage stratégique de HITLER désormais en faveur de l'arme sous-marine.

(4) L'administration du cimetière dépend de l'American Battle Monuments Commission.

 

Saint-Laurent.jpg

Statue de bronze symbolisant l'Âme de la jeunesse américaine (sculpteur Donald Harcourt DE LUE)

 

FREMM---Message-2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Enseignant Défense - dans Comptes rendus
commenter cet article

commentaires

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives