5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 17:36
LA FIN D'UNE GUERRE, LE DÉBUT D'UNE ÈRE NOUVELLE

Le Maréchal Wilhelm Keitel signe l'acte de reddition des forces armées allemandes. L'Allemagne capitule sans condition mettant ainsi fin à la guerre la plus meurtrière de l'Histoire vécue sur le continent européen

    Le 8 mai 1945 à Berlin, l'Allemagne nazie capitule sans condition. Les signataires de cet acte sont : le Maréchal Joukov pour la partie soviétique, le Maréchal de l'Air Tedder pour les alliés occidentaux. Le Général Spaak et le Général français de Lattre de Tassigny signent comme témoins. La présence du général français, représentant le gouvernement de la France irrite le Maréchal Keitel, chef de la délégation allemande.

    Il faut noter que la veille, à Reims, a été signé un texte court de deux pages, un acte purement militaire "Act of Military Surrounder" qui stoppait les combats. Pour des raisons politiques, Staline exigea que l'acte final soit signé à Berlin.

    Ainsi prenait fin une guerre commençée en août 1939, qui avait atteint des sommets dans les domaines de la barbarie, de l'extermination industrielle progammée  des peuples, des massacres mais aussi des sommets dans l'ardeur des combats.

    Cette capitulation sans condition avait été décidée en janvier 1943, lors de la conférence de Casablanca elle avait reçu l'approbation de Staline à la conférence de Téhéran. Puis à Yalta en février 1945 les alliés lancèrent le projet de l'ONU et les deux grands (USA-URSS) se partagèrent l'Europe.

    La victoire fut célébrée. Elle avait coûté cher. On évalue les pertes civiles et militaires à plus de 45 millions de personnes (dont plus de 4 millions de personnes exterminées). Les grands vainqueurs sont les USA et l'URSS. Dès le lendemains des inquiétudes se font jour parmi les vainqueurs. Le 12 mai Churchill écrit àTruman
"La situation européenne m'inquiéte énormément. Un Rideau de Fer s'est abaissé sur le front soviétique". La suite montra combien il avait raison d'être inquiet.

Partager cet article

Repost 0
Enseignant Défense Général (2S) Serge Auzanneau - dans La Maison du Combattant
commenter cet article

commentaires

www.g4lifeentertainment.com 21/08/2014 13:52

What an excellent rescue mission. I have never heard of something like this before. I think the air marshal deserves a lot of credit for taking this huge element of risk. In the end he ensured that everything was safe.

Sébastien 17/06/2008 14:51

Bonjour à tous,Nous avons subi une épreuve d'Histoire en majeure, et Géographie en mineure. Difficile de choisir entre la carte "des Nords et des Suds" et celle de "La Russie, un espace en reconposition"...Pour l'Histoire, la composition que j'ai choisi était sur la Guerre froide (1947-1991), et malgré les contraintes du sujet, je me suis senti plutôt à l'aise graçe au double bagage du cour d'Histoire et de classe européenne (la moitié de l'année à été consacrée au sujet).Sinon pour les ES, en composition, le deuxième sujet portait sur: "La France dans le monde de 1945 à nos jours" (avec en annexe, quelques indications chronologiques). A ma connaissance, peu d'élèves ont choisi ce sujet au lycée.L'ensemble documentaire avait pour thème, les démocraties populaires et leur évolution(1948-1989).Le sujet des S avait de nombreux points communs avec le notre.J'avoue que je suis plutôt satisfait de mon devoir, il faut dire que je n'osais même pas espérer tomber sur la guerre froide... Cla étant, on est jamais à l'abr d'erreurs bêtes, surtout lors d'un examen!Bref, voilà, vous deviez déjà savoir tout ça dans le détail, mais j'avais envie de faire figurer les sujets sur le site ;)A bientôtSeb

DIJOUX Sébatien 10/06/2008 17:24

Par ailleurs, une question perdure: Si W.S churchill prend acte de cette séparation dès 1946, à quoi correspond la "doctrine Jdanov" un an plus tard, émise lors de la création du kominform?

Serge Auzanneau 07/05/2008 07:32

Suite à vos remarques judicieuses sur les dates je dois vous contester la date de l'utilisation "rideau de  fer "par W Churchill. Le site internet: Memo-site de l'histoire. Je vous adresse une copie du texte :"Mais c'est surtout Churchill qui manifeste le plus ouvertement ses alarmes. Après avoir adressé, le 12 mai, au président Truman le fameux télégramme dit du «rideau de fer» ("La situation européenne m'inquiète énormément. Un rideau de fer s'est abaissé sur le front soviétique. Nous ignorons tout ce qui se passe derrière. Il semble bien probable que l'ensemble des régions situées à l'est de la ligne Lübeck-Trieste-Corfou sera bientôt complètement entre les mains des Russes"). Le premier Britannique lance, le 13 mai, dans un grand discours radiodiffusé au peuple du Royaume-Uni, un avertissement à peine voilé. Sur une note grave, il ne cache pas que, loin que les sacrifices soient terminés, il reste encore beaucoup à faire. Et il poursuit d'un ton prophétique: à travers l'Europe, il faut «nous assurer que les buts simples et honorables pour lesquels nous sommes entrés en guerre ne seront pas brutalement mis de côté ni oubliés au cours des mois qui vont suivre notre victoire, que les mots «liberté», «démocratie» et «libération» ne seront pas déformés et garderont leur vrai sens, celui que nous leur attribuons....  A quoi servirait-il de punir les hitlériens pour leurs crimes si le règne de la loi et la justice ne s'établissait pas, si des gouvernements totalitaires et policiers devaient prendre la place des envahisseurs allemands?"

Enseignant Défense 06/05/2008 10:17

Rectifications d’historien en ce qui concerne la chronologie du Deuxième conflit mondial.La guerre a véritablement commencé en septembre et non en août 1939.L’acte de capitulation de l’Allemagne nazie est signé à Berlin – au Grand Quartier-Général soviétique de Karlhorst - le 9 mai et non le 8 mai. La signature avait d’abord eu lieu en France, deux jours auparavant, dans la ville de Reims où se situait le GQG d’Eisenhower, le Commandant en chef des forces occidentales. C’était le 7 mai à 2.41, la capitulation prenant effet le 8 mai à 0.00.Concernant les chiffres de l’extermination – comprendre la destruction des communautés juives d’Europe – ce n’est pas “plus de 4 millions” mais plus de 5 millions d’individus qui disparurent. D’après les estimations les plus récentes, on serait plus proche de 6 millions que de 4 millions.C’est dans son discours de Fulton, du 5 mars 1946, que Winston Spencer Churchill prend acte officiellement d’une situation de confrontation directe entre l’Ouest et l’Est que l’on devait bientôt appelée “Guerre froide”. C’est lors de ce discours qu’il prononce l’expression “rideau de fer” pour la première fois.La question polémique et d’interprétation maintenant.Peut-on dire que les États-Unis et l’Union soviétique “se partagèrent l’Europe”? Cela est vrai pour l’URSS qui occupa les États d’Europe centrale et orientale, manipula les élections, élimina physiquement toute opposition au communisme, réprima les soulèvements, et priva de liberté des peuples entiers.Peut-on mettre sur le même plan les États-Unis qui n’occupèrent pas - mais protégèrent -, et cherchèrent avant tout à relever économiquement et politiquement les États d’Europe occidentale?Je pense que Yalta, bien plus qu’un partage en tant que tel, résulte avant tout d’un état de fait et d’un rapport de force brut issu de la guerre. De même, la situation de Guerre froide et de bipolarisation qui devait bientôt en sortir, ne montre-t-elle pas plutôt une lutte d’influence idéologique bien plus qu’une volonté de partage au sens occupation et annexion du terme?La doctrine du “containment” que l’administration Truman devait mettre en place dès la fin des années 1940 - au même titre que le plan Marshall (1947) et la création de l’OTAN (1949) - relève avant tout d’une stratégie défensive face à une Union soviétique dont Washington perçoit les intentions comme fondamentalement hostiles à l’Occident.Les États d’Europe occidentale ont conservé leur souveraineté et leurs libertés politiques à la grande différence des États tombés sous la coupe de Staline. C’est une différence fondamentale qui ne permet pas de parler d’un partage américain de l’Europe au sens soviétique du terme.

Armée-Nation

  • : Défense et Démocratie
  • Défense et Démocratie
  • : Participer à la défense de la Démocratie et de ses valeurs en promouvant l'Éducation à l'Esprit de Défense au sein de l'École
  • Contact

ISAF - FINUL - Serval


Recherche

Archives